A chaque camp son argument

[B5, G3] Balle de match

Alfred gravit les marches

Juliette Chanson (6/12/2012)

Cette image réunit trois photos. On y voit à chaque fois Alfred, un chien en peluche. Sur la première photo Alfred est en bas à droite, au premier plan, sur la toute première marche d’un escalier qu’on découvre en contre-plongée. Il est adossé contre le mur, la route est encore longue. Sur la photo suivante, on retrouve Alfred qui est cette fois-ci sur la deuxième marche. Tiens, la petite boule de poil a fait un petit peu de chemin. C’est la première marche qu’on a maintenant en premier plan, Alfred s’éloigne de la case départ. On voit toujours l’escalier en contre-plongée, et il y a encore quelques marches avant d’atteindre le sommet. Alfred est maintenant allongé, le ventre en l’air. Alfred a travaillé dur. On découvre enfin la troisième photo. Alfred en est à la quatrième marche ! Il a compris comment il fallait faire pour bien monter les marches, il va plus vite maintenant. La première marche est toujours en premier plan, l’escalier toujours en contre-plongée. Autant dire qu’Alfred commence à être loin maintenant. Il est bien parti pour arriver en haut.

Voilà, Alfred, c’est nous. C’est notre groupe qui petit à petit avance dans son projet. Cette semaine nous avons fini de rédiger et de mettre en forme notre scénario. Il nous manque un titre. Mais nous avançons.

Sarah Vasseur, 08/12/2012

Pourquoi cette image, et comment la décrire ? De la même façon que pour l’écriture, lorsque je dessine, c’est souvent d’une manière spontanée, intuitive, et il m’est difficile d’avoir un regard objectif. J’ai simplement essayé de penser à ce que peut être un processus créatif, et particulièrement celui que l’on met en place au sein de notre groupe. On peut y distinguer comme une forme d’arbre, dont les racines sont présentes et visibles. C’est la connexion entre la terre et l’air, le ciel. Or, on peut dire que la création fait le lien entre ce qui est « dans l’air », pour le matérialiser, le rendre « terre ». Créer est-ce autre chose que capter les énergies dans les airs, omniprésentes, palpables, afin de les rendre visible, de les matérialiser ?
Explosion. Explosion d’énergie, qui provient d’un même centre et se disperse partout autour.
Les cris. Les pleurs. Les rires. Agitation qui m’entoure, et cette télévision, que je ne regarde jamais, mais qui me vrille pourtant les oreilles, qui veille et créé un silence abrutissant dans les yeux des enfants de mon colocataire. J’aimerais les occuper autrement, mais je dois travailler pour le carnet. Frustration.

Pourtant, nous créons, chaque fois que nous éteignons cette foutue télévision. Je les observe, « s’apaiser », et puis rétreindre progressivement, alors que la création nait dans l’espace vide qui lui est laissé. Remplir le vide de futilités, le bourrer d’aberrations, cela n’amène jamais la création. Elle est endormie, annihilée. C’est peut-être cette révolte explosive qui s’exprime dans ce dessin où l’on distingue des traits à la fois très saccadés et droits, qui donnent un caractère agressif à l’expression de l’émotion dans la création, qui contraste avec les traits plus souples et ondulés qui servent de base à la création. Le calme, le vide. Rien ne surgit jamais dans un espace saturé. La création c’est d’abord la capacité d’accepter le vide pour accueillir la nouveauté, ce qui peut être… l’arbre des possibles…

Barbara Lancia (6/12/2012)

Cette image est composée de deux photographies. Sur la première photographie, on aperçoit une jeune fille qui regarde par la fenêtre en écartant le rideau avec sa main. La jeune fille est vue de dos et nous faisons face à la fenêtre. On distingue vaguement le décor extérieur, sans en percevoir les détails.

Sur la seconde photographie, nous nous trouvons à présent plus près de la fenêtre. Cette fois, le décor est net et on le distingue parfaitement. La main, toujours posée sur le rideau, nous indique qu’il s’agit d’une même scène, prise au même moment mais de deux points de vue différents. Alors que nous contemplions la scène d’un point de vue extérieur sur la première image, nous la percevons à travers les yeux de la jeune fille sur la seconde image ; on adopte un point de vue subjectif. Ce changement de point de vue est également marqué par les zones de netteté. Sur la première photographie, c’est la jeune fille qui est nette ; elle est le centre d’intérêt de l’image. On imagine qu’on est mis à la place d’un second personnage qui s’intéresserait à ce que fait la jeune fille. Or, sur la deuxième photographie, c’est le décor extérieur qui est net ; c’est ce à quoi s’intéresse la jeune fille.

Cette illustration des points de vue fait référence aux prises de position des personnages lors d’un débat. En effet, le débat n’a de raison d’exister que lorsque les protagonistes défendent des points de vue différents, voire opposés.

A chaque camp son argument

Juliette Chanson (6/12/2012)

Sur cette photo, nous distinguons deux choses distinctes. L’une est l’arrière plan, représentant un dessin d’une raquette de ping-pong, et l’autre une boulette de papier posée sur la raquette, représentant la balle. La raquette est donc plate, insérée dans le papier, alors que la balle de papier est bien réelle. Et cette balle, c’est un argument. Chaque raquette a sa balle, tout comme chaque personnage a son argument. C’est cela qui rend un dialogue intéressant. Chaque adversaire se renvoi la balle, et il ne doit pas la louper. Chaque personnage défend son point de vue, et il ne doit pas se détourner de son objectif. Et ce qui est intéressant, c’est lorsque chaque point de vue est défendable.

Barbara Lancia (5/12/2012)

Sur cette image, on peut voir quatre kiwis disposés de manière significative. En effet, entre les kiwis, on distingue deux signes mathématiques : le « + » et le «  = ». On devine donc une équation mathématique induisant que « un kiwi plus un kiwi est égal à deux kiwis ». On remarque que cette équation est juste et logique.

Cette image illustre en réalité la logique qui doit être inhérente au scénario. En effet, chaque réplique du dialogue doit logiquement découler de la précédente afin d’assurer la cohérence du débat et d’accroître l’impact de chaque prise de parole.

Sarah Vasseur, 08/12/2012

Même processus. Je ne sais pas ce que je vais dessiner, je prends une feuille, et les traits viennent naturellement. Je découvre, à mesure que ma main va, ce que je dessine. Un personnage, entre imaginaire et réalité. La musique écoutée se mêle aux tourbillons d’idées qui fusent, qui nous attirent dans d’autres sphères, d’autres mondes imaginaires. Ouverture sur la gauche, parce que nous devons encore ouvrir davantage certains aspects, nous n’avons pas encore détaillé tous les aspects du scénario qui est encore un peu « grossier ». Ouverture qui fait face à toute la profusion qui naît dans la musique. Évocation d’un plaisir personnel à créer « en musique ». Nous sommes plusieurs, alors il y a évidemment beaucoup d’idées différentes, ce qui explique peut-être les différents tourbillons. Tout ce qui se trouve sur la gauche, semble être ce qui reste à venir, à préciser, qui n’est pas encore inséré aux profusions imaginaires. Séparation par un trait entre un tourbillon et un autre, sur la gauche, qui entoure une planète. Impossibilité de communication entre cerveau gauche et droit ? Entre logique rationnelle et imagination spontanée ? Chacune tire plus ou moins fort de son côté, dans son sens, ce qui explique peut-être la présence des deux tourbillons opposés qui « crachent », et toujours une troisième personne qui essaye de maintenir tout cela, qui ramène de façon pragmatique à l’aspect pratique des choses (le personnage qui essaye de tenir, de saisir le tourbillon). L’alternance de celles qui jettent les idées dans le vent et celles qui les rationalisent. Entre imagination et réalité. La cohésion dans le groupe.

Barbara Lancia, Sarah Vasseur et Juliette Chanson

 

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website


Une réflexion sur « [B5, G3] Balle de match »

  1. Très belle créativité de l’élève Vasseur Sarah, des textes, et des dessins sublimes… Une très belle profondeur qui ne demande qu’à être exploitée ! Bravo, Continuez !

Répondre à H2OPROD Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.