Archives par mot-clé : projet

Les mains dans le cambouis

(cc) Maelys Gosset 02/03/2016
(cc) Maelys Gosset 02/03/2016

Pendant ces deux années, j’ai suivi ce projet. Copains comme cochons, Larrons et Lardons, une idée griffonnée sur un bout de papier qui se concrétise par le tournage du teaser et la confrontation à la post-production. Un travail d’équipe qui nous amène à remonter nos manches, à apprendre par nous-même et, il faut le dire, à nous faire davantage confiance.

Chacune a trouvé sa place, a su apporter sa contribution et son inspiration. Entre notre imagination et la concrétisation, il y avait plus qu’un pas, un gouffre pour moi. Je ne suis ni une technicienne, ni une cinéaste mais je voulais comprendre, apprendre, surtout «faire». J’ai donc réalisé que lorsque je pensais ne pas avoir de solution, il fallait les inventer, bricoler, essayer mais surtout ne pas abandonner en passant n’avoir aucune légitimité. Tutoriels vidéo, forums de discussion, modes d’emploi, ont été d’une aide précieuse lorsqu’il a fallu apprivoiser les logiciels Photoshop et Première en un temps record. C’est aussi cela l’Atelier Projet, l’écriture, la réalisation et la post-production en peu de temps mais avec beaucoup de motivation!

Maelys Gosset

This is the end …

(cc) Julie T.
(cc) Julie T.

La dernière étape du teaser a été la post-production, celle-ci a été plus rock and roll que le tournage. L’équipe a été confronté à tout un tas de savoirs-faire techniques que nous n’avions pas forcément. Si l’ours a été rapidement monté, nous avons pris notre temps sur des détails comme le son, un peu d’étalonnage ou encore un joli travail d’effet à coup de photoshop et d’alter effect !

Nous avons appris par nous-mêmes, nous avons tâtonné et surtout accepté que nos connaissances en post-production n’étaient pas assez importantes pour faire quelque chose de trop ambitieux. Nous sommes restées dans la simplicité et cela a été payant ! Maintenant que le projet est terminé, chacune d’entre nous repart avec ce taser comme bon souvenir d’un travail de groupe qui fut joyeux. Je crois que c’est ça qui me restera le plus en mémoire : une simplicité et une cohésion qui ont fait que le projet s’est déroulé sans autres accords que la faisabilité de nos plans sous la pluie et de la synchronisation des titres. En sommes, une bien belle expérience !

Prendre son envol

(cc) Adélaïde Michel (13/03/2016)
(cc) Adélaïde Michel (13/03/2016)

Notre projet de court-métrage d’animation Vents Contraires vient de s’achever avec la réalisation de plans tests. Malgré les compromis et les désaccords artistiques qui ont pu survenir au cours de cette aventure, nous avons pris beaucoup de plaisir, durant les derniers ateliers, à créer de toute pièce cet univers. Du dessin d’origine au découpage des éléments en papier, de la composition de nos plans à la prise de vue, jusqu’au montage, Vents Contraires a réuni une équipe déterminée à se lancer pour la première fois dans le challenge de l’animation. Je crois qu’aucune d’entre nous ne s’attendait à un tel résultat. Plus que de la satisfaction, c’est de la fierté que nous éprouvons à l’égard de ce projet que nous avons porté pendant deux ans.

Je me souviens de notre envie première, qui au-delà d’adapter l’histoire de Don Quichotte, était de raconter l’histoire de deux amis. Le regard que Victor et Gabriel portent au monde qui les entoure — résolument objectif pour l’un, totalement fantaisiste pour l’autre — était pour nous symbolique du passage à l’âge adulte. À quelques semaines de quitter les bancs de l’université et de nous lancer dans la vie professionnelle, nous laissons à leur tour Victor et Gabriel prendre leur envol.

Adélaïde Michel

Moteur, action, coupé!

(c) manon
(c) manon

Une université vide de monde un dimanche 10 Janvier à 8h00 ? C’est normal me diriez-vous. On s’était donné rendez-vous sur le parking de Bordeaux3. Après un petit café, le convoi de trois voitures part à l’aventure. Enfin, on part plutôt à vingt minutes de Bordeaux où l’on trouve comme prévu un champ mais aussi des chevaux.  Nous sommes prêt! Je suis derrière la caméra et Julie, la script, me tiens le parapluie pour ne pas abîmer le matériel. Samuel pousse le van et Alix est dans la voiture pour sécuriser le van au frein à main. Camille et Maëlys barrent la route.  En deux prises pour chaque plan nous avons terminé. On revient donc sur Bordeaux pour tourner le reste dans un studio; enfin mon 20m carré. Nous avons partagé un bon repas pour se réchauffer puis nous avons installé les lumières, la caméra, etc. Samuel se met en scène en tant qu’Arthur et tout se déroule bien. Après avoir terminé vers 15h00, tout le monde retourne chez sois.

Nous sommes contentes du tournage. Nous avons eu des idées de plans sur le terrain. Même si nous avions tout préparé en avance, nous avons eu des nouvelles idées le jour du tournage.  On a pu remarquer que ce travail préparatoire est très important pour rester le plus efficace possible. On a hâte de monter le teaser et de voir si le résultat est à la hauteur de ce que l’on pense. Il va y avoir un travail de rythme à mettre en place lors du montage. Mais il va aussi falloir trouver une musique adéquate. C’est en fonction de celle-ci d’ailleurs que nous allons pouvoir jouer entre les images et le rythme. 

Manon Sultana

Un rêve d’aventure

(cc) Adélaïde Michel (24/01/2016)
(cc) Adélaïde Michel (24/01/2016)

Il y a des projets que l’on a du mal à porter jusqu’au bout. Qui depuis la première idée griffonnée sur un coin de feuille, n’ont pas forcément évolué dans le sens que l’on souhaitait. Les images que chacune avait à l’esprit, se sont mélangées jusqu’à créer un univers qui mêlant tous nos imaginaires ne colle au final plus à aucun d’entre eux. Les petites concessions ont été les plus simples, changer tel prénom, tel événement dans le scénario, tel accessoire. Mais le jour où le volume fait de matériaux colorés s’est transformé en un aplat de papiers noirs et blancs, j’ai eu l’impression de perdre ce qui me rattachait à ce projet. Les métiers de la production pourtant nous demandent de défendre des projets en lesquels il faut croire corps et âmes. Jusqu’au bout. Qu’importe les difficultés.

Je crois que nous avions écrit l’aventure de ces deux enfants, sans nous plonger totalement dans l’aventure, justement. Peu importe la technique finalement, je reste déterminée à mettre en image notre idée de départ. A quelques jours du début de la réalisation, je rassemble encore dans un moodboard des éléments visuels qui me plaisent, et qui dans mon imaginaire, correspondent à ce que j’avais imaginé de Vents Contraires. Tant pis pour les couleurs, les matières, je pense qu’une émotion pourra tout aussi bien être retranscrite grâce à un travail de contrastes, et qu’une lumière parfaitement maitrisée donnera de l’éclat au court-métrage. Après tout, Vents Contraires reste notre aventure !

Adélaïde Michel