[B4, G8] Trouver l’unité dans le collectif

Alors que nous trouvions au préalable l’écriture à quatre mains contraignante, nous sommes parvenues au fil du temps à une méthode de travail qui nous convient parfaitement (comme évoqué dans le billet 11).

Lauriane Paganon (20/11/2012)

Au moment de la prise de vue nous attendions que Blandine vienne nous voir afin de nous donner son avis sur notre note d’intention. On peut observer sur l’écran de l’ordinateur que plusieurs documents sont ouverts puisque c’est de cette façon que nous travaillons. Nous avons créé un google doc afin de faire ressortir toutes les idées que nous souhaitions explorer. Puis, nous en avons ouvert un second où nous avons mis en forme toutes ces idées. Depuis nous ne faisons que jongler entre ces deux documents afin d’enrichir notre note d’intention de nouveaux éléments. Ces derniers émanent des remarques de Blandine, des recherches que nous effectuons de notre côté et des cours du master. Notamment en ce qui concerne les écoutes des documentaires radiophoniques de arteradio.com2 qui nous ont permis d’affiner l’aspect visuel et sonore que nous souhaitons donner à notre séquence.

Mais aujourd’hui, nous nous trouvons confrontées une seconde fois au problème de l’écriture à plusieurs. En effet, les cinq groupes du webdocumentaire doivent s’accorder sur le dossier de production. Or nous rencontrons certains problèmes de communication qui ralentissent l’écriture de ce document. De plus nous n’avançons malheureusement pas à la même vitesse sur le travail à produire.


Les 2 photographies sont de Lisa D. (20/11/2012)

Ces photographies ne représentent pas objectivement les méthodes de travail de chaque groupe car à ce moment là, Blandine était en train de parler. Aucun des groupes n’étaient donc en train de travailler en binôme à proprement parler. Cependant, nous avons trouvé que ces deux photographies, d’autant plus lorsqu’elles sont côte à côte, permettaient d’illustrer clairement le travail à deux et la façon dont nous gérons cette relation. On peut imaginer que certains sont encore dans l’imagination de leur documentaire pendant que d’autres sont entièrement dans la conception. Par ailleurs nous ne travaillons pas tous avec les mêmes outils. Bien que l’ordinateur prenne une place importante sur la photo de droite, il est intéressant de constater qu’il ne remplace pas pour autant le traditionnel bloc note et son crayon, respectivement sur la table de gauche et dans les mains de Marianne et Romain. Bien que nous vivions tous cette expérience de différentes façons, nous rencontrons tous des difficultés et des moments de découragement. Cependant, le fait que ce projet soit également collectif nous permet quelquefois de pouvoir nous appuyer les uns sur les autres suivant les compétences de chacun.

En ce qui concerne notre binôme, nous avions toutes les deux discuté de nos méthodes de travail respectives afin de les combiner, de telle sorte que nos compétences personnelles s’additionnent au lieu de s’annuler. Toutefois, nous nous demandons si cette démarche peut fonctionner à l’échelle d’une classe entière d’autant plus que le temps nous manque pour mettre en commun les revendications de chacun.

« En travaillant en groupes, en interagissant, les apprenants construisent du savoir ensemble, deviennent des ressources l’un pour l’autre. Ils augmentent leurs chances de devenir interdépendants ; l’enseignant n’est plus l’unique source de savoir et d’expertise dans la classe » [Coco, 2006].

Ainsi bien que nous soyons encadrés, cet exercice de mise en commun repose principalement sur notre capacité à travailler ensemble afin de réaliser un webdocumentaire cohérent. Le résultat attestera par ailleurs si nous y sommes parvenus. Nous nous devons donc de collaborer les uns avec les autres et cela ne sera possible que dans la mesure où nous décidons d’avancer à l’unisson. Cependant, nous accumulons actuellement du retard car chaque groupe avance de son côté, alors que des choix doivent être faits afin d’avancer dans l’écriture de la note d’intention générale.

Lauriane Paganon (20/11/2012)

 Si une personne était entrée dans le studio mardi matin, voilà ce qu’elle aurait pu observer. A l’origine nous n’étions pas installés comme cela mais Blandine nous a demandé de travailler nos notes d’intention individuelles, nous nous sommes donc installés par groupe. Par ailleurs, nous nous sommes aperçus que le fait de travailler en binôme rapprochait considérablement les étudiants qui le compose, il nous arrive donc souvent de reformer inconsciemment ces binômes lorsque nous nous installons en classe. Ce qui est d’autant plus le cas dans cette salle, puisque ces tables nous prédisposent dans un certain sens à nous départager. A la différence des tables mises bout à bout où nous nous installons les uns à la suite des autres sans vraiment réfléchir. Il est donc intéressant de se rendre compte que lorsque les tables sont séparées, le choix nous est offert de nous asseoir où bon nous semble. De plus, ce placement de tables favorise la communication entre les élèves lorsque celle-ci est permise. Par ailleurs si Lisa se trouve au premier plan cela est dû au fait que nous avions besoin de l’ordinateur de la salle. Le principe de cette photo étant de donner une idée de la disposition des élèves depuis l‘entrée de la salle et non de mettre notre groupe au premier plan.

Lisa D. (22/11/2012)

Il arrive aussi que nous déplacions les tables afin de faciliter la discussion. Par exemple, nous avions positionné les tables comme sur le dessin ci-dessus pour éviter le caractère frontal des élèves et du professeur et débattre au mieux sur nos travaux. La communication a tout de suite été plus rapide a établir car nous pouvions tous nous voir. En effet, lorsque les tables sont alignées les unes à la suite des autres, la première rangée est amenée à tourner le dos à la seconde, il est donc beaucoup plus difficile de communiquer entre nous. Grâce à ce nouvel aménagement (temporaire en ce qui concerne le SCAV), nous avons eu l’impression d’avoir une véritable réunion de travail. La barrière enseignant/étudiant se faisant moins ressentir. Notamment en ce qui concerne les remarques de Blandine, car nous pouvions tout de suite en discuter et entendre le point de vue de chacun.

Nous nous retrouvons donc face aux difficultés inhérentes à tout projet en commun : une participation plus ou moins active et des remises en question qui retardent toute prise de décision. Cela a par ailleurs été notre cas dans le sens où nous avions tous décidé que le webdocumentaire serait en couleurs, et finalement en y réfléchissant plus longuement nous nous sommes toutes les deux dit que nous préférions que notre séquence soit en noir et blanc. Il a donc fallu rouvrir le débat alors que nous nous étions tous mis d’accord la semaine dernière.
Par ailleurs, cet exercice se révèle instructif puisque nous serons sûrement amenés dans le cadre professionnel à travailler en équipe. Et le fait d’avoir au préalable vécu cette expérience nous permettra certainement de mieux nous intégrer dans un groupe de travail.

Lisa D., Lauriane Paganon

Bibliographie

COCO Myriam [2006], Campus numérique et représentations des futurs enseignants de langues étrangères, Distances et savoirs, 4, 2006

Illustrations

Photo à la une

Auteur : Lauriane Paganon

Date : 20/11/2012

Légende :  Le cours est terminé, nous sommes donc tous debout. Nous pourrions nous en aller pourtant nous faisons le choix de rester. Nous espérons avoir le temps de poser encore quelques questions restées en suspens concernant la mise en page du dossier de production. Blandine prend alors le temps de nous répondre mais également de nous rassurer. Nous décidons alors de faire le point la semaine prochaine sur l’avancée de nos travaux.

  1. http://cineoeil.hypotheses.org/92 []
  2. “En ligne : http://www.arteradio.com/ (dernière consultation 22/11/2012)” []

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.