Archives par mot-clé : postproduction

This is the end …

(cc) Julie T.
(cc) Julie T.

La dernière étape du teaser a été la post-production, celle-ci a été plus rock and roll que le tournage. L’équipe a été confronté à tout un tas de savoirs-faire techniques que nous n’avions pas forcément. Si l’ours a été rapidement monté, nous avons pris notre temps sur des détails comme le son, un peu d’étalonnage ou encore un joli travail d’effet à coup de photoshop et d’alter effect !

Nous avons appris par nous-mêmes, nous avons tâtonné et surtout accepté que nos connaissances en post-production n’étaient pas assez importantes pour faire quelque chose de trop ambitieux. Nous sommes restées dans la simplicité et cela a été payant ! Maintenant que le projet est terminé, chacune d’entre nous repart avec ce taser comme bon souvenir d’un travail de groupe qui fut joyeux. Je crois que c’est ça qui me restera le plus en mémoire : une simplicité et une cohésion qui ont fait que le projet s’est déroulé sans autres accords que la faisabilité de nos plans sous la pluie et de la synchronisation des titres. En sommes, une bien belle expérience !

La vie en positif de Germain

(cc)Lucile Moyano(15/03/2015)
(cc)Lucile Moyano(15/03/2015)

La vie en négatif de Germain a été notre terrain de jeux, d’entrainement et d’expérimentations. Aujourd’hui je crois que nous en sommes tous très fiers. Le tournage s’est achevé, miraculeusement sans aucun contretemps majeur. Germain aura cristallisé autour de lui une grande partie de notre attention durant un bon trimestre, au cours duquel nous lui avons créé des décors, cousu des costumes, cherché des subventions, casté des acteurs, fait couler des litres de café… et bien sûr, emmagasiné des heures de rushes visuels et sonores qui attendent aujourd’hui d’être assemblés sous les doigts de Tristan, son réalisateur. Le fait même que nous soyons allés au bout de ce projet de tournage en un temps si court est une récompense en soi. La deuxième récompense serait de voir La vie en Négatif de Germain vivre, justement, en positif cette fois, aux yeux d’un public. Que ce film trouve sa place en festival et récolte, pourquoi pas, un prix ou deux.

Il a été très agréable, au cours de ce projet cinématographique, de réellement trouver ma place et apporter mon aide. Le plus important pour moi a été de pouvoir tester et approfondir ma façon de « scripter », et je me sens grâce à cela beaucoup plus en confiance avec ce poste que j’affectionne. Aujourd’hui, je suis prête à proposer mes services sur d’autres films, l’idéal étant de devenir stagiaire d’une scripte professionnelle pour en apprendre davantage. Je suis heureuse, en outre, d’avoir touché à des tâches diverses sur ce film : maquiller et vêtir notre actrice principale, trier les rush audio et vidéo comme l’aurait fait un second assistant caméra, monter un dossier de demande de subvention à destination du Fond de Solidarité et Développement des Initiatives Etudiantes… Nous nous sommes vus avec joie attribuer une aide de 1500 euros ! Ceci est, selon moi, une preuve supplémentaire de la qualité du projet. Ainsi, je souhaite rester proche du déroulement de sa postproduction afin d’apporter mon aide quand à la diffusion du film. On se retrouve à la première ?

Lucile Moyano