Archives par mot-clé : réflexion

Clap de fin.

(cc) Camille Nivat 10/03/2016
(cc) Camille Nivat 10/03/2016

Il est amusant de repenser à la genèse de ce teaser. En moins de trois heures, nous avions déjà défini les grandes lignes du projet, sélectionner les éléments primordiaux et nous nous étions mises d’accord sur un premier jet de scénario. De toute évidence, le groupe fonctionnait bien, très bien même. Et ça s’est confirmé dans le reste du processus de création! Pendant que certaines reprenaient certains détails du scénario, d’autres s’attaquaient à l’organisation du tournage. Et toute cette préparation nous a permis de faciliter la captation filmique. Le jour J, les plans se sont enchaînés et ce, malgré les nouvelles idées qui nous obligeaient à improviser. La journée de prise de vue s’est terminée étrangement tôt par rapport à nos prévisions préalables. Nous avons alors pris véritablement conscience de l’importance de l’organisation anticipée d’un tel tournage.

Lors de l’écriture, nous doutions quelque peu – voir fortement –  de notre capacité à matérialiser chacune de nos idées. Nous craignions tout particulièrement l’étape de captation ; nous avions peur d’être déçu lors de la visualisation de nos rushs. Et pourtant, il n’en a rien été. Certes, l’image n’était pas parfaite, la lumière laissait parfois à désirer ; nous avons même remarqué quelques faux-raccords au sein du décor. Mais rien d’insurmontable! Le montage nous permettrait de retoucher, voir faire disparaître les petites imperfections de nos plans. C’est cette dernière étape du processus de création qui s’est révélée être non seulement la plus longue mais aussi la plus difficile. Nous n’ignorions pas l’importance du montage, mais nous n’avions peut-être pas assez appréhendé l’exigence de cette étape. Le teaser final devait faire sens et présenter le plus clairement possible l’émission « Copains comme lardons ». C’est ce à quoi nous aspirions et c’est justement – je pense – ce à quoi nous sommes parvenues !

Camille Nivat

Petit à petit, l’oiseau fait son nid!

Consigne : Ma problématique, une odyssée !

Petit à petit l'oiseau fait son nid
Mon objet d’étude porte sur le succès international du film japonais Princesse Mononoké. L’idée est de mettre en avant le fait qu’un film, au demeurant ancré dans sa culture, est arrivé à traverser ses frontières et à toucher un public mondial. La perspective qu’un film puisse être apprécié dans des pays de cultures et d’histoires différentes me parait très intéressante. Chercher un facteur qui permet alors le succès d’un tel film est encore plus passionnant. En effet, le cinéma est un média permettant d’étudier notre société et de mieux aborder notre monde puis ses problématiques. Il me semble donc important d’utiliser le film comme un outil sociologique permettant de mettre en lumière des questionnements et réflexions sur une époque. Ainsi, je m’interroge sur ce qui a permis au film Princesse Mononoké de séduire à l’étranger?

Pour arriver à trouver mon objet d’étude, je me suis posée deux questions : qu’est-ce qui m’intéresse dans ce film ? Et qu’est-ce que je veux en dire ? Puis j’ai rédigé une liste de tout ce qui m’interpellait : l’opposition entre l’homme et la nature, la question de la place de la femme dans la société, les personnages à la fois mystérieux et complexes, l’inspiration de la culture japonaise. Puis j’ai pris du recul sur cette énumération pour trouver des points communs et dégager une idée. Qu’est-ce qui pouvait rassembler tous ces concepts ? Ainsi, ces notions m’ont fait penser à mes cours de sciences sociales. C’est à ce moment-là que tout paru plus clair et me permis de développer une problématique et un plan.

Lisa Delpech

Voilà qui invite à la réflexion !

Consigne : C’est le bazar dans ma tête … (ou pas).

Dans un premier temps, je voulais préciser ma première idée : l’opposition entre tradition et modernité dans le film de Miyazaki. En reprenant ce travail, je me suis rendu compte des limites de cette problématique, il serait difficile de l’affiner ou de la développer. Après avoir vu une nouvelle fois mon film, j’ai eu envie de travailler sur ce qui m’apparaissait alors comme une évidence : le conte initiatique. Dans ma recherche de problématique, j’ai trouvé plusieurs pistes plutôt vagues qui demandent encore un approfondissement. Mes différents questionnements m’ont menée à d’autres réflexions qui ont fini par m’embrouiller. En effet, je me retrouve avec des idées partant dans tous les sens qui ne sont pas encore assez précises.

Me voilà avec tout un tas de questions qui forment la base de ma réflexion : Pourquoi le réalisateur utilise le compte initiatique ? Quel est son but ? Et qu’est-ce qu’il veut nous dire ? Comment le traite-t-il ? Je ne veux surtout pas me perdre et perdre du temps dans tout ce marasme d’idées et de pistes. En utilisant la méthodologie de l’entonnoir, j’ai pu préciser ma pensée. Après quelques échanges avec les chargés de mémoire, je me suis rendu compte qu’il était tout à fait possible de rapprocher mon ancienne problématique avec ma nouvelle idée. Il ne reste plus qu’à trouver les nouveaux éléments en rapport avec le conte et de les incorporer dans mon ancien travail.

Lisa Delpech

Perdue dans un labyrinthe d’idées…

Alison Goizet (11/11/2014) (cc)
Alison Goizet (11/11/2014) (cc)

Consigne : C’est le bazar dans ma tête… (ou pas)

Au début, lorsqu’on me parlait du mémoire, j’étais assez sereine. Je me disais que mon film était tellement riche que je n’aurais aucune difficulté à enrichir mon plan et ma problématique. Assurément, les idées me viendraient au fur et à mesure et l’inspiration ferait le reste… ou pas! Les trois rendez-vous que j’ai eu avec mon directeur de mémoire, au lieu de me rassurer, m’ont plongée dans un océan flou rempli de zones obscures. L’axe sur lequel j’avais posé tout mon TPR et ma problématique ne sont plus d’actualité. Mon directeur m’a dirigé vers un axe qui, pour moi, n’est pas du tout clair et difficile à aborder. Lorsque je suis sortie de ma dernière rencontre avec lui, j’étais complètement perdue et dépitée.

Après une grande réflexion et les encouragements de mon copain, j’ai arrêté de paniquer et j’ai relu les notes et les conseils que mon directeur m’avait donné. J’ai commencé de nouvelles recherches et revu mon film afin de mieux percevoir ce qui m’avait précédemment échappé. De plus, j’ai relu mon TPR afin de garder ce qui pouvait l’être. Ma problématique n’est pas encore finalisée mais mes lectures m’aideront à l’exprimer autant à l’oral qu’à l’écrit.

Goizet Alison