[B4, G2] Into the flat

Figure 1 Capture Moviestorm (22/11/12), Réalisation 3D : Gaylord Gauvrit, Morgane Kerarvran, Morgane Meneau, Montage : Gaylord Gauvrit

Nous avons eu, dans le courant de la semaine, un cours de décoration qui nous a fait prendre conscience que la décoration a un rôle très important dans la mise en scène et la narration. Nous avons donc voulu construire, avec le logiciel Moviestorm, un décor possible afin de pouvoir juger des possibilités qu’il nous offre. Nous avons installé un salon d’une collocation d’étudiants et essayé de le rendre le plus réaliste possible. Il a donc fallu éviter de rendre la pièce froide, car celle-ci est habitée par des jeunes. Il a également fallu éviter de la rendre trop luxueuse car il est rare que les étudiants aient beaucoup de moyens financiers. La série se déroulant, à Bordeaux nous nous sommes interrogés sur ce qui caractérise les logements de cette ville. Nous avons donc cherché, dans les objets du logiciel (Tapisseries, meubles, sol..) ce qui pouvait correspondre à tous ces critères. Or nous avons vu  qu’il est pauvre de ce côté. Nous étions surpris de voire qu’il y a une collection complète « Thanksgiving » mais aucune cuisine. Nous trouvons que pour ce logiciel de création de lieux de vies, ne pas disposer de tout ce qui est nécessaire à leur reconstitution fait de lui un outil limité et inadapté à notre histoire. Nous étions donc frustrés de pouvoir construire des vaisseaux spatiaux, mettre en scène des corbeaux géants ou autre éléments improbables, alors qu’il nous est impossible de créer un environnement réaliste.  Mais nous avons trouvé des solutions qui pourraient  nous permettre de résoudre partiellement ce problème : des logiciels où il a des éléments 3D, mis à la disposition de tous gratuitement et qui peuvent s’intégrer dans Moviestorm. Aussi, nous pouvons importer de vraies photos : cela pourrait permettre la conception de nouvelles textures, des posters « étudiants » (l’emblématique Pulp Fiction)

Figure 2 Lieu de vie (23/11/12), Photographie : Morgane Meneau, Montage : Morgane Kerarvran

Nous avons pris comme lieu d’exercice un salon pour montrer l’importance des accessoires et leurs rôles dans la narration. Les objets permettent de définir les personnages, ainsi dans le cadre de notre série, la recherche d’objets se fera par rapport au fait que se sont des étudiants. Un appartement est témoin des gouts, de la personnalité et du budget de ses habitants. Enfin, les accessoires donnent des indices sur l’action en général qui a déjà eu lieu. Cela est très important pour nous qui travaillerons sur une ambiance de lendemain de fête (avec des bouteille par terre, des cendriers remplis, des verres un peu partout). Ici la cuisine nous a permis de mettre en évidence les bénéfices des accessoires.  La première image montre une cuisine presque vide, j’ai volontairement laissé une corbeille de fruit au milieu de la table pour montrer que les accessoires allaient plus loin qu’un élément lambda de décoration. La corbeille de fruit, comme une nature morte, donne une vision clichée de la cuisine, et un aspect plus faux comme dans une cuisine témoin. La seconde photographie incorpore plus d’éléments dits « décoratifs » comme des coussins ou des tableaux mais l’enjeu est plus grand car on y voit plus de vie et de mouvement.  Cela est dû aux choix des objets et leurs emplacements. Ici ils indiquent que quelqu’un est présent hors du cadre, mais qu’il est dans la maison à travers la présence de chaussures, de tasse de café sur la table… La personne n’a pas rangé car elle est toujours présente. A travers la mise en scène des objets on comprend qu’elle est hors champs.

Nous avons eu du mal pour cette photographie  à avoir un angle de vue assez large car la cuisine est trop petite. C’est aussi un élément que nous allons devoir prendre en compte pour la fabrication du salon, trouver un juste milieu pour que le déplacement des personnages soit fluide. Mais il faut que l’appartement corresponde à une certaine réalité « étudiante ». Il est amusant de noter que la lumière chaleureuse de la deuxième photo n’a pas été préméditée et  qu’elle contraste avec la première : «  froide et médicale ».

Figure 3 Textures (23/11/12),  Photo : Morgane Meneau, Montage : Morgane Kerarvran

Habitant depuis quelques années à Bordeaux nous-même nous avons repéré quelques éléments typiques des appartements d’étudiants Bordelais. Par exemple les immenses fenêtres de « trois  mètres » de haut, ou encore les cheminées condamnées, rappellent l’histoire des appartements bordelais qui n’ont pas toujours servi à de pauvres  étudiants en colocation. Ces appartements souvent très anciens et refait rapidement gardent un charme particulier. Nous avons donc réalisé ce patchwork pour illustrer les éléments dits de « textures » souvent notables dans ces appartements et pour avoir des premiers éléments réutilisables au sein de Moviestorm. Nous dépasserons ainsi les limitations du logiciel en lui ajoutant des éléments pour finalement être le plus réaliste possible. Sur la figure 3 le premier élément est un mur vétuste, un mur blanc peint il y a quelques années, montrant l’humidité des maisons bordelaises. Le deuxième élément est un papier peint démodé, néanmoins le budget prime sur l’esthétique chez les étudiants. Le troisième élément est un parquet : c’est «  l’atout charme » de beaucoup de studios. Le carrelage très vintage a aussi son charme. Enfin le mur en pierre est souvent présent dans la pièce à vivre.

Figure 4 A gauche patchwork  A droite l’équipe en plein travail avec Morgane Kerarvran et Gaylord Gauvrit (23/11/12) Photographies : Morgane Meneau/Morgane Kerarvran.

Après avoir effectué une recherche concernant les éléments fixes de notre décor (objets, mobilier, sol et murs) qui nous aura permis d’avoir une vision réelle et commune du lieu où se passera l’action de notre scénario, nous nous sommes concentrés sur les éléments en mouvements, ceux qui prennent vie au sein de la scène : les acteurs. La figure 4, ci-dessus, est un patchwork de nos recherches préliminaires rassemblant des prémices de storyboard, de placement de caméra et d’acteurs. Ces éléments nous permettent de modéliser, de mettre en mouvement et de clarifier des éléments de notre scénario dont la mise en scène est un peu complexe. Nous les avons organisé de manière à ce que la disposition des feuilles rappelle un plan d’appartement : des angles droits, pas de vides entre chaque document. Cela représente notre façon de travailler : organisée et méthodique.

Figure 5 Mouvements (23/11/12), Infographie 2D et montage : Gaylord Gauvrit

Nous avons mis au propre les croquis montrés précédemment, ainsi ce schéma sera utile lors de la réalisation. La figure 5 définit donc les déplacements des personnages à l’intérieur de l’appartement ainsi que les mouvements de caméra qui permettront de suivre et de rendre à l’image l’action. A travers ces trois schémas techniques, seule une partie de notre scénario est défini. Il s’agit de la scène finale où Vincent, Nicolas et Maélie se disputent au centre de l’appartement (représenté par des ronds roses cerclés de noir). Ayaka sonne à la porte d’entrée (“Position 1”). Maélie se déplace vers la porte (déplacement représenté par une flèche rouge) et ouvre à Ayaka qui entre. Durant ce déplacement, la caméra (déplacement représenté par une flèche bleue) se rapproche de Maélie, la contourne par derrière tout en montrant les réactions de Vincent et Nicolas qui restent à leur position initiale. Puis, la caméra suit Maélie de dos dans son déplacement vers la porte. Le dernier axe de caméra de la “Position 1” montre Maélie et Ayaka à l’intérieur de l’appartement. Les deux autres schémas décrivent, de la même manière, les déplacements des personnages et des caméras pour finalement nous montrer le dénouement de notre scénario.

Figure 6 Storyboard (23/11/12),  Photographie et dessin : Morgane Kerarvran

La Figure 6 et la Figure 5 ont été réalisées simultanément et cela a permis de penser le départ du projet en groupe. Ainsi malgré nos différentes manières de concevoir une image ce travail en particulier nécessité une préparation commune. En effet ces deux éléments techniques se basent sur les mêmes intentions de réalisations. Par ailleurs le storyboard permet de schématiser ce qui sera réellement montré au spectateur et permet donc, à l’instar de la Figure 5, d’avoir une vision horizontale de l’action.

Morgane Meneau, Morgane Kerarvran, Gaylord Gauvrit

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.