[B1, G6] Complétence

Titre du billet : néologisme issu de “complémentarité” (n.f.: caractère de ce qui est complémentaire) et “compétence” (n.f.: capacité dans une matière donnée).

Mercredi 19 septembre, 11h15, studio, premier cours de « Carnet de recherche » avec Blandine Schmidt, qui nous explique en quoi consistera la réalisation de nos billets pour le blog. Notre premier exercice : définir les compétences de l’un et de l’autre. Nous nous racontons notre parcours et dressons chacun de notre côté un tableau de nos compétences à tous les deux, puis confrontons les résultats. L’addition des deux donne l’équation suivante :

CAPUCINE

Parcours : c’est à Paris, sur l’île St Germain, que j’ai vécu les 16 premières années de ma vie. Habiter une petite île, un petit quartier, mais habiter aussi une grande capitale. Ma mère s’occupait du foyer, une femme juste et authentique qui ne parle pas beaucoup. Mon père travaillait et travaille tous les jours… je peux dire aujourd’hui par plaisir et envie. Il est architecte décorateur d’intérieur et sa vie c’est son métier. A 71 ans, il ne compte toujours pas s’arrêter.

Déjà toute petite je préférais être ailleurs que chez moi. Dans ce petit quartier sécurisé, avec tous les copains de l’école, nous faisions notre vie dans la rue. Mon intérêt premier était d’avoir des amis, de parler, de rencontrer des gens, de jouer. Nous organisions des grandes parties de cache-cache dans le quartier. Mes résultats scolaires n’étaient pas catastrophiques mais autant dire que je n’étais heureuse d’être à l’école que pour retrouver les autres. Plus les années ont passé plus je m’éparpillais. Il fallait que je touche à tout. J’ai vécu ma dernière année parisienne en classe de seconde dans le 7ème arrondissement. Ce fut l’anarchie totale : bien trop de choses s’offraient à moi et il était difficile, voire interdit pour mon entourage de me canaliser… j’ai donc redoublé ma seconde. Cet été-là nous avons déménagé à Angers, bref,  j’ai fait une dépression! Mais un certain intérêt pour la culture, la connaissance, s’est suscité en moi et m’a permis de me relever rapidement. J’ai donc fait une première et terminale Littéraire option lourde histoire des arts.

Depuis toute petite je voulais être journaliste. Je voulais que mon métier me permette de rencontrer, d’échanger de comprendre les gens… rapporter la parole des autres pour que tout le monde sache qu’il se passe ceci et cela à côté de chez nous ou à l’autre bout de monde. J’ai donc entamé une licence d’information-communication à Angers et me suis rapidement tourné vers l’audiovisuel. Avec ma caméra, je me suis tout de suite sentie très à l’aise. Depuis toute petite j’adorais filmer avec la caméra de mon père. C’est assez amusant de se rendre compte que petite je ne mettais pas en scène, j’observais, j’attendais que quelque chose de naturel arrive. J’essayais de faire en sorte que les autres oublient ma caméra. Je filmais les après-midi de mes frères cousins/cousines, en utilisant le tourner monter pour impressionner mon père lors de la diffusion devant toute la famille. Je me suis très rapidement rendu compte que le journalisme d’actualité n’était pas mon truc. Je voulais faire des documentaires, sur les hommes en particulier et sur les hommes en société. J’ai toujours été très attachée à la réalité des situations et des rapports entre les gens.

Qualités : spontanéité, curiosité, aime aller à la rencontre de l’autre et s’intéresser à ce qu’il fait, ce qu’il est, quel échange peut se créer. Tolérante, elle est néanmoins très attachée à défendre ses idées et à argumenter. Forte capacité à développer de l’enthousiasme et à le communiquer aux gens qui l’entourent, y compris dans un contexte de travail.

Défauts : trop sur la défensive, souvent à fleur de peau question sensibilité, sa spontanéité se traduit parfois par un emportement d’où découle une certaine confusion. Parfois brouillon, pas toujours ponctuelle, tendance à trop s’investir sur le plan émotionnel et ne pas parvenir à prendre du recul.

Compétences techniques : image, montage.

FLORENT

Parcours : si je devais me définir en un mot, je dirais “éclectisme”. Passionné de théâtre (à lire, écrire, mettre en scène et surtout jouer) depuis tout petit, je m’intéresse également à la musique, la littérature, le cinéma, et dessine un peu. Sur le plan familial, c’est dans le vignoble du Cognac que ça se passe, côté maternel je viens d’un clan de viticulteurs bouilleurs de crus (ceux qui distillent) et j’avoue que c’est au contact des vignes et de l’alambic familial que je puise mes ressources les plus profondes. Quant au père, il peint, dessine, grave, écrit, autres trucs, mais ça n’a jamais marché, faute à pas de chance et un tempérament rendant difficile le contact avec les autres. Mais je ne le vois que très peu. Pour ma part, je commence très tôt par la danse classique et la musique (violon puis piano) avant de découvrir à onze ans l’art dramatique qui sera une véritable vocation : la scène pour briller, la scène pour se soigner, les mots qui édifient, se donner à fond pour le public, qui souvent le rend bien.

Je grandis dans une famille recomposée étouffante dont je m’évade dès le lycée (jalousie du pseudo-beau-père, artiste raté qui ne supporte pas de me voir m’épanouir sur scène alors que lui y a échoué) pour trois années d’internat marquées par le rock, les belles amitiés et une géniale option théâtre, avant de m’orienter vers les classes préparatoires d’hypokhâgne et khâgne d’une part par indécision, pressions extérieures de ne pas gâcher un cursus marqué par d’excellents résultats scolaires, peur de me jeter aveuglément dans le monde du spectacle malgré le souhait indiscutable de devenir comédien ; d’autre part pour apprendre la rigueur au travail, gagner en culture g, et me constituer un pont-levis / porte de secours sur le CV.

Commencent alors cinq années d’études supérieures (pourtant jamais je n’aurais parié là-dessus !) qui passent par une licence d’aménagement du territoire – faute d’ouvertures possibles avec un deug d’histoire en poche, et également dans l’idée de voir une fois pour toutes si je peux oui ou non envisager une vie professionnelle en dehors du monde du spectacle… réponse : non. Et donc, l’entrée dans un master qui, je l’espère, me donnera accès au monde des intermittents sans crainte de m’y perdre. Néanmoins, mes quelques expériences de tournage professionnels me renvoient systématiquement à mes premiers rêves : mon objectif n°1 pour 2013 sera la classe libre du cours Florent.

Qualités : une bonne maîtrise de la langue française et un certain engouement pour l’acquisition de nouvelles connaissances quelles qu’elles soient. Malgré un caractère assez fantasque, sait faire preuve de sérieux et se montrer pragmatique. S’attache à prendre systématiquement du recul, volonté de ne pas trop prendre parti.

Défauts : un attachement à l’éclectisme qui peut résulter en un éparpillement préjudiciable, tendance à se laisser marcher sur les pieds, paresse occasionnelle, susceptibilité lorsqu’il se sent sous-estimé par un tiers, manque de ponctualité, scepticisme, pusillanimité. Timidité à l’oral, qui a cependant tendance à s’améliorer.

Compétences techniques : écriture, direction d’acteur, son.

L’utilité de ce répertoire de compétences est de nous permettre de déterminer nos forces et nos faiblesses, de voir en quoi on se complète, et ainsi anticiper le travail à deux.

–          La capacité de Capucine à communiquer son enthousiasme pour des sujets divers va être bénéfique à son collègue, et ainsi générer une motivation commune pour le sujet à traiter et pour le travail à deux en lui-même.

–          Bon équilibre pour ce qui est des tendances plutôt optimistes et engagées (Capucine) / pessimistes et aporétiques (Florent) qui permettent d’animer le débat, avec néanmoins un soin de tolérance commun aux deux pour s’assurer qu’il y a une écoute mutuelle.

–          Oral : bonne complémentarité, les prises de parole spontanées de Capucine permettent à Florent de prendre le temps de mettre en place ses idées et de rebondir sur les propos échangés.

–          Compétences techniques : 1+1=2 ?

–          Défauts communs : tendance à l’éparpillement, manie de chercher la petite bête qui peut découler sur une prise de tête et une perte de temps. Souci du perfectionnisme parfois handicapé par un manque de rigueur de Capucine ou une fainéantise passagère de Florent.

Fin de cette première séquence de travail. Florent passe sa main dans ses cheveux en affichant une moue dubitative, caractéristique de l’humeur du mec qui ne comprend pas vraiment sur quoi va s’axer notre travail d’écriture des billets. Il a peur que le principe d’observation de soi amène à un processus trop égocentré. Capucine rétorque avec son enthousiasme chronique que « mais non, c’est pas du narcissisme, t’inquiète ça va être drôle. » Nous tentons d’imaginer ce travail. Est-ce que, quand Florent passe sa main dans ses cheveux d’un air sceptique, Capucine doit relever et interpréter son attitude ? Doit-on observer nos faits et gestes pour ainsi comprendre notre façon de travailler, et donc l’avancée de notre recherche ? Nous imaginons alors que nous allons devoir nous épier et nous analyser. Mais sur quoi réellement ?

Pour commencer, on décide d’un commun accord d’écrire à deux, ce qui (on suppose) permettra une possible objectivité : à travers un ping-pong d’idées, l’observant devient observé et vice-versa, le propos est systématiquement analysé par la personne émettrice et la personne réceptrice, débattu à deux, avant d’aboutir à une conclusion satisfaisante (pour ne pas dire un compromis), ralliant nos deux points de vue. Ce qui nous amène à nous interroger sur l’opposition objectivité / subjectivité de l’observation. Blandine Schmidt nous propose de nous pencher sur le sujet.

Nos premières recherches se portent sur le principe d’objectivation participante théorisé par Pierre Bourdieu. Il explique le principe de réflexivité, qui consiste en une prise de conscience et en un examen approfondi de sa propre démarche scientifique. Le chercheur doit comprendre ses propres habitus pour objectiver sa relation à l’objet : « Par objectivation participante, j’entends l’objectivation du sujet de l’objectivation, du sujet analysant, bref, du chercheur lui-même, » explique Bourdieu lors d’une conférence donnée au Royal Anthropological Institute en 2000*. Cette méthode part de la notion de réflexivité, une démarche méthodologique en sociologie et en anthropologie consistant à appliquer les outils de l’analyse à son propre travail ou à sa propre réflexion et donc d’intégrer sa propre personne dans son sujet d’étude. Il s’agit donc d’être « à la fois sujet et objet, celui qui agit et celui qui, en quelque sorte, se regarde agir. »

*conférence de Pierre BOURDIEU retranscrite dans l’article L’objectivation participante, Actes de la recherche en sciences sociales, 2003, no 150, p. 43-58 : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/arss_0335-5322_2003_num_150_1_2770

Chocolat Chaud
“Chocolat chaud” (by Flo), illustre la complémentarité entre deux éléments aux propriétés différentes qui, ajoutés l’un à l’autre, donnent un résultat tirant profit du meilleur de chacun d’entre eux. 1+1=2.

Sur une suggestion de Franck Cormerais, nous nous sommes également penchés sur les profils psychologiques couramment associés à nos prénoms. Le résultat nous a semblé plutôt saisissant, dans la mesure où l’on s’y retrouve assez nettement :

Capucine vient du latin caput (= la tête), mais a Fleur pour sainte patronne. Les capucines sont en effet des fleurs rouges-orangées, dont le nom serait lui-même hérité du capuchon porté par les membres d’une branche religieuse issue des ordres mendiants de Saint François d’Assises : les Frères Mineurs Capucins.

Avec les Capucine, c’est souvent la politique du tout ou rien. Pour elles, la vie est une aventure perpétuelle, et elles ne manquent jamais d’enthousiasme. Hypersensibles, émotives, combattives, entêtées, fantasques, leur esprit est constamment en éveil et leur curiosité insatiable. S’intéressant fortement à l’humain, elles sont néanmoins de vraies individualistes : l’esprit de lutte est chez elles très présent, et elles se battent volontiers pour défendre leurs points de vue. La difficulté est de ne pas tomber dans une attitude de lutte permanente face à l’adversité, qui se trouve souvent être une figure d’autorité : en effet l’ordre établi, les hiérarchies et les conventions rebutent profondément les Capucine. Sans être nécessairement anarchistes, leur rapport à l’autorité est souvent chaotique, et elles préfèrent être marginales que de se conformer au moule. Néanmoins, elles aiment repousser constamment leurs limites, savent encaisser les coups et se relever de leurs échecs.

Florent vient du latin florens (= le florissant). On peut évoquer la ville de Florence, siège emblématique de la Renaissance italienne.

Les Florent sont de nature plutôt altruistes, sensibles, affables, rêveurs, parfois un peu secrets et timorés. Ils sont attirés par la beauté sous toutes ses formes, tandis que la violence et le désordre les révoltent. Ils ont l’esprit subtil, le goût du raffinement, fourmillent d’idées parfois assez fantasques – ce qui les fait souvent passer pour des originaux, voire des excentriques. On peut leur reprocher leur vanité, leur narcissisme dû à un constant besoin de plaire : ils attachent en effet un très grand prix à l’opinion des autres. Néanmoins, ils s’intéressent à l’humain, sont capables de charmer et savent se montrer à l’écoute des autres, au point de parfois se laisser marcher sur les pieds et montrer des difficultés à s’affirmer au sein d’un groupe. Leur plus grande peine est de décevoir les gens dont l’estime leur est chère ou d’être incompris de leur entourage, et ils ont besoin de se sentir approuvés et appréciés pour être heureux.

Et que donne une combinaison Capucine + Florent ?

A l’écoute l’un de l’autre, il est tout naturel qu’une forte complicité s’installe entre eux. Le calme et la tranquillité de Florent peuvent tempérer l’impulsivité de Capucine, tandis que l’enthousiasme et l’audace de celle-ci stimuleront son partenaire et l’aideront à assumer ses responsabilités. Florent ne doit cependant pas faire trop souvent preuve d’indécision ou de manque d’initiative, et ne pas se murer dans le silence en cas de contrariété. Son côté trop cérébral et raffiné peut déplaire à Capucine, et à l’inverse la combattivité parfois agressive de celle-ci peut le déstabiliser. Tout l’enjeu est de trouver le bon équilibre afin de rester autant que possible sur un pied d’égalité, et de cette façon nouer une amitié solide.

* profils des prénoms compilés à partir des sites http://www.signification-prenom.com et http://www.bebe-prenoms.com

Capucines rouge et jaune
capucines florissantes : nos deux prénoms réunis
[source : http://wikipedia.fr]
 A travers le carnet de recherche, nous allons donc observer nos processus de travail en commun, et pour aller plus loin, observer le collègue et soi-même autant que le résultat de notre collaboration. Ainsi, l’observation et écriture à deux constitueront le processus constructif de l’exercice.

Capucine Girard & Florent Poussard

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.