[B4, G4] La mise en mots

Emeline D. (05/11/2012)

Figure de Une : Fêtons la fin du monde
Dessin de Florence DELAVAUD
Idée originale de Florence DELAVAUD, Emeline D., Sarah KARRAY

Le carnet de recherche prend donc une nouvelle tournure. Après les séances de discussions sur la voie que nous souhaitions prendre, nous avons décidé, en accord avec J.-P. Ronssin, de nous lancer dans une idée de scénario totalement loufoque et originale. Notre personnage central sera Ayaka, jeune japonaise et fille de diplomate, ayant appris la culture française dans les livres. Cette jeune fille, superstitieuse au possible, tentera de convaincre ses amis (Maélie, Nikolaï et Vincent) de réaliser leurs derniers vœux face à la terrible nouvelle de la fin du monde, le 21/12/2012. Fêtons la fin du monde prend alors tout son sens : le symbole de la mort est au centre de l’image, omniprésent, mais ne renvoie pas directement à l’horreur et à la peur. Ici, tout est joyeux : les couleurs sont vives, la tête de mort porte des cotillons, on a presque envie d’y participer nous-même. Et puis,  ce sera le moment pour tous les personnages de se désinhiber sans crainte du jugement. Les étudiants, ne l’oublions pas, appartiennent souvent à un groupe social, ils suivent des codes, imitent parfois leurs prédécesseurs ; l’intervention de la thématique de la fin du monde dans notre scénario permettra de dévoiler plus en profondeur les personnalités des personnages. Si la fin du monde est proche, alors pourquoi ne pas en profiter pour être enfin soi-même …

 

 Emeline D. (23/11/2012)

Figure 2 : Oll problems killed
Idée originale d’Emeline D.

Selon Wikipédia, plusieurs rumeurs contemporaines attestent que l’expression O.K. serait issue de la Guerre de Sécession. Les sudistes auraient utilisé un système pour compter les morts. 3K correspondait à trois morts, alors qu’ils inscrivaient O.K. pour « 0 killed ». Un bon nombre de légendes urbaines donnent des sens différents à l’origine de cette expression. Cette dernière serait plus vraisemblablement issue de 1839 où elle était utilisée au sein de la rédaction du Boston Morning Post pour la première fois. O.K. aurait été l’abréviation de “Oll Korrect“, elle-même altération graphique de “All correct“, expression fréquemment utilisée à l’époque.

Les trois mains représentées sont ici autant de représentation du symbole O.K. qu’il y a de membre dans notre groupe. O.K. sera utilisé ici pour “Oll problems Killed” car nous sommes enfin parvenues à trouver une idée de scénario qui nous convienne à toutes les trois. La piste lancée il y a une dizaine de jours par Florence a fait son petit bout de chemin dans les esprits. Ce nouveau thème, mais surtout les questions qui en découlent, ont fait l’unanimité.

It’s O.K.

 Sarah Karray (23/11/2012)

Figure 3 : Appartement d’Ayaka
Dessin de Florence DELAVAUD
Idée originale de Florence DELAVAUD, Emeline D., Sarah KARRAY

L’écriture d’un scénario est un processus plutôt long, d’autant que nous sommes plusieurs dans le groupe et que nous n’avons pas les mêmes références et ne partageons certaines fois pas les mêmes avis. Les contraintes d’écriture amènent finalement un cadre, et la liberté totale provoque finalement une certaine hésitation : puisque j’ai le champ libre, je dois livrer ce que j’ai de meilleur, voilà qui est embarrassant, point de vue que nous partageons toutes les trois. Le cours de J.-P. Ronssin a toutefois permis de nous aiguiller : nous avons affiné nos idées pour en tirer le meilleur et les jumeler avec d’autres.  Ayaka sera donc notre protagoniste . Nous avons souhaité développer son caractère car, dans notre histoire, et de tous les personnages, elle semble être la plus incrédule face aux réalités et la plus apte à réagir avec angoisse et folie face à la nouvelle de la fin du monde. L’objectif est également de créer du suspense : lors d’un dîner organisé par Ayaka, et à travers un jeu, chacun notera le souhait qu’il veut voir se réaliser avant de disparaître. Le choix du jeu de hasard s’est immiscé alors que nous réfléchissions à un moyen de créer de l’action : le débat est intéressant mais doit être jumelé d’une gestuelle et de mouvements pour ne pas retomber à plat. Enfin, nous avons encore une fois dû prendre en compte les contraintes du logiciel MovieStorm, contraintes qui nous ont permis de réaliser que le mieux, pour un épisode de seulement 3 minutes, était de faire une sorte de huis-clos, sans s’éparpiller dans les lieux et décors pour éviter d’emmagasiner des informations qui ne seraient pas utiles aux propos de l’histoire.

 

 Emeline D. (23/11/2012)

Figure 4 : Une soirée avec 4 caractères bien trempés
Idée originale d’Emeline D.

Notre principal souci, lorsqu’il a fallu imaginer et concevoir notre histoire, était que nous ne nous retrouvions dans aucun des quatre personnages prédéfinis. C’est vraiment déroutant car, sans compter le fait qu’ils ne sont pas proches de nous, ils ont également tous un côté atypique très prononcé que l’on ne parvient pas forcément à saisir au premier abord. Le côté atypique et prononcé de chaque personnage est caractérisé ici par une différence de forme, de taille et de couleur des verres. Le point de vue zénithale (dit vue du dessus) permet de mieux comprendre la différence et la complémentarité des personnages. De plus, notre histoire se déroulera au cours d’un dîner ; disposer les 4 verres comme autant de personnages dans une assiette, elle-même symbole d’une table-à-manger, c’est un joli méli-mélo de métaphores. Il nous a fallu réaliser que dans de nombreuses séries que nous regardions, les personnages étaient tous tranchés et extrêmement différents pour créer des situations cocasses ou dramatiques. Le secret d’un bon dialogue est, paraît-il, de faire défendre à chacun son opinion et que chaque personnage, lorsqu’il suit sa logique, ait parfaitement raison. C’est pour cette raison que des personnalités originales sont intéressantes à mettre en situation et que nous espérons que vous partagerez notre plaisir à passer une soirée (de fin du monde qui plus est) en leur compagnie.

 

 Emeline D. (23/11/2012)

Figure 5 : A 90° Celcius
Idée originale d’Emeline D.

Tout nettoyer à fond et à haute température. C’était le travail de cette semaine pour parvenir à une continuité non-dialoguée qui tienne la route. Notre enseignant en scénario, J.-P. Ronssin, nous a conseillé de faire le ménage dans nos idées. Car en effet, de toutes les discussions que nous avions eues, il subsistait des éléments qui n’étaient plus pertinents mais que nous laissions parce qu’elles nous tenaient à cœur. Jeunes adultes que nous sommes, l’époque du “doudou”, de l’objet fétiche dont on n’aime pas se séparer, n’est pas si loin derrière nous. Durant les dix premières années de nos vies, on découvre que le “doudou” est moins indispensable, mais reste toujours présent dans un coin de notre chambre, en cas de rechute. Lors des dix suivantes, l’objet fétiche change et deviens quelque chose qui nous identifie à un groupe d’individus ; le “doudou” n’a plus d’importance, on a su s’en séparer pour avancer, en se rattachant à d’autres choses tout du moins. C’est le même concept avec les idées : on y croit, on ne souhaite pas s’en séparer, c’est forcément une bonne idée. On confronte les points de vue et l’on réalise que notre idée n’était pas la meilleure, mais elle persiste dans un coin de notre tête. Puis une idée lumineuse intervient, et toutes les autres passent à la trappe. Il faut savoir se séparer du travail qui a déjà été fait s’il n’est plus pertinent. Cela nous a permis de dégager les enjeux majeurs qui ressortent dans le discours de notre histoire : quelle réaction implique le sentiment d’insécurité face à la fin du monde ? Comment parler des désirs non assumés ? Qu’est-on prêt à faire par amitié ?

 

 Emeline D. (23/11/2012)

Figure 6 : Désorganisation zénithale
Idée originale d’Emeline D.

En guise de conclusion, cette photographie prise en plongée zénithale sur un espace de travail. Il est vrai que ces derniers jours, la désorganisation a un peu régné au niveau de l’écriture du billet. Nous étions tellement plus enthousiastes à l’idée d’écrire notre scénario et d’enfin se lancer dans le processus créatif que nous en avons négligé le reste. Et pourtant, nous ne sommes pas fâchées d’avoir pris ce parti car nous avons énormément avancé dans le choix des thèmes, des contraintes, du ton. Tout ceci nous permet maintenant de nourrir notre discours. La création est quelque chose d’imprévisible et de spontané qui n’est pas régie par des lois d’ordre et d’organisation strictes. Et ça, c’est plutôt arrangeant.

Florence DELAVAUD, Emeline D., Sarah KARRAY

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.