[B1, G2] Plan d’ensemble

Ce billet est le premier d’une longue série. Ici débute un travail d’observation et de recherche sur le processus de création. Notre cadre de réflexion s’appuie sur la web série Profession étudiant, projet sur lequel nous allons  travailler en équipe. Nous allons donc commencer par nous présenter, exposer nos compétences, déterminer les objectifs et la méthode de travail que nous allons mettre en place.

Nous avons décidé de travailler ensemble. Dans un premier temps par affinité, puis pour nos compétences. Ce groupe réunit trois profils différents et complémentaires. Pour mieux comprendre notre démarche, nous pensons qu’une présentation personnelle est nécessaire. Nous avions des obligations vis-à-vis de la formation du groupe, trois personnes, dont deux ayant des aptitudes plutôt littéraires et une autre des capacités plutôt techniques. Les « techniciens » étant en sous nombre, nous nous sommes jetés sur Gaylord. Gaylord, ancien étudiant en informatique, un peu geek sur les bords mais créatif. Il a donc décidé de se réorienter vers la communication, moins technique et plus multimédia, pour finalement se spécialiser en postproduction sonore. Après avoir découvert un monde sans lumière, toujours en studio et en fin de chaîne de projet, un poste ingrat, il s’est rendu compte que cela ne  convenait pas à ses attentes. À travers Profession Étudiant, le carnet, la création et la production il pourra devenir le touche-à-tout qu’il a toujours rêvé d’être. Le reste du groupe ne fut pas difficile à réunir. En effet pour des raisons pratiques, Gaylord, ayant des difficultés à retenir les prénoms, a crié  le seul qu’il connaissait : Morgane. Par chance nous étions deux. Ainsi naquit le groupe.

Commençons par présenter Morgane. Morgane M., licenciée en information communication, ne voulait plus continuer dans cette voie. En effet, elle se rendit vite compte que son imagination  ne pouvait pas s’y épanouir pleinement. L’image et les cours de cinéma étaient ceux qui la passionnaient le plus durant ce parcours. Néanmoins, ces années lui ont permis de prendre du recul sur ses objectifs. Elle veut créer quelque chose de visuel, aime écriture et écouter de la musique. Elle a besoin d’apprendre à écrire et à créer avant de se lancer, plus tard, dans la réalisation.

Morgane K. est allée jusqu’à sa première année de master en arts plastiques. Elle y a appris à lire l’image sous toutes ses formes et a même rédigé un mémoire. Elle considère que ce qu’elle a appris par rapport à la création purement plastique ne lui suffit plus et que son travail de recherche ne pourra pas aboutir s’il reste figé sur le support papier. Le cinéma, qui est un support plus accessible, lui conviendrait donc mieux. Au début nous nous sommes réunis par affinité, mais en passant du temps ensemble, nous nous sommes rendu compte que nos compétences se complètent réellement et que de nos oppositions naissent des frictions créatives.

Ensemble, nous avons des connaissances éclectiques, des méthodes de travail et manières de penser divergentes qui enrichiront nos travaux, et nous ferons évoluer en tant que groupe et en tant que personnes. Nous voyons ci-dessus qu’en nous présentant, nous avons aussi défini des compétences propres à chacun. Nous allons donc, dans un premier temps, définir simplement le terme « compétence » avant de le replacer dans notre contexte. Dans le travail, la compétence se divise en trois catégories : le savoir, qui regroupe les connaissances théoriques, le savoir-faire regroupant les connaissances techniques et le savoir-être, l’ensemble des qualités relationnelles. Les compétences telles qu’on les a décrites sont celles mise en pratique notamment dans le monde du travail. Mais la situation dans laquelle nous nous trouvons est particulière : il s’agit d’une « situation-problème ». En effet, nous sommes en phase d’apprentissage et de découverte active. A mesure que nous arborons le monde étudiant ainsi que la pratique du travail en groupe, nous assimilons des savoirs, nous résolvons des problèmes et nous perfectionnons nos compétences.

« Ce qui est réellement éducatif, c’est tout autant l’activité déployée par l’élève dans cette résolution de problème que l’acquisition de la réponse elle-même. » (1)

Notre travail de recherche s’inscrit dans ce paradoxe de la « situation-problème », c’est un apprentissage actif, une mise en action de nos compétences à mesure que nous les découvrons, que cela soit dans le milieu étudiant ou au sein de notre équipe de travail. Évoquons maintenant les compétences propres à chaque membre de notre groupe. Gaylord, par exemple, pourra apporter son savoir-faire en multimédia et en son. Son esprit rigoureux nous permettra, par ailleurs, de cadrer l’équipe. Le débat est rapidement né entre Gaylord et Morgane K., ce qui semblait au début problématique car une réflexion commune avait du mal à se créer. Morgane M. a naturellement joué un rôle indispensable de médiatrice en faisant appel à ses compétences relationnelles et a ainsi réussi à créer une discussion ouverte et une réelle écoute de la part de chacun pour finalement tirer le meilleur de ces débats. Chacun, au sein du groupe possède donc une particularité qui permet d’être optimiste vis a vis de notre futur travail. Gaylord a des compétences techniques, Morgane K. a des compétences théoriques et Morgane M. relationnelles.

Ce travail est le premier que nous élaborons tous les trois. Nous nous sommes donc posé beaucoup de questions et nous étions souvent en contradiction. Nous avons mis un certain temps à nous plonger dans l’écriture de ce billet, car nous n’étions pas d’accord sur sa forme, son ton, son style, son sujet, ou encore sa cible. Comment, aux vues de nos disparités, répondre d’une voix commune à toutes ses interrogations et comment s’envisager en tant que groupe ? Comment réussir collectivement ? C’est lors d’un de ces fameux débats qu’est donc née l’idée de s’écouter à travers l’écriture. Afin de sortir de l’impasse du “ personne n’écoute ”, nous avons eu l’idée de poser nos remarques et nos observations par écrit. À tour de rôle chacun pourra donc s’exprimer devant le reste du groupe qui posera des questions et prendra des notes. Nous avons décidé de poser cette méthode pour que chacun puisse s’exprimer librement et ai son mot à dire. Le travail du carnet durant deux semaines, nous choisirons dans un premier temps un thème commun. Pendant la première semaine chacun se posera ses propres questions et effectuera ses propres recherches et en rédigera une synthèse sous forme de lettre. Puis, la semaine suivante, nous nous rejoindrons pour partager et lire ce travail. Chacun prendra des notes sur le travail des autres. Cela nous permettra de partir sur une réflexion commune, sans que personne ne soit mis de côté. Nous espérons que cette méthode permettra de régler nos problèmes initiaux.

Cette idée de lettres, de réflexion au jour le jour sur la nouveauté, nous est inspirée par les Lettres Persanes de Montesquieu. En effet lors de la découverte d’un monde totalement différent du sien, d’un monde étant l’antithèse de tout ce qu’il avait déjà vu, il échangea et s’engagea dans une correspondance où il faisait part de son étonnement. Il créa ainsi un dialogue entre deux mondes. Plus qu’un modèle à suivre pour nos méthodes de travail, il est intéressant de noter que nous sommes, d’une certaine façon, dans la même situation que lui. Nous découvrons le travail de groupe, mais aussi le monde du cinéma, la complexité  de l’écriture d’un scénario et ces carnets seront le pont entre chacun de ces mondes.

Nous rentrons donc dans une nouvelle logique, celle d’une socioanalyse participante du monde étudiant. Comme cela fait longtemps que chacun des membres de ce groupe est immergé dans ce milieu, nous avons donc déjà eu l’occasion de réfléchir à la situation d’étudiant, à ses enjeux et ses questionnements. Cela n’est donc plus une cause d’étonnement pour nous. Bien que nous ne sommes pas encore experts, cette expérience commune est un atout fondamental pour la suite de ce projet et sera le lien parfait entre nos parcours différents et nos caractères difficiles à coordonner et permet dès aujourd’hui de lancer ce projet dans une optique commune.

(1) DUGAL Jean-Paul, Dicodidac, 1992


Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.