[B4, G6] Convalescence

“L’entrée du siphon”
photo : Capucine Girard
20 novembre 2012

Le siphon d’un évier. Rappel furtif d’un disque d’accrétion, le tourbillon fatal qui entoure les trous noirs… Après nous être éparpillés dans nos recherches, nous sommes tombés dans un hors-sujet quant à l’écriture, qui a donc résulté en un retard et une nécessité de redoubler d’efforts pour rattraper les autres − ce que l’on n’a pas franchement réussi. Cette image d’évier, c’est comme tourner en rond avant de tomber, inexorablement, dans un tunnel dont on ne voit pas l’issue. Cependant, pour le bien du projet collectif qu’est notre webdocumentaire, il nous faudra ne pas atteindre le point de non retour, l’horizon des évènements1.

« Écrire, c’est flotter dans le vide » – Rosa Montero, La folle du logis, éd. française Métailié, 2004
cosmonaute dessiné par Florent P. sur une idée de Capucine G.
23 novembre 2012
inscription latine lato sensu = au sens large

Définition de flotter2 : Être porté çà et là, aller au gré des vents dans un mouvement ondoyant ; éprouver un sentiment de légèreté comme si on flottait dans l’air, avoir une présence diffuse. Bien sûr, il n’y a pas d’air dans l’espace, néanmoins c’est exactement ce sentiment de légèreté que l’on éprouve par rapport à ce travail d’écriture, nous n’y voyons plus, et même ne voulons plus y voir de fin – dans tous les sens que l’on peut accorder à ce terme. Envie de se laisser porter par quelque chose d’autre, quelque chose dans lequel on se sentira à notre aise, en sécurité, motivés par une envie d’avancer, le sentiment que, quelque part, ce projet qui nous porte nous appartient. Aussi nous abandonnons-nous au gré des différents vents que nous rencontrons.

Dans sa mouvante apesanteur, le cosmonaute semble se diriger vers le lecteur, avec sa petite antenne qui émet dans toutes les directions. Une attitude d’appel à la rencontre, les bras ouverts, vers l’inconnu. Et puis ce vide, quel est-il ? L’université, la vie ? Heureusement, la comète en arrière-plan rappelle la lumière au bout du tunnel…

“Sick-hollidays” – Florent Poussard
25 février 2012

C’était à parier : trop s’exposer aux vents enrhume, et arriver aux vacances a été pour nous un tel relâchement de pression qu’on est tous les deux tombés malade, chacun de notre côté. Quelque part, on s’y est laissé aller, quittant l’énergie certainement pathogène (sinon pourquoi serions-nous tombés malade ?), mais énergie quand même qui nous animait par rapport à l’écriture. L’ennui, c’est qu’à s’accorder (si on peut employer ce terme) une pause, c’est que le retard nous tombe dessus aussi assurément qu’un chat retombe sur ses pattes.

“Forgé par le vent”
photo : Florent P.
février 2011

Ainsi que cet arbre façonné par le vent impitoyable de l’austère Patagonie, nous faisons face à l’adversité,  et ce sur plusieurs fronts à la fois, ayant à composer avec mémoire, traduction, recherche de stage et autres… tout en ayant à rattraper notre séquence du webdoc, et en même temps en disant quoi ? Réellement, on ne sait pas quoi dire. Il faudrait une arme magique, un super-ordinateur qui écrit tout seul et surtout trie et classe par ordre d’intérêt les idées qui nous viennent mais qu’on hésite à développer, en fait juste quelque chose qui nous donne la bonne direction, une girouette, ou plus poétiquement une rose des vents, pour nous empêcher de grandir de travers. C’est lors du cours d’écriture documentaire que la machine s’est remise en marche, grâce aux discussions avec Blandine Schmidt nous ayant permis de remettre de l’ordre dans nos idées, et surtout de retrouver une direction fiable.

“Illumination”
dessin de Florent P. sur une idée de Capucine G.
24 novembre 2012

Et voilà, le truc qui est fort, c’est qu’à s’être détachés du projet pendant une courte période, s’être littéralement laissés tomber, s’être accordés une respiration et, à présent, forcés de prendre un nouveau départ… un nouveau souffle, comme par magie, une vague d’idées, d’un coup d’un seul, de but en blanc, comme ça, paf. Tout plein d’ampoules lumineuses, comme dans les bandes dessinées.

“Nouveau départ” (aquarelle) – Florent P.
23 novembre 2012

Pour conclure, ces quelques semaines de léthargie tournent en notre faveur, puisque sans avoir été obligés de redoubler d’efforts, les éléments qui nous manquaient pour l’écriture du web documentaire nous sont tombés dessus sans que nous nous creusions la tête ! – ce qui, évidemment, n’est pas tout à fait vrai, ce n’est que l’impression qu’on en a eu. Aujourd’hui, en prenant du recul par rapport au processus de création, on se dit que cette léthargie temporaire était finalement un mal nécessaire (peut-être même pas un mal, d’ailleurs, puisqu’on en ressort plus en forme), faisant partie intégrante de ce processus de création, nous permettant de nous détacher du projet pour revenir dessus avec un œil neuf et, à présent, travailler sur l’idée. Sans cette période de vide, probablement serions-nous encore à l’étape du tunnel.

Sur cette image, les visages des deux protagonistes laissent supposer une certaine hésitation, une forme d’anxiété liée à l’idée de reprendre la route, et en même temps, quand même, finalement, l’idée que, oui, grâce à ce cours de Blandine où les idées nous sont tombées dessus comme par enchantement, on est prêts à repartir à l’aventure.

Florent Poussard, Capucine Girard


1. Pour en savoir plus sur les trous noirs : http://www.dinosoria.com/trou_noir.htm

2. Définition de flotter : CNRTL http://www.cnrtl.fr/definition/flotter

 

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.