Archives par mot-clé : rédaction

Point final

(cc) Louise Tressens 14/02/2016
(cc) Louise Tressens 14/02/2016

Consigne : « Clap de fin »

La rédaction d’un mémoire, qu’il doive être traité en vingt pages ou en cent, implique que l’on passe de l’amateurisme à la connaissance. Lire, étudier, se renseigner, écrire et se voir y prendre goût représente une satisfaction d’autant plus grande lorsque l’on appose le point final au travail de mémoire de recherche.
Après avoir étoffé le plan d’argumentation et trié les idées abordées, la rédaction semble presque facile jusqu’à ce que la « plume » se laisse aller à la digression.
C’est en ce sens que l’appui et la relecture d’un directeur de mémoire sont essentiels puisqu’ils permettent d’apporter un œil extérieur à un travail devenu central, même personnel pour l’étudiant.

Les derniers détails méthodologiques, pourtant très importants, sont les plus méticuleux et sans doute les plus longs à vérifier. Ainsi, si le « gros » du travail est déjà fait, il reste désormais à recevoir la sentence fatidique du directeur de mémoire après la lecture du travail de recherche. S’ensuit alors le contrôle du référencement bibliographique, de la mise en page et de la bonne utilisation de la syntaxe et de l’orthographe pour pouvoir apposer un véritable point final au mémoire.
Le chemin est long mais l’éveil intellectuel inhérent à tout travail de recherche fait oublier tout sentiment de contrainte.

Louise Tressens

Take me from this road

Consigne : « Clap de fin »

La route fut longue et périlleuse mais le voyage touche à sa fin. Il me reste encore quelques modifications à effectuer mais le travail de rédaction se termine. L’étape ultime de la soutenance approche, j’ai déjà quelques idées de la façon dont je vais aborder cet oral. Je souhaiterais mettre en image le développement de mon mémoire à l’aide d’une vidéo présentant des extraits du film. Je souhaiterais montrer, par les images, que Easy Rider met en scène les croyances portées par la Contre-culture, puis l’essoufflement du mouvement contestataire. Ainsi j’apporterais des éléments supplémentaires à mon mémoire écrit.

Tout d’abord, j’ai commencé à réaliser la vidéo permettant d’illustrer mes propos. Elle présente les plans de Wyatt et Billy sur la route à bord de leurs motos Harley Davidson. Par cette succession de plans sur la route, nous découvrons la trajectoire des deux héros. Car, comme j’ai pu l’expliquer dans mon mémoire, ce n’est pas l’objectif du voyage qui est intéressant dans les road movies, mais la trajectoire effectuée par les héros. Au début du film, nous découvrons les grands espaces sacrés de l’Amérique de l’Ouest. Puis au fil du voyage, les deux bikers traversent une Amérique post-industrielle grisâtre, et les plans serrés encadrent les deux motards. Cette succession d’images sur la route nous permet de montrer l’euphorie du début du voyage, le désir de renverser le système et également la dure réalité qui les rattrape.

This is the end.

12736021_10208559868616487_626762650_n
(cc) Camille Coquereau (13/02/2016)

Consigne : « Clap de fin »

La fin de l’année scolaire approche et, avec elle, la fin du mémoire. Il n’est plus temps de continuer les recherches mais de laisser place à la rédaction et aux énièmes corrections. C’est un nouveau travail qui commence : il faut relire, soigner cette écriture, alléger le style, ajouter des exemples, revoir certains passages… Ce moment où l’on pense avoir tout terminé alors qu’il reste encore tellement à faire.

Après avoir rendu la première version de mon mémoire, nous avons, avec mon directeur de mémoire, relu phrase par phrase ce texte. « Ici cela est juste » ; « il faudrait appuyer cet argument-ci » ; « peut-être peux-tu lire tel auteur ? » ; « Là cela ne va pas » et ainsi de suite. Ce travail méticuleux permet de voir, une fois la pensée complète posée sur papier, si celle-ci est justement rendue lisible. Terminer le mémoire, c’est donc le peaufiner. Le rendre lisible et compréhensible par tous. La mise en page intervient également maintenant. Il faut trouver les illustrations et bien noter les sources, rendre attrayante la page de garde. C’est la fin d’un travail oui, mais aussi surtout le commencement d’un autre : la soutenance qui, une fois passée, clôturera réellement ce travail de recherche.

Camille Coquereau

Punition vs Oeuvre

(CC) Louise Tressens 21/12/2016
(CC) Louise Tressens 21/12/2016

Consigne : « Mon mémoire, un montage narratif »

La rédaction d’un mémoire mérite la maîtrise totale du sujet abordé pour bannir les contresens, les approximations et les dérives. Ayant la chance d’étudier et problématiser autour d’un film que l’affect nous a poussé a choisir, il semble plus simple d’en comprendre les limites et les possibilités. Le film Un Prophète, en tant que film portant sur la prison, suscite de nombreux questionnements. L’enjeu fut donc de les trier par ordre de priorité, de se focaliser sur le plus pertinent et de développer une réponse traitable en 70 000 caractères.
La question choisie, « Si l’unique liberté accessible aux prisonniers réside dans l’interdit, comment Malik el Djebena s’émancipe-t-il du joug de l’enfermement carcéral ? », permet d’utiliser les éléments narratifs et esthétiques pour rester proche de l’œuvre – comme la consigne l’impose – tout en évoquant les fondements de l’enfermement carcéral et de la punition.

Les lectures doivent être le plus approfondies possible afin de rendre la réflexion plus savante et c’est en cela que la difficulté réside. Un mémoire doit-il être une restitution des savoirs d’autres personnes ou un questionnement personnel qui s’appuie sur des œuvres et courants de pensée préexistants ?
La rédaction n’est pas entamée mais le plan s’affûte au rythme de mes lectures. Le tout est de savoir où sont mes difficultés et mes points forts. En ce sens, écrire avec des mots une structure déjà très claire dans la pensée paraît surmontable, et presque une étape finale, rapide.

Louise Tressens

Memories, you talk about memories

puzzle-394144_960_720

Consigne : « Mon mémoire, un montage narratif ».

Il faut avouer qu’à l’annonce de la consigne de ce billet, je suis restée coite. En pleine rédaction du mémoire, il est encore difficile d’avoir le recul nécessaire pour expliquer la structure logique de l’argumentation. Je peux, toutefois, expliquer ce que je cherche à construire. Comme les précédents articles ont pu le présenter, mon mémoire se penche sur l’Homme et la machine, plus précisément sur une définition de l’Homme à travers la machine. Comment la machine (les réplicants de Blade Runner) permet-elle à l’Homme de se définir ? En me fondant sur Sophocle et la comparaison des paradigmes (l’animal, l’homme et la machine) mon mémoire devient le lieu de la comparaison des réplicants et de l’homme.

J’ai longtemps tâtonné afin de trouver une logique d’argumentation qui à la fois justifierait ma démarche et l’expliciterait. Je me devais de justifier ma méthode de travail, de décrire les deux paradigmes que je comparais à travers le film et de développer la comparaison elle-même. Ce montage argumentatif a été au début inconscient, mais je n’arrivais pas à lui donner ce fil rouge qui assurerait une lecture fluide. J’ai donc décidé de suivre la contrainte de la comparaison : explication du principe, description des réplicants et des hommes de Blade Runner et enfin de la comparaison elle-même (ce que l’Homme retrouve de lui-même en se confrontant à la machine).

Cependant, l’étape la plus délicate sera de l’écrire cette comparaison !

Julie T