Archives par mot-clé : Rencontre

La route est encore longue !

(cc) Maelys Gosset 23/10/2015
(cc) Maelys Gosset 23/10/2015

Copains comme cochons, Larrons et Lardons… Le titre est encore à déterminer mais tout le monde a l’air emballé par le projet ! Le scénario du teaser est prêt pour lequel les idées ont fusé. De manière assez naturelle, tout le monde y a mis sa petite touche personnelle. Notre  « Arthur », soyez en sûr, il va en voir de toutes les couleurs puisque le teaser ne trainera pas dans la longueur. Le rythme sera soutenu si le tournage se déroule sans déconvenue. Entre les images que l’on se fait dans la tête et ce qui est possible de réaliser et de tourner, je pense que l’on va devoir bricoler ! Mais avec imagination et conviction, j’ai la sensation que l’on tiendra bon.

Créer un teaser pour un projet comme « Copains comme Cochons », m’enthousiasme à fond. Je travaille sur le projet depuis le début et j’avoue avoir envie de nouveaux points de vue. Alors lorsque l’on a écrit le scénario, les idées ont fusionné avec brio. Puis le découpage plan par plan n’a pas été un désenchantement, mais plutôt une nouvelle source d’inspiration. Ça a surtout été l’occasion de se poser les bonnes questions. Effectivement, si le lieu de tournage est tout trouvé, à nous 6 les accessoires seront rassemblés. Quant à notre apprenti acteur québécois, on le remercie mille fois d’avoir accepté d’incarner notre « Arthur » si souvent idéalisé ! Mais un problème demeure et qui va peut-être nous prendre des heures… En rade d’Acadiane, on se sent pousser des ailes lorsque Louise propose de négocier une 4L ! Sinon tant pis, j’essaierai de transformer ma twingo, en camionnette rétro. Mais qu’importe, puisque chacune a son poste, on n’ira pas de main morte. La route est encore longue, pour qu’enfin, Arthur puisse rencontrer ses séniors vifs et futés ! Mais je ne me décourage pas, je pense que l’on tient là, une bonne équipe qui s’engage dans une aventure épique. Alors ne perdons pas le Nord et surtout que le tout le monde reste à bord !

Maelys Gosset

Ensemble

Ensemble MN

En France, l’éducation artistique et culturelle occupe une place dominante dans l’éveil des enfants à l’école. Entre imagination et désir de créer. Comment les enseignants d’arts plastiques arrivent à nous transmettre la fibre artistique, celle qui nous plonge dans la création, celle qui révèle nos pensées, nos sentiments ? Comprendre comment l’art est enseigné dans une classe d’école. La fibre artistique, s’acquiert-elle par l’expérience ? Par l’enseignement ? Où est-elle le reflet de nos personnalités enfouies en chacun de nous ? Étudier ce processus à travers l’histoire et l’expérience d’Anouk enseignante d’arts plastiques à Bordeaux.

Me voilà engagé dans un projet documentaire, face à une réflexion personnelle et un vécu. Après mes premiers pas d’enquête et de rencontre, j’ai découvert les prémisses de la recherche en documentaire : c’est un échange mutuel, l’envie de comprendre l’autre. Pour traduire de mes premières rencontrent, un premier mot me vient : ensemble. Une réflexion commune avec mon groupe de travail. Ensemble, l’enseignante et ses élèves, apprendre et découvrir une classe multiculturelle. C’est ensemble: préparer, coordonner, appliquer, mettre en place le projet artistique. Finalement, ces mots traduisent mon travail de recherche pour le documentaire.

Najib MABCHOUR

Le souvenir d’une rencontre

Emilie Dequenne dans Rosetta, des frères Dardenne
Emilie Dequenne dans Rosetta, des frères Dardenne

 Consigne: Mon film, entre amour et haine.

Je me souviens. Ce jour où l’on a mis entre mes mains une liste de films dont la majorité des titres m’était inconnue. « Suis-je à ma place dans cette formation ? ». « Vais-je choisir le bon ? ». Un soir, sceptique face à cette feuille de papier énumérant les choix s’offrant à moi, j’aperçois un prénom. Rosetta deviendra l’objet de mon travail de recherche. L’œuvre, dévoilant « une fille d’aujourd’hui », est une rencontre entre un personnage et son spectateur. Si réaliste semble-t-elle, Rosetta donne à voir le monde par le biais de son propre regard.  A la fois forte et torturée, je crois qu’au-delà de la rencontre, je me suis identifiée à elle. Tantôt attachante, tantôt détestable, c’est entre amour et haine que je l’ai suivie dans son combat pour la survie.

La difficulté avec l’analyse d’un film comme Rosetta est justement la proximité. Inspirés du format documentaire, les frères Dardenne jouent volontairement sur des mouvements esthétiques s’en rapprochant afin de créer la rencontre. Rosetta est fictive mais c’est un personnage quasiment tangible qui s’impose au spectateur par le biais de sa douleur, ses difficultés et ses sentiments. Dans le cadre d’un travail de recherche, la prise de recul devient alors une évidence, nécessaire à la justesse de l’analyse. Lors du premier visionnage de Rosetta, je me suis justement autorisée cette rencontre. Comme un spectateur lambda, j’ai inconsciemment habité le quotidien « documentarisé » de ce personnage de fiction le temps d’une unique immersion. Une fois consciente et avertie de la dimension affective de Rosetta, j’ai considéré le film plutôt comme une succession de plans réfléchis et travaillés qu’une globalité émotionnellement absorbante.

Coline CESBRON

Cher poète,

Guru Dutt film-L'Assoifé

Consigne: Mon film, entre amour et haine.

Un jour d’octobre 2013, je vous découvre, Vijay le poète et toi Guru Dutt le réalisateur. Je vous mentirais en disant que je vous ai choisis. C’est l’envie de connaitre l’Inde et son cinéma qui m’ont amené à vous adopter. Je connaissais le cinéma populaire de Bollywood, cinéma que j’ai connu dans mon enfance et pendant mes vacances au Maroc. Ton cinéma est tout autre. Je t’ai découvert dans une société excessive et traditionaliste. Je me suis plongé dans « L’Assoiffé » en buvant chacune des scènes du film, où tu m’as laissé ta sensibilité exacerbée, ton envie de culture et de poésies incarnées. En grande admiration de ton travail et de ta sensibilité artistique. J’étais prêt. Nous passerons de longs mois ensemble à refaire le monde, où devrais-je dire à connaitre ton monde. Vijay et toi, vous ne faites qu’un, votre révolte face à un monde corrompu par l’argent, par l’injustice et le mépris des artistes m’ont touché. Le cinéaste et le poète que tu étais ont résonné en moi. Anne Barratin disait « Il n’y a pas de choix, il y a des rencontres. » c’est celle que nous avons faites.

Face à cette rencontre cinématographique le « MOI » en tant que chercheur est une réflexion mettant en lumière ce que le réalisateur a voulu laisser comme empreinte dans l’espace-temps. Mon regard de chercheur est un regard critique sur le film. Ma méthode, en premier lieu: connaître la vie de l’auteur. Puis, après avoir vu le film plusieurs fois, vient la phase de questionnement et d’interprétation. Enfin, je me suis penché sur le travail de l’auteur en tant que cinéaste, en me demandant qu’a-t-il voulu dire ? Pourquoi ce choix ? Cette mise en scène ou cette lumière ? En utilisant des outils d’analyse filmique (découpage séquentiel, analyse de séquence, étude des plans). C’est bien après ce travail de recherche que je me suis rendu compte qu’un certain lien se créait et l’affect pouvait prendre le dessus. C’est pour cela, qu’en tant que chercheur, je dois m’efforcer de garder une distance sur l’objet de ma recherche en gardant un esprit critique sur le fonctionnement du film.

Najib MABCHOUR