Archives par mot-clé : recherche

Le Dernier Mot

karina
(cc) Adélaïde Michel (15/02/2016)

Consigne : “Clap de fin”.

La séquence finale de Pierrot le fou se termine sur la lecture à deux voix des vers inspirés de Rimbaud :

«  Elle est retrouvée.
Quoi?
L’Éternité
C’est la mer allée
Avec le soleil. »

Quand je pense à la clôture si poétique du film, je ne peux pas m’empêcher de me dire que j’aurais aimé savoir poser les mots avec autant de poésie. Mais un mémoire de recherche demande de se conformer à des conventions établies, de maîtriser l’art et la manière d’une stylistique scientifique. Suite à un rendez-vous avec mon directeur de mémoire, je suis actuellement dans un travail de correction, de reformulation de certaines idées, et d’approfondissement de quelques concepts. En somme, je touche à la fin.

Et pourtant, dans une peur paralysante de poser le dernier mot, je n’ai pas encore terminé la rédaction de ma conclusion. Je cherche mes mots mais je ne trouve pas la tournure de phrase qui viendrait clôturer avec brio des mois de travail. Alors je tergiverse, retouche encore une fois la mise en page de ce fichier presque trop conformiste à mes yeux, rajoute quelques mots et attend qu’un enthousiasme soudain me fasse penser que ce dernier mot posé est, enfin, mon point final.

Le titre de ce billet fait référence au court- métrage Le Dernier Mot réalisé par Jean-Luc Godard en 1988.

Adélaïde Michel

This is the end.

12736021_10208559868616487_626762650_n
(cc) Camille Coquereau (13/02/2016)

Consigne : « Clap de fin »

La fin de l’année scolaire approche et, avec elle, la fin du mémoire. Il n’est plus temps de continuer les recherches mais de laisser place à la rédaction et aux énièmes corrections. C’est un nouveau travail qui commence : il faut relire, soigner cette écriture, alléger le style, ajouter des exemples, revoir certains passages… Ce moment où l’on pense avoir tout terminé alors qu’il reste encore tellement à faire.

Après avoir rendu la première version de mon mémoire, nous avons, avec mon directeur de mémoire, relu phrase par phrase ce texte. « Ici cela est juste » ; « il faudrait appuyer cet argument-ci » ; « peut-être peux-tu lire tel auteur ? » ; « Là cela ne va pas » et ainsi de suite. Ce travail méticuleux permet de voir, une fois la pensée complète posée sur papier, si celle-ci est justement rendue lisible. Terminer le mémoire, c’est donc le peaufiner. Le rendre lisible et compréhensible par tous. La mise en page intervient également maintenant. Il faut trouver les illustrations et bien noter les sources, rendre attrayante la page de garde. C’est la fin d’un travail oui, mais aussi surtout le commencement d’un autre : la soutenance qui, une fois passée, clôturera réellement ce travail de recherche.

Camille Coquereau

Des images, des figures

rio_bravo
Rio Bravo, Chance et Feathers

Consigne : « Mon mémoire, un montage narratif »

Actuellement en pleine remise en question de ma problématique et de mon plan, les mots « montage narratif » me parlent beaucoup. C’est effectivement ce que je souhaite faire : raconter une histoire, poser une question et raconter le cheminement qui mène (peut-être ?) à la réponse. Le petit problème est d’être sûre de l’histoire que l’on souhaite raconter. Il faut faire attention à la narration, ne pas se perdre dans des questionnements trop éloignés ou trop abstraits et choisir une problématique assez large pour pouvoir tout de même raconter et répondre à certaines questions, du moins celles qui nous intéressent le plus.

Le plan que l’on doit élaborer pour notre mémoire peut donc être une sorte de montage narratif où l’on y donne les éléments nécessaires à la compréhension du film. Ces éléments s’accumulent sur mes feuilles, mes notes, des livres, des images du film… Je dois à présent les mettre en tableau afin d’y voir un peu plus clair, c’est comme prendre des images dispersées et trouver un ordre afin de raconter sa propre version. Et bien sûr arriver à trouver et placer les éléments narratifs dans le bon ordre afin de former le fil conducteur de mon histoire, l’analyse de Rio Bravo.

Marion Souquet

La problématique ce n’est pas automatique

Consigne : « Ma problématique, un casse-tête chinois ».

Depuis que j’ai commencé mon travail de recherche, j’ai pour objectif de traiter du contexte historique du film Easy Rider, c’est-à-dire le mouvement de la contre-culture américaine dans les années soixante. La formulation de ma problématique va me permettre de poser la bonne question à laquelle je vais tâcher de répondre dans mon développement. Ainsi la problématique doit faire ressortir les thèmes principaux que je souhaite traiter dans mon mémoire, c’est-à-dire l’esprit contestataire du film, le mouvement de la contre-culture dans lequel il s’inscrit et enfin l’expression d’une liberté singulière. C’est toute la difficulté d’un travail de rédaction d’un mémoire, la mauvaise formulation d’une problématique peut entraîner un hors-sujet.

Pour le moment l’intitulé de ma problématique est : « Comment Easy Rider, un road-movie contestataire, illustre-t-il le mouvement de la contre-culture américaine dans les années soixante ? » Cependant la plupart du temps, quand je rédige une dissertation, mon développement n’est pas entièrement en cohérence avec ma problématique, je suis donc dans l’obligation de la reformuler lorsque mon travail d’analyse est abouti. Je procède donc de manière inversée. Suis-je comme les personnages principaux de mon film d’étude ? En effet le parcours de Wyatt et Billy est le chemin inversé des pionniers aux États-Unis puisqu’ils partent de la Californie pour se rendre à la Nouvelle-Orléans. Pour en revenir à mon travail de recherche, il est donc possible que l’intitulé de ma problématique, au cours de mon travail de recherche, soit modifié. Nous pouvons donc en conclure qu’une problématique ce n’est vraiment pas automatique !

Delphine Delumeau

 

Une UNIQUE question

(cc) Camille Nivat (22/11/15)
(cc) Camille Nivat (22/11/15)

 

Consigne : « Ma problématique, un casse-tête chinois »

Un an. Un an à s’informer sur un réalisateur, à étudier, analyser, décortiquer l’un de ses films, Million Dollar Baby. A essayer de déceler les différents sujets abordés. Et le voilà, le mémoire final du Master 2 ! Cela signifie se résoudre à analyser un unique sujet. Mais comment se décider, comment choisir ? J’ai débuté l’année en pensant travailler sur le thème de la culpabilité, et ce, en me focalisant d’avantage sur le personnage de Frankie. Une multitude d’approches se sont présentées à moi : l’angoisse, la perte, la solitude… Mais aucune ne me convenait. C’est alors que plusieurs interrogations m’ont traversé l’esprit. Pourquoi me restreindre à Frankie ? Après tout, le personnage de Maggie ne me parle-t-il pas d’avantage ? C’est ainsi que mon regard a basculé ; je me suis concentrée sur le personnage de Maggie. J’ai alors interrogé l’histoire de cette jeune femme. Qui est-elle ? Que fait-elle ? Et surtout que recherche-t-elle ? J’ai énoncé un sujet général : la Liberté au travers du sport. J’ai sélectionné les séquences qui me semblaient en lien direct avec ce sujet et je les ai analysées. C’est ainsi que le concept de la reconnaissance est apparu et s’est imposé au centre de mon mémoire.

Reste encore à énoncer la problématique ! Une unique question, qui vient porter l’ensemble d’une réflexion. Il est impératif de choisir les termes avec le plus grand soin. Et comment les choisir sans en connaître le sens exact, la profondeur? Il me faut donc poursuivre avec un travail de recherche poussé, visant à définir de manière détaillée le besoin de reconnaissance. Mais en aucun cas il ne faut se détacher de l’objet filmique – Million Dollar Baby – autour duquel tourne la problématique elle-même et l’ensemble de la réflexion qui en découle. Je me suis donc recentrée sur mon film et j’ai observé l’évolution du besoin de reconnaissance de Maggie. Comment se traduit-il ? Par quels moyens Maggie compte-t-elle l’assouvir ? Par qui Maggie souhaite-t-elle être reconnue? Pourquoi ? Et surtout comment cette quête se termine-t-elle ? J’ai alors pu distinguer deux types de reconnaissance. Une première, une reconnaissance sociale qu’elle obtient par la boxe, un sport de spectacle. Le public l’applaudit, clame son nom. Mais cette reconnaissance est-elle véritable ? Suffisante ? Une seconde, de l’ordre de la reconnaissance affective. Maggie souhaite être reconnue par Frankie ; dans un premier temps comme boxeuse, puis comme fille. Dans quelle mesure le second type de reconnaissance présenté prévaut sur le premier ? Il est important d’ajouter que cette quête de reconnaissance aboutit à la mort de Maggie. Alors en quoi ce désir est-il destructeur ? Beaucoup de questions auxquelles il faut répondre…

Camille Nivat