[B5,G9] La dimension trouvée

Nous allons interviewer un expert. Comment filmer quelqu’un à qui l’on demande de nous apporter un savoir ? Comment se positionner pour le mettre à l’aise ? Comment faire en sorte que la caméra n’entrave pas la parole ? Expériences de spatialisation sous forme de jeu de rôle.

Mariane P. (29/11/2012)

Je suis bien trop loin. D’ici je ne peux rien obtenir d’elle. On distingue à peine les traits de son visage. Je n’ai pas non plus une bonne vision de ce qu’elle me montre. La distance est trop grande, plus de 5 mètres nous séparent. Nous nous trouvons dans la sphère de la distance publique1, aucune réelle connexion ne peut être établie. Mon œil est attiré par l’environnement immédiat de mon expert. Les tables, les chaises, le mur blanc sur la gauche, le bureau et les dossiers qui s’empilent dessus. Elle est perdue au milieu de tout. Je pense à Robert Capa :

Si ta photo est mauvaise, c’est que tu n’étais pas assez près.2

Lucille Hunter (29/11/2012)

Un grand vide entre nous est matérialisé par l’espace immense au sol. Je ne vais pas entendre ses questions et je n’ai pas envie de crier pour tenter d’y répondre. Je distingue à peine l’interviewer sur le fond sombre de la porte devant laquelle il se trouve, presque prêt à quitter la pièce. Je ne peux pas me concentrer, mon œil est attiré par le sol et le mur blancs si vides. Cette distance n’est pas propice à l’échange, il pourrait me tourner le dos, ça ne changerait pas vraiment la donne.

Mariane P. (29/11/2012)

Je ne vois qu’une partie de son visage, un seul de ses yeux. La figure scindée en son milieu occupe un tiers de l’image, à droite. À gauche, l’objet dont elle me parle est à peine perceptible derrière sa main. Je ne vois pas ce que j’ai besoin de voir. Je suis trop près, à moins de 30 centimètres d’elle. Nous nous nous trouvons dans la sphère de la distance intime. C’est propre à la confidence, mais je ne veux pas une confidence, je veux des informations, apprendre quelque chose, qu’on me transmette un savoir. Cette proximité est gênante. Je me suis trop approchée, je n’ai pas respecté son intimité. Je ne la sens pas en confiance. Son sourire gêné ne parvient pas à cacher son embarras : son regard fuit vers le lointain.

Lucille Hunter (29/11/2012)

D’ici, au moins, je constate que mon interviewer est une femme. Elle est bien trop près. Je me sens agressée. Cet objectif est trop proche de moi, je ne distingue presque pas mon interlocuteur. Je ne vois qu’un de ses yeux, et il est fermé. Ses mains sont affairées à régler des paramètres et à manipuler son appareil de prise de vue. Presque tout mon champ de vision est envahi par elle et je suis oppressée. Je ne me sens pas à l’aise pour intervenir dans ces conditions. Je me sens épiée, elle a pénétré mon espace d’intimité.  L’objectif, noir et imposant ressemble à un objet de torture. J’ai l’impression qu’elle se prépare à me décortiquer.

Mariane P. (29/11/2012)

Cette distance me paraît meilleure. Je me trouve à la limite de la distance personnelle et de la distance sociale, à environ 1,50 mètre. J’ai une vision claire de mon expert.  Elle paraît détendue. Je peux à la fois la voir et la filmer, lui parler et l’enregistrer. L’objet qu’elle me présente apparaît clairement dans le cadre également, dans tous ses détails. Il s’agit d’un vestige unique : c’est le réacteur électromagnétique d’un vaisseau spatial extraterrestre qui s’est écrasé dans les Landes en 1909. J’en saisis les détails. J’ai l’impression de respecter une distance de politesse tout en étant assez près pour établir un lien avec mon interlocutrice et l’encourager à me parler. Il me semble que j’ai trouvé la bonne distance.

Lucille Hunter (29/11/2012)

Cette distance est plus rassurante. Je distingue avec précision la présence de mon interlocutrice. Elle est toujours cachée par son objectif mais je l’entends me parler, et elle prend le soin de se dégager de temps à autre de son appareil pour me regarder. Sa silhouette se dégage du fond par un contraste puissant du noir sur le blanc. Sa verticalité est rappelée par la bande noire qui imite le bord d’une pellicule peinte sur le mur blanc. Une impression de stabilité se forme dans mon champ de vision. Nous pouvons établir un échange. Je préfèrerais que deux personnes se trouvent en face de moi, pour que je puisse constamment adresser mon regard vers une personne de chair et non un objet fait de métal et de plastique : l’une s’occuperait de filmer, et c’est avec la deuxième que je parlerais.

Après ces expériences, nous avons décidé de mener notre interview d’expert dans un lieu qui lui convient pour se sentir à l’aise et qui nous convient en terme d’enregistrement sonore et visuel. Nous nous placerons environ à 2 mètres de lui. La caméra, sur pied, sera opérée par Mariane, et Lucille se positionnera à 40 cm à côté de la caméra. Elle établira un contact visuel et verbal constant avec l’expert et se chargera de poser les questions et de le relancer. Nous équiperons notre expert d’un micro HF pour qu’il ne se sente pas contraint par la vision d’une perche et la présence d’un perchman en plus de celle de la caméra.

Lucille Hunter et Mariane P.

Bibliographie

CAPA Robert, Cité in : BIRD Maryann [2002], « Robert Capa, in Focus », Time magazine, 30/06/2002. En ligne http://www.time.com/time/magazine/article/0,9171,267730,00.html#ixzz2ECoWsE00 (dernière consultation le 05/12/2012)

HALL Edward T. [1966], La dimension cachée, Seuil, Paris, 1984.

 

  1. Nous nous référons aux quatre distances de la vie sociale établies dans La dimension cachée [Hall 1966] :

    • la distance publique ( plus de 3,60m)
    • la distance sociale (de 1,25m à 3,60m)
    • la distance personnelle (de 45cm à 1,25m)
    • la distance intime (moins de 45cm)

    []

  2. If your pictures aren’t good enough, you’re not close enough“ []

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.