[B4, G3] Continuités…

Sarah Vasseur (23/11/2012)

Existe-t-il des domaines réellement privés, ou sommes-nous toujours reliés les uns aux autres ? Les traditions spirituelles, appuyées par la science, nous apprennent que nous possédons chacun des microcosmes (du grec micro = petit et cosmos = monde), qui nous entourent de façon invisibles, et qui émettent nos vibrations sur plusieurs mètres (une vingtaine). Ainsi, sommes-nous toujours en quelque sorte connectés et mélangés les uns aux autres ? Alors, qu’est-ce que l’espace personnel ? Quelles en sont ses limites et comment le définir ? Peut-être s’agit-il de l’espace de l’ego, l’espace physique dans lequel il se plait à avoir ses repères. La notion de repères est certainement importante. Nous possédons des meubles, qui sont toujours les mêmes, souvent à la même place, dans une même pièce, tout cela dans un espace constant et tout à fait mobile à la fois : un appartement ou une maison. La langue française utilise d’ailleurs cette expression « c’est mon repaire », pour évoquer un lieu plus ou moins grand dans lequel on se retrouve régulièrement et auquel on est attaché. Une métaphore qui en dit plus qu’il n’y paraît… En tant que domaine physique, la maison est un domaine privé qui sert de “repère” parmi des milliers d’autres. Un espace personnel n’est jamais un lieu inconnu. C’est non seulement un espace que l’on connaît, mais plus encore que l’on reconnait, dans lequel on se reconnait, et qui nous est réconfortant.

Dans le cadre du débat que nous devons créer entre les personnages, j’ai choisi de faire ce dessin, parce qu’il évoque bien la question du domaine privé, du lieu de vie personnel, soulevée par Ayaka (un de nos protagonistes). On y voit un lit aperçu à travers le trou d’une serrure, symbole d’une intimité menacée.

Après tout, pourquoi peut-on refuser que certaines personnes entrent chez nous, d’autant plus si nous sommes absents ? Parce que l’on y crée une ambiance, une atmosphère énergétique précaire, liée à notre être, qui peut se briser en un rien de temps par l’interaction d’autres personnes, émanant des énergies différentes des nôtres ? Plus particulièrement, une chambre est le lieu des rêves, des relations sexuelles, et permettre à des personnes de l’utiliser pour des rapports ou même pour une nuit, n’est finalement peut-être pas un acte anodin puisque que l’on permet de bouleverser tout l’équilibre ambiant qui y règne.

Le feng-shui, notamment, pratique chinoise qui se penche sur l’importance des circulations énergétiques dans un lieu, prône l’importance des énergies apportées, modifiées ou enlevées dans un lieu donné. Ayaka pourrait éventuellement être sensible à ce genre de « détails », de philosophie, et défendre ainsi l’importance du domaine privé face à Nikolaï.

De manière générale, nous créons des frontières, des barrières physiques avec le monde qui nous entoure, et cela en vivant dans des lieux séparés, fermés par des portes. Cela permet de créer des « cocons », où l’on s’y sent protégé, parce que nous y mettons quelque chose de nous, quelque chose de connu et que nous pouvons reconnaître. On peut décorer d’une façon qui nous plaît, on y écoute un certain type de musique, nous y regardons certains types de films… Avec un lieu, se crée toute une alchimie liée aux personnes qui l’habitent… dans tous les sens du terme.

Mais « ne s’y trouve-t-il que le confort, la soif de confort, cette chose furtive qui entre dans la maison en invité, puis qui devient l’hôte, et puis le maître ? », Khalil Gibran, 1993.

Juliette Chanson (23/11/2012)

Cette photo représente Barbara cachée derrière une toile d’araignée, comme tout individu derrière son écran d’ordinateur, et pouvant se créer n’importe quelle identité sur le net. Personne ne peut la percer à jour, elle est tapie dans l’ombre.

Nous connaissons la dérive des sites internet. Derrière un profil, un statut, une photo, tout le monde peut se cacher. Cela reste du virtuel. On se définit une identité sur la toile mais il n’y a aucun contrôle. On ne dit que ce qu’on a choisit de dire sur nous, on s’affiche comme on le souhaite.

Dans notre continuité non-dialoguée, Nikolaï a pris contact avec une inconnue via un site internet. Cela va nous permettre de trouver des arguments qui, encore une fois, animeront notre débat ! Ayaka peut enchaîner les arguments reposant sur le fait qu’elle a entendu parler de meurtres, d’histoires louches, qui se seraient produits suite à de mauvaises rencontres sur le net. On peut trouver une logique dans sa réticence à laisser Nikolaï aller au rendez-vous, en se reposant sur une réalité, de nombreux internautes se sont déjà fait duper.

Barbara Lancia (23/11/2012)

Le fantasme de l’inconnu, c’est ce à quoi succombe Nikolaï dans notre scénario. Son inscription sur le site de “rencontres éphémères” Duculducul.com nous le prouve. Le fantasme sexuel est défini comme un scénario érotique, imaginaire ou non, provoquant une pulsion ou une excitation sexuelle, pas nécessairement assouvie du fait de l’auto-censure sociale ou religieuse. Or, le fantasme de l’inconnu a ses particularités propres. En effet, avoir un rapport avec un inconnu induit une forte excitation de par l’impossibilité de contrôler entièrement la situation et la mise en danger que cela suppose.

Sur cette image, le masque représente le fantasme de l’inconnu. En effet, une fois qu’il est porté, on ne peut jamais vraiment savoir qui se cache derrière le masque. Porté lors d’un rapport sexuel, il permet à chacun de ne pas se montrer réellement tel qu’il est, et de s’inventer une personnalité ou une attitude différente, sans craindre le regard de l’autre. De plus, il instaure une distance entre les partenaires qui évite tout attachement ou tout engagement futur. Éveillant la curiosité, il a une forte valeur érotique. L’individu masqué devient donc un inconnu. Le masque représentant la facette de sa personnalité que celui-ci décidera de montrer.

 

Juliette Chanson (23/11/2012)

 

Nous pouvons voir sur cette image une annonce du site internet de rencontre Adopteunmec.com. Nous nous sommes inspirées de ce site dans notre continuité dialoguée, pour comprendre les motivations, l’état d’esprit de Nikolaï inscrit sur un site de ce genre, les réticences de ses amis, ainsi que leur surprise.

Meetic, Badoo, E-darling… Nous vivons actuellement dans une société où les sites de rencontre se généralisent, se multiplient. De plus en plus de gens non seulement s’inscrivent sur ces sites, mais se rencontrent “dans la vraie vie”, et beaucoup de relations virtuelles deviennent réelles. Il s’agit de sites promettant des rencontres amoureuses, mais chacun y va avec ses propres attentes. Il y a aussi des sites de rencontre qui ont un nom bien plus direct et qui annonce un tout autre type de relation, comme par exemple Adopteunmec.com où on « fait son marché » en mettant les hommes qui nous plaisent dans des paniers. On peut aussi voir sur l’image que le site parle de stocks de femmes et d’hommes ! On comprend bien que ces sites sont moins conventionnels et qu’ils laissent une totale liberté d’attentes aux internautes.

Dans notre débat, nous avons voulu que Nikolaï ait rencontré une fille sur un site de rencontre, car ce personnage aime les belles filles. De plus, il est assez représentatif de ces jeunes gens qui passent leur temps à faire le tour des profils et des photos sur les sites afin de trouver LA magnifique fille avec qui sortir. Nous avons opté pour un site qui s’appellerait « Duculducul.com », ce qui définit totalement bien la forme de relation que Nikolaï souhaite partager avec la belle inconnue.

Barbara Lancia (23/11/2012)

Cette photographie illustre le conflit  survenant entre Ayaka et Nikolaï dans notre continuité non-dialoguée. Ayaka a du mal à comprendre le mode de vie de Nikolaï, qui multiplie les conquêtes féminines, sans jamais chercher à poursuivre la relation. Ce débat naît donc de deux visions différentes de la relation amoureuse, et de la capacité pour certains à dissocier sexe et sentiments.

Cette photographie représente un lit à deux places, dans une obscurité partielle. On remarque que le lit est défait, la couverture est froissée et retournée. De plus, plusieurs vêtements et sous-vêtements sont éparpillés sur le lit.

Une fois la photographie bien observée, on imagine aisément la nature des événements qui se sont déroulés dans la pièce. L’image laisse en effet deviner des ébats amoureux récents. Amoureux, peut-être pas… D’où les deux phrases inscrites de chaque côté de la couette : « Toi & moi pour la vie » et « Toi & moi pour la nuit » ; le débat reste ouvert.

 

Sarah Vasseur (23/11/2012)

Si j’ai choisi de prendre cette photo, c’est parce que, personnellement, rien ne m’évoque plus le domaine privé que l’écriture. Même si elle est par la suite portée aux yeux de tous, l’écriture est d’abord un acte profondément intime, qui nous permet de flirter avec les aspects les plus secrets et les plus enfouis de notre être. C’est le moment où l’on touche du doigt ce qui est en deçà et au-delà de toutes les lois tangibles. S’il y a bien quelque chose qui nous met à nu, c’est lorsque l’on écrit, et plus encore, lorsque quelqu’un lit ce que l’on a écrit avec une profonde spontanéité. On ne peut jamais écrire autre chose que ce qu’il se passe en nous. On ne peut jamais exprimer autre chose que ce qu’on laisse vivre en nous. Ainsi, l’écriture, qu’elle fasse part de nos réflexions, de nos émotions, de nos pensées, de notre imaginations, est toujours le miroir de nous-même, et l’on peut choisir de la laisser voir ou non aux autres. Il n’en est pas question dans l’épisode de Profession étudiant que nous voulons créer, mais il s’agit cependant, pour moi, d’une des images qui illustre le mieux la question du domaine privé. De plus, cela peut également amener à réfléchir sur le contenu et le ton des messages échangés sur un site de rencontre.

Barbara Lancia, Sarah Vasseur et Juliette Chanson

Bibliographie

Khalil Gibran, Le Prophète, Livre de poche, Librairie Générale Française, 1993

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website


Une réflexion sur « [B4, G3] Continuités… »

  1. Le dessin (de Sarah Vasseur) est juste exceptionnel !
    Le texte apporte à la fois une certaine philosophie, et nomenclature spirituelle, à un questionnement tout à fait anodin de notre quotidien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.