Archives par mot-clé : représentation

Antoine et Coline

Billet MOI ET MON PERSONNAGE
Coline Portet (26/10/2015)

Consigne : « Mes personnages & moi »

Antoine Doinel, mon ami le plus fidèle. Après un an passé à l’étudier,  je me rends compte qu’il y a encore plein de facettes de sa personnalité à explorer. Antoine est un personnage unique et complexe qui ne me ressemble pas du tout. Personnage principal des 400 coups de François Truffaut, il est également le sujet de quatre autres films formant la saga Doinel. Antoine est donc un personnage que je connais bien, qui évolue et grandit sous mes yeux.

Anti-héros, égoïste et généreux, drôle et cultivé, léger et grave, sensible et détaché, fidèle et curieux, brut et poétique… Antoine n’est ni bon, ni mauvais, ni Bien ni Mal. Il se cherche, doute, fait des erreurs, change d’avis.
Après de longs moments de réflexions je parviens enfin à comprendre mon admiration incessante et ma tendresse pour ce personnage si touchant. Antoine a un caractère très différent du mien, cependant je me sens infiniment proche de lui par sa proximité et son humanité. Son statut dépasse celui du personnage fictif pour se rapprocher au plus près d’une personne réelle, quotidienne, banale et complexe.
François Truffaut façonne son personnage fétiche à son image. Antoine est donc un mélange entre le réalisateur et son interprète Jean-Pierre Léaud. L’acteur l’enrichit de sa propre expérience et lui donne vie avec sa voix et sa gestuelle.
Antoine incarne un fabuleux mélange entre deux êtres qui me fascinent. Il est pour moi le plus beau personnage cinématographique qui témoigne de mes goûts et de ma sensibilité.

Coline Portet

Le mythe

Consigne : Ma problématique, une odyssée ! 

En me renseignant sur Wenders, je découvris qu’il était l’un de ces nouveaux cinéastes allemands avec Fassbinder, Adlon ou encore Herzorg à avoir été attiré par le continent Américain, lequel déversait déjà son influence culturelle et la sur-représentation de son mythe en Europe depuis quelques années.  Paris, Texas ayant donc été tourné aux Etats-unis, je fus tenté de percevoir en ce film des traces de syncrétisme culturelle, un indice flagrant marquant l’altérité de l’auteur. Cet indice était là : une certaine ressemblance avec le western, genre porteur du mythe Américain.  Je me suis alors demandé s’il utilisait consciemment les codes du genre afin  de les détourner et ainsi déchirer le voile de ce mythe historique pour nous dévoiler ce qui se dissimule derrière…

Il est bien facile de conclure que Wenders critique ou non les Etats-Unis, ce qui était la problématique de mon TPR. Il suffit de lire ses écrits pour s’en rendre compte. Pour donner un sens plus profond à mon objet d’étude, j’ai dû trouver un fil conducteur permettant de bâtir ma réflexion et éviter tout manichéisme. Je suis alors allé chercher du côté du mythe américain et de ses représentations, de l’influence des États-Unis sur l’Europe et de l’amalgame des genres. J’ai alors compris que Wenders portait ce mythe en lui et le retransmettait inconsciemment par l’image et la dramaturgie, ce qui me conduisit directement à ma problématique.

Tristan Leyri

Intuitions féminines

Je me suis dirigée vers cette comédie Hollywoodienne en quête d’un support de recherche vivant, léger et dynamique. Et aussi parce que je suis un tout petit peu féministe. Le film intitulé Madame porte la culotte ne m’a pas déçu. Cukor représente la femme à travers ses différents combats sans omettre ni charmes ni défauts, ce qui rend les personnages féminins tout à fait irrésistibles. Ils jouent, ils « sur-jouent », masquant ainsi leurs mentalités troublées et d’inévitables faiblesses qui résonnent en chacune d’entre nous. Cette justesse dans la représentation suscite en moi une profonde sympathie.

Mais me laisser emporter par le rire alors que le sujet me touche, me semble être un paradoxe. Plutôt que de me pencher sur le fond social abordé dans le film, je décide donc de creuser autour des éléments du cinema de Cukor qui me permettent de prendre du recul par rapport à l’univers diégétique. Le cinéaste semble mettre ici en oeuvre une notion vaguement familière : la distanciation. Une visite à l’ami Brecht s’impose ! Dans le fond, il se dégage de ce film un fort parfum de planches, de rideaux et fauteuils en velours rouge. Que se passe-t-il lorsque que l’on visionne Madame porte la culotte sous le prisme de la théâtralité ? Peut-être parviendrais-je à décoder l’union de ces deux arts, un mariage dans lequel Madame aimerait porter le costard.

Lucile Moyano

(cc)Lucile Moyano(05/10/2014)
(cc)Lucile Moyano(05/10/2014)

Paris, Texas, Bordeaux…

Consigne : Mon film, entre amour et haine. 

Paris, Texas. Un dossier noyé parmi tant d’autres : Rosetta, L’embryon, Tropical malady… Même pas un petit Batman qui traîne,  non, rien que des titres  inconnus. Allez, j’en regarde quelques-uns et on verra bien… Paris, Texas : du blues joué au bottleneck, des paysages grandioses, une relation père/fils émouvante et une actrice principale franchement mignonne. L’embryon : une femme fouettée pendant deux heures et demi. Le choix est difficile… Paris, Texas. Je ne suis hélas pas le seul à l’avoir choisi. Une guerre froide commence. Il va falloir se la jouer diplomate et faire changer d’avis l’une de mes collègues. La bataille est rude, mais je sors vainqueur… Paris, Texas. Nous allons devoir cohabiter ensemble pendant deux ans. On s’observe timidement. Je le soupçonne d’être un film à l’eau de rose. Lui me soupçonne d’être trop niais pour le comprendre. On verra bien…

Les soupçons s’estompent finalement très vite. Après l’avoir vu, revu, découpé, retourné, le film ne devient plus qu’une simple grille d’analyse. Tout est clair : l’histoire, les personnages, les décors… Seulement, je réalise que je reste indifférent à son auteur, ce fameux Wim Wenders. Je dois lui faire face. Quelque chose de clair et d’évident ressort de ses bouquins : c’est un obsessionnel des Etats-Unis. Tel un psychanalyste, j’essais alors de me faufiler dans son esprit. Je creuse dans ses neurones. Je vis dans ses rêves. Je veux et dois assimiler son point de vue. J’essaie de comprendre son rapport personnel à l’Amérique. Comment se la représente t-il ?  Comment nous la présente t-il ? Pourquoi de telle manière et pas d’une autre ? Une nouvelle lecture du film s’opère donc, problématique en tête. Je le perçois désormais comme une ethnographie que l’auteur et son altérité conçoivent pour et par l’image.

 

Tristan Leyri