Archives par mot-clé : teaser

This is the end …

(cc) Julie T.
(cc) Julie T.

La dernière étape du teaser a été la post-production, celle-ci a été plus rock and roll que le tournage. L’équipe a été confronté à tout un tas de savoirs-faire techniques que nous n’avions pas forcément. Si l’ours a été rapidement monté, nous avons pris notre temps sur des détails comme le son, un peu d’étalonnage ou encore un joli travail d’effet à coup de photoshop et d’alter effect !

Nous avons appris par nous-mêmes, nous avons tâtonné et surtout accepté que nos connaissances en post-production n’étaient pas assez importantes pour faire quelque chose de trop ambitieux. Nous sommes restées dans la simplicité et cela a été payant ! Maintenant que le projet est terminé, chacune d’entre nous repart avec ce taser comme bon souvenir d’un travail de groupe qui fut joyeux. Je crois que c’est ça qui me restera le plus en mémoire : une simplicité et une cohésion qui ont fait que le projet s’est déroulé sans autres accords que la faisabilité de nos plans sous la pluie et de la synchronisation des titres. En sommes, une bien belle expérience !

Vents contraires

persos
cc (Coline Portet)

Vents contraires, notre projet de film d’animation avec des bouts de papier carton prend forme petit à petit. Après avoir entreprit des recherches graphiques et esthétiques pendant plusieurs mois, place aux recherches techniques. Nos idées, nous les avons. Il s’agit donc juste de trouver une idée pour les montrer, pour les exprimer.

Une planche de bois, un bras magique, quelques ampoules qui fonctionnent et le tour et joué. Le banc titre présent à la fac nous a bien facilité la tâche. Nous avions envie de faire du stop motion mais la réalisation de cette technique nous paraissait bien long et fastidieux sans un matériel approprié. Grâce à cet outil nos éléments de décors peuvent bouger sans qu’on est besoin de tout désinstaller : nos lumière, notre cadre, rien ne bouge. Cela nous permet d’être efficace mais aussi de pouvoir faire ça par petit bout sans être obligé de tout photographier d’un coup. A l’aide de nos bouts de papiers et marqueurs foncés et de la superposition de tous ses éléments, notre animation prend forme. Chaque petits détails de décor est déplacé doucement et délicatement. Les déplacements sont infimes et à chaque mouvements, on immortalise le moment. Les contrastes et les collages donnent un effet de profondeur à notre image. Nous avions peur que le papier plat ne soit pas assez vivant à l’écran mais le premier test de la séquence en gros plan est concluant. Reste à voir avec quel logiciel nous allons pouvoir animer et assembler ses prises de vues et à trouver des idées pour animer nos personnages de plein pieds, qui dans les autres séquences, seront en constant mouvements.. Dessiner une multitude de silhouettes, découper les différents éléments du corps afin de les articuler, jouer sur le décor pour donner une impression de mouvement des personnages.. Voilà tant de questions que nous nous posons, bientôt résolues, lors de nos prochaines prises de vue.

Coline Portet.

Clap de fin.

(cc) Camille Nivat 10/03/2016
(cc) Camille Nivat 10/03/2016

Il est amusant de repenser à la genèse de ce teaser. En moins de trois heures, nous avions déjà défini les grandes lignes du projet, sélectionner les éléments primordiaux et nous nous étions mises d’accord sur un premier jet de scénario. De toute évidence, le groupe fonctionnait bien, très bien même. Et ça s’est confirmé dans le reste du processus de création! Pendant que certaines reprenaient certains détails du scénario, d’autres s’attaquaient à l’organisation du tournage. Et toute cette préparation nous a permis de faciliter la captation filmique. Le jour J, les plans se sont enchaînés et ce, malgré les nouvelles idées qui nous obligeaient à improviser. La journée de prise de vue s’est terminée étrangement tôt par rapport à nos prévisions préalables. Nous avons alors pris véritablement conscience de l’importance de l’organisation anticipée d’un tel tournage.

Lors de l’écriture, nous doutions quelque peu – voir fortement –  de notre capacité à matérialiser chacune de nos idées. Nous craignions tout particulièrement l’étape de captation ; nous avions peur d’être déçu lors de la visualisation de nos rushs. Et pourtant, il n’en a rien été. Certes, l’image n’était pas parfaite, la lumière laissait parfois à désirer ; nous avons même remarqué quelques faux-raccords au sein du décor. Mais rien d’insurmontable! Le montage nous permettrait de retoucher, voir faire disparaître les petites imperfections de nos plans. C’est cette dernière étape du processus de création qui s’est révélée être non seulement la plus longue mais aussi la plus difficile. Nous n’ignorions pas l’importance du montage, mais nous n’avions peut-être pas assez appréhendé l’exigence de cette étape. Le teaser final devait faire sens et présenter le plus clairement possible l’émission « Copains comme lardons ». C’est ce à quoi nous aspirions et c’est justement – je pense – ce à quoi nous sommes parvenues !

Camille Nivat

Bon vent !

(cc) Coline Portet (13/03/2016)
(cc) Coline Portet (13/03/2016)

Le projet commun que nous avons dû réaliser cette année m’a permit d’expérimenter l’animation que je ne connaissais pas, ou peu. J’avais déjà réalisé des petits courts-métrages avec une amie ou encore avec des groupes d’enfants. Les décors, composés de formes et de structures en 3D, étaient facilement manipulables. Mais faire un film animé avec des bouts de papiers, en revanche, me semblait compliqué. J’avais dû mal à imaginer comment s’y prendre, comment positionner la caméra, où placer les lumières, comment déplacer les éléments..

Pour créer du mouvement et ainsi raconter notre histoire nous avons dû passer par plusieurs étapes, toutes aussi fastidieuses. Concevoir une identité à notre film a été compliqué puisqu’il a fallut que tout le monde soient d’accord et visualise la même chose. On a perdu beaucoup de temps à réfléchir à nos idées et à comment les réaliser plutôt que de se lancer dans le projet de façon concrète. La question de la couleur ou du noir et blanc, des formes, de la matière et le choix du 2D ou 3D nous on poursuivit un bon moment. Puis, nous avons commencés à faire des tests, ce qui m’a permit de découvrir l’utilité du banc titre ! Réaliser un film d’animation est un véritable travail d’équipe précis et minutieux. Pendant qu’une d’entre nous prend les photos, quelqu’un se charge du côté droit de la feuille pendant que quelqu’un d’autre se charge du côté gauche. Grâce à cette cohésion de groupe, nous avons pu réaliser un petit bout de notre film. Le résultat est plutôt agréable puisque je ne m’attendais pas du tout à avoir quelque chose d’aussi plaisant : à la fois beau et maladroit.

Coline Portet.

FLASH BACK

alix grinsell cc (14/03/16)
Xila cc (14/03/16)

En faisant défiler les différentes étapes du teaser Copains comme cochons, je peux dire que le bilan est positif.

Une fois l’équipe constituée, le projet cher à chacun de nous fut lancé. En plus de la bonne cohésion dans le groupe et une juste répartition des rôles, il est à noter que notre première idée, bien qu’ un peu utopique, a été suivi à la lettre. Chacune de nous avait une idée bien précise du projet mais l’écriture de ce dernier fut collectif et commun. Nous avons découpé le projet en séquences afin de mieux préciser les scènes à tourner. Une fois les écritures et les réécritures terminées, les plans de repérages faits, le tonnage arriva très vite. C’était un dimanche matin de très bonne heure, nous étions excitées, presque euphoriques à l’idée de concrétiser notre idée de départ. Je pense que cette ambiance dynamique et joyeuse contribua à rendre notre travail efficace et rapide. Enfin pour le montage, dernière étape, nous nous sommes séparées en petits groupes avec une tâche bien définie. Certaines étaient sur In design, d’autres sur Première et le dernier groupe cherchait la musique appropriée au montage. Une fois tous les éléments réunis, ce fut la réalisation du montage final. Le teaser est réalisé, tourné et monté. Notre en sortons ravies, ce fut une belle expérience !

Xila