Archives par mot-clé : road movie

Take me from this road

Consigne : « Clap de fin »

La route fut longue et périlleuse mais le voyage touche à sa fin. Il me reste encore quelques modifications à effectuer mais le travail de rédaction se termine. L’étape ultime de la soutenance approche, j’ai déjà quelques idées de la façon dont je vais aborder cet oral. Je souhaiterais mettre en image le développement de mon mémoire à l’aide d’une vidéo présentant des extraits du film. Je souhaiterais montrer, par les images, que Easy Rider met en scène les croyances portées par la Contre-culture, puis l’essoufflement du mouvement contestataire. Ainsi j’apporterais des éléments supplémentaires à mon mémoire écrit.

Tout d’abord, j’ai commencé à réaliser la vidéo permettant d’illustrer mes propos. Elle présente les plans de Wyatt et Billy sur la route à bord de leurs motos Harley Davidson. Par cette succession de plans sur la route, nous découvrons la trajectoire des deux héros. Car, comme j’ai pu l’expliquer dans mon mémoire, ce n’est pas l’objectif du voyage qui est intéressant dans les road movies, mais la trajectoire effectuée par les héros. Au début du film, nous découvrons les grands espaces sacrés de l’Amérique de l’Ouest. Puis au fil du voyage, les deux bikers traversent une Amérique post-industrielle grisâtre, et les plans serrés encadrent les deux motards. Cette succession d’images sur la route nous permet de montrer l’euphorie du début du voyage, le désir de renverser le système et également la dure réalité qui les rattrape.

Tic Tac Tic Tac Tic Tac…

Consigne : « Mon mémoire, un montage narratif »

6 semaines. C’est le délai qui nous reste à l’heure de l’écriture de ce billet pour finaliser notre première ébauche de mémoire. Pour débuter l’analyse du film de Scott, je prends le film dans le sens inverse : commencer par la fin avec la voiture qui s’élance dans le canyonset remonter la chronologie afin d’essayer de comprendre comment Thelma et Louise en sont arrivées là. Car il s’agit de la première image qui nous vient à l’esprit lorsqu’on nous parle de ce long métrage. A l’époque de sa sortie, ce dernier avait divisé les spectateurs, plus particulièrement les femmes. En effet, certaines interprétaient le film comme une dénonciation des violences conjugales ou encore des inégalités homme-femme dans le monde du travail. Mais d’autres y voyaient ce vieux fantasme masculin de la femme guerrière et castratrice telle une Wonder Woman avec son lasso.

Et le plan qui a été élaboré tente de répondre à la problématique en trois questions simples : comment, pourquoi et par qui. Le « comment » se concentre sur le genre du film à savoir le road movie, qui est un paradigme du genre. Ensuite, le « pourquoi » se concentre sur le mouvement du féminisme à travers son histoire aux États-Unis et son évolution en reprenant la situation de 1991, pour la confronter à notre époque, et en déduire si l’histoire serait toujours la même. Enfin, la dernière partie concerne le réalisateur Ridley Scott, sa vision des femmes au cinéma, mais également sa position sur l’existentialisme. Maintenant que tout ceci a été mis en place il ne reste plus qu’à rédiger, tout en espérant de ne pas faire fausse route et basculer vers le côté obscur du hors-sujet …

Vincent Duquennoy

Que la Force soit avec toi pour ta problématique !

Consigne : « Ma problématique, un casse-tête chinois »

Un Rubik’s cube. C’est plutôt à cela que me fait penser la problématique de Thelma et Louise : assembler des mots-clés dans le bon ordre pour qu’à la première lecture, on puisse lire des phrases logiques, semblant évidentes, montrant ainsi qu’on maîtrise bien son sujet d’entrée. Pour le film de Ridley Scott, la liberté est bien évidemment l’un des termes principaux, mais nous devons également y retrouver « femme », « road-movie » et « américain ». A l’heure où ce billet est écrit, cette problématique commence à prendre forme, mais il reste précisément la question essentielle, à savoir trouver la phrase d’accroche sur la condition de la femme aux États-Unis à l’époque du film, tout en la raccrochant au thème de la liberté.

Mais l’idée serait de commencer par la fin, en se concentrant sur le plan où la Ford Thunderbird vole tel un oiseau dans les airs, pour remonter ensuite la chronologie du film et tenter d’expliquer comment les protagonistes en sont arrivées là. Il ne faut pas non plus oublier de situer le film : en effet, nous sommes en 2015, et l’action du film se déroule en 1991, ce qui suppose une référence au contexte socioculturel de l’époque. La difficulté réside donc dans le fait qu’il faut simplement poser les bonnes questions sur les raisons du choix de ces deux femmes pour qu’on puisse, pour en faire une véritable problématique, aller un peu au-delà de la notion de « qu’est-ce qui les anime ? » Alors on ne baisse pas les bras, et on s’y remet dans la joie et la bonne humeur !

Vincent Duquennoy

Thelma et Louise : des personnages à double facette

Consigne : « Mes personnages & moi »

Analyser l’histoire de deux femmes qui prennent une revanche sur leur vie  et acquièrent leur indépendance à travers un périple sur les routes américaines. Pourquoi pas ? Surtout quand on est un homme ne connaissant pas ce genre de problèmes, à savoir se faire respecter dans un monde tournant autour de la testostérone masculine, lorsqu’on en est complètement démunie. Car aujourd’hui, la femme dispose de plus de ressources pour se faire respecter, contrairement à celle de l’époque du film, à savoir les années 80-90. C’est surtout en cela que le film m’a touché et fasciné, ces personnages « englués » dans leurs vies : l’une au foyer, soumise, l’autre serveuse dans un bar miteux, qui s’émancipent pour se découvrir une nouvelle personnalité, depuis longtemps enfouie à l’intérieur d’elles-mêmes.

Et cette émancipation, elles vont l’obtenir en reproduisant les codes de la gent masculine pour adopter finalement un comportement conventionnellement rattaché à des valeurs masculines. Au début, l’émancipation passe par les armes, car c’est avec un pistolet que tout commence. Les armes, symboles de la virilité, furent inventées par les hommes pour imposer leur pouvoir par la violence. Puis l’émancipation se manifeste par l’évolution des vêtements : au début Thelma est habillée avec une jolie robe blanche pour finir vêtue d’un jean et d’un tee-shirt pourvu d’une tête de mort. Les actrices jouent également sur leur physique pour se faire respecter car ce sont des femmes qui ont une certaine carrure, avec notamment Susan Sarandon qui rappelle beaucoup Ellen Ripley dans « Alien ». Le final du film représentant le saut dans le vide pourrait provoquer un sentiment d’empathie, mais il représente la victoire de ces femmes sur le monde masculin dont elles se libèrent pour toujours.

Vincent Duquennoy