[B5, G6] L’union fait la force

Partition à quatre mains
Photo de Marie Nicolas, 7 décembre 2012
Sur une idée originale de Capucine Girard et Florent Poussard

Trouver une illustration pour le « ping-pong d’idées, » fonctionnement que nous avions développé de façon naturelle dès le début de notre collaboration, et qui s’est renforcé au fur et à mesure que le travail avançait. Bien sûr, contrairement à ce que suggère cette photographie, il n’y a jamais quatre mains en même temps sur le papier à dessin ou le clavier (encore que…), mais toujours deux cerveaux activés en même temps. Cette image représente nos idées qui se croisent, comme nos mains sur les touches, pour ne jouer qu’une seule partition – avec quelques fausses notes de temps en temps, bien entendu.

Florent au pinceau pour le dossier de production
Photo de Florent Poussard, 7 décembre 2012

Considérant que la volonté de ce Master est d’être pour nous un terrain d’expérimentation, autant se prendre au jeu. C’est pour le carnet de recherche et le dossier de production que Florent teste le passage du critérium au pinceau. Il est aussi bien encouragé par les camarades et enseignants que par l’exercice de création d’image en lui-même. Ceci l’amène à essayer plusieurs supports d’illustration (crayon, encre, pastel, aquarelle…), et une approche de dessin de commande lorsqu’il traduit en image un article, une impression ou, comme ici, la couverture du dossier de production du web-documentaire.

Réunion de groupe autour du dossier de production
Photo de Capucine Girard, 29 novembre 2012

Depuis deux semaines, le travail semble enfin avoir pris sa dimension collective : les groupes qui communiquent entre eux, le dossier géré collectivement, les tables du SCAV que l’on dispose systématiquement en U depuis peu, les billets des uns des autres lus par tout le monde – ce à quoi est consacrée une partie du cours de Blandine Schmidt, une lecture collective permettant à chacun de faire part de ses avancées, de ses avis et suggestions sur le travail des autres. Bref ceci permet de développer une réelle réflexion de groupe, au-delà des binômes qui étaient jusque-là cinq paires indépendantes.

Sur cette photo, on voit Mariane échanger avec un interlocuteur hors-champ, que Lucille écoute attentivement en s’apprêtant à prendre en note quelques paroles utiles ; Lisa, sourcil froncé, stylo à la bouche, semble désapprouver l’avis de l’interlocuteur invisible, tandis que Laurianne adopte une posture introspective pour réfléchir à un propos évoqué précédemment.

 

Laura et Brice, coopération inter-binômes
Photo de Florent Poussard, 29 novembre 2012

Sur cette photo, nous pouvons voir Brice et Laura, appartenant à deux binômes différents. Brice semble soumettre des suggestions à Laura qui les retranscrit sur le papier. Cette image témoigne de la dimension collective nouvellement acquise dans le processus d’écriture : la communication s’effectue entre les différents groupes, chacun peut devenir force de proposition pour son propre travail et pour le travail des autres. Sur cette même image, Romain, d’ordinaire en binôme avec Brice, est absorbé dans une discussion avec, vraisemblablement, les groupes de Mariane et Lucille, et probablement de Lauriane et Lisa.

 

Premier entretien avec Frédéric El Kaïm
Photo de Capucine Girard, 29 novembre 2012

Nous avons enfin rattrapé notre retard grâce à un entretien avec notre témoin Frédéric El Kaïm, lors du cours de Blandine Schmidt. Le dialogue fut riche, le propos avisé : selon nous, nous avons pu lui poser toutes les questions nécessaires, mais surtout les réponses apportées nous ont permis de bien avancer dans l’écriture de notre création. Nous n’avons pas eu de grosse surprise quant à ses propos, on peut en déduire que nos travaux de recherche préalables ont porté leurs fruits. De plus, Frédéric El Kaïm nous a aiguillé sur une notion qui semblait nous déranger, en l’occurrence le thème de l’aliénation, inadéquat à ses yeux, que l’on a remplacé par celui de la soumission.

Le metteur en scène est assis sur une table. Retrouvant par cette posture l’ascendant du professeur qu’il était il y a quelques années, Frédéric El Kaïm explique et argumente ses intentions et réflexions, terrain intellectuel qu’il s’applique à partager avec nous et dont on peut tirer une forme d’enseignement.

 

De l’utilisation du dictaphone
Photo de Capucine Girard, 29 novembre 2012

Pour notre premier entretien avec le témoin de notre séquence nous avons utilisé un dictaphone afin d’enregistrer la parole du metteur en scène. Cette utilisation nous a semblé judicieuse pour plusieurs raisons :

–       L’utilisation d’un dictaphone nous a permis d’être entièrement avec l’interlocuteur. Cela permet de réduire le temps accordé à la prise de notes et ainsi de se consacrer entièrement à la parole au profit d’un véritable dialogue, où on est plus attentifs, réactifs et favorables à l’échange.

–       La possibilité de créer un lien direct avec l’interlocuteur (c’est à dire sans passer par le papier) permet de le mettre plus en confiance

–       L’enregistrement nous permet de ne pas perdre une miette de la conversation et de la réécouter à loisir. La possibilité de réécouter nous permet de mieux comprendre le sens de certains propos qui nous aurait échappé à la première écoute.

–       Réutiliser des bribes de la conversation comme citations pour alimenter notre séquencier. Ainsi le lecteur se familiarise plus facilement avec notre création.

Le dictaphone de la photographie, celui que nous utilisons, est certes un vieil appareil, mais l’essentiel est qu’il fonctionne : c’est à ses outils qu’on reconnaît le bon ouvrier.

Capucine GIRARD et Florent POUSSARD

_______________

Bibliographie :

– Jean-Pierre LE GOFF : Les illusions du management : Pour le retour du bon sens, La Découverte, col. Poches Essais, 2003

– Bernard DIRIDOLLOU : Manager son équipe au quotidien, Eyrolles, col. Livres Outils, 2007

– ss. dir. Nicolas COMBALBERT : La souffrance au travail : Comment agir sur les risques psycho-sociaux ? Armand Colin, 2010

– Bruno LEFEBRE et Mathieu POIROT : Stress et risques psychosociaux au travail, Elsevier Masson, 2011

– ss. dir. Hubert SEILLAN : Santé Mentale, les risques du travail, Préventique, col. Les Cahiers de Préventique, 2012


Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.