Archives par mot-clé : plan

Les 400 possibilités

(cc) Coline Portet
(cc) Coline Portet

 

Consigne : « Mon mémoire, un montage narratif ».

Un mémoire ça se construit, ça s’imbrique, ça s’assemble pour former un développement de pensées uniforme. C’est donc au fur et à mesure du temps que l’on trouve sa structure. Une fois les idées trouvées et dévoilées, il me faut les agencer, les relier et les positionner. Pas si simple de montrer l’évolution de sa pensée sur un bout de papier!

On essaye, on efface, on raye. Petit à petit, une structure se dessine, puis une autre. Les possibilités sont multiples. Je construis un parcours, je flèche mes idées mais surtout j’essaye de les raccorder. Le but étant que mon mémoire soit fluide, clair et limpide, qu’il se lise simplement et facilement. J’essaye de créer un mémoire où chacune de mes idées est claires et j’essaye de faire en sorte que l’ordre de leurs apparitions soit cohérent. L’une doit amener l’autre. Une première partie un peu générale, une deuxième partie bien centrée sur le film et une troisième partie plus originale, une sorte d’ouverture plus libre. Voilà donc la dernière version de ma structure, elle me semble judicieuse et justifiée. Mais cela est encore susceptible de bouger. A présent, j’essaye de rattacher toutes mes petites parties les unes entre les autres avec des transitions, en cours d’élaboration…

Coline Portet.

Punition vs Oeuvre

(CC) Louise Tressens 21/12/2016
(CC) Louise Tressens 21/12/2016

Consigne : « Mon mémoire, un montage narratif »

La rédaction d’un mémoire mérite la maîtrise totale du sujet abordé pour bannir les contresens, les approximations et les dérives. Ayant la chance d’étudier et problématiser autour d’un film que l’affect nous a poussé a choisir, il semble plus simple d’en comprendre les limites et les possibilités. Le film Un Prophète, en tant que film portant sur la prison, suscite de nombreux questionnements. L’enjeu fut donc de les trier par ordre de priorité, de se focaliser sur le plus pertinent et de développer une réponse traitable en 70 000 caractères.
La question choisie, « Si l’unique liberté accessible aux prisonniers réside dans l’interdit, comment Malik el Djebena s’émancipe-t-il du joug de l’enfermement carcéral ? », permet d’utiliser les éléments narratifs et esthétiques pour rester proche de l’œuvre – comme la consigne l’impose – tout en évoquant les fondements de l’enfermement carcéral et de la punition.

Les lectures doivent être le plus approfondies possible afin de rendre la réflexion plus savante et c’est en cela que la difficulté réside. Un mémoire doit-il être une restitution des savoirs d’autres personnes ou un questionnement personnel qui s’appuie sur des œuvres et courants de pensée préexistants ?
La rédaction n’est pas entamée mais le plan s’affûte au rythme de mes lectures. Le tout est de savoir où sont mes difficultés et mes points forts. En ce sens, écrire avec des mots une structure déjà très claire dans la pensée paraît surmontable, et presque une étape finale, rapide.

Louise Tressens

Réflexion en cours…

Réflexion en cours...
Consigne : « Mon mémoire : un montage narratif »

Voici venue l’étape de l’élaboration du plan détaillé de mon mémoire… Une étape primordiale qui matérialise, de manière concrète, l’ensemble de ma réflexion et de mes recherches effectuées jusqu’ici. Il faut rappeler que j’aborde mon film, Million Dollar Baby, du point de vue du désir de reconnaissance de Maggie. La problématique centrale – ou question principale – se devait d’englober les deux modalités de reconnaissance que j’avais pu distinguer au sein du film. Par là, j’entends le désir de reconnaissance sociale ainsi que le désir de reconnaissance affective, portés par la rencontre entre les deux protagonistes, Maggie et Frankie.  Après un certain temps de réflexion, et non sans quelques difficultés, je suis enfin parvenue à formuler la question principale  de mon mémoire : « en quoi sa passion sportive pour la boxe est-elle, pour Maggie, sa seule manière d’être au monde ? » Il me semblait indispensable d’énoncer, de la manière la plus claire qui soit, cette problématique pour parvenir à élaborer le plan le plus minutieux et adapté possible.

Ma première partie vient analyser le désir de reconnaissance sociale comme moteur de la révolte. Je m’explique. Maggie est issue d’un milieu social défavorisé et dénigré par l’ensemble de la société. Ainsi je pars de l’idée que Maggie en tant que membre de cette communauté est invisible pour la masse dominante. Maggie va donc se révolter contre le déterminisme qui la rattache malgré elle à ses origines. Pour cela, elle va quitter le foyer familial puis se lancer dans la folle aventure de la boxe. Ce sport se caractérise d’abord par son aspect spectaculaire. Maggie sera vue, sera acclamée et ce, de manière directe. Mais cette reconnaissance est-elle véritable ? Je conclus cette première partie en démontrant qu’il s’agit d’une reconnaissance illusoire. Le public ne voue aucun culte à Maggie en tant que personne, mais acclame la violence. Ainsi, j’en viens à la seconde modalité de reconnaissance : le désir de reconnaissance affective. En effet, j’essaie de démontrer que la reconnaissance, qui lie les deux héros du récit, est véritable car réciproque et sincère. Pour le moment, cette partie ne me semble pas bien agencée dans sa structure interne. Les sous-parties ne me semblent pas pertinentes… Cette partie devra tout de même intégrer le rejet de la famille vis-à-vis de Maggie, et la prise de conscience progressive de cette dernière. Maggie finira par rejeter sa propre famille, comprenant qu’elle n’était qu’une banque à leurs yeux. Le second point à aborder m’est venue lors de la lecture de la théorie de Axel Honneth. Il explique que la reconnaissance est avant tout un acte, autrement dit elle est caractérisée par des gestes expressifs. Or, la relation de Frankie et Maggie est justement fondée sur la preuve affective, plus que sur la parole. Pour la troisième partie, j’en viens à dénoncer les limites de ce besoin de reconnaissance. En effet, cette quête mène Maggie à la Mort. Elle est motivée, portée par quelque chose qui la dépasse totalement. C’est pourquoi cette partie portera sur la pulsion –  qui fera référence à Freud. Je finirai mon mémoire en dénonçant l’aliénation de Maggie qui vit, et fait des choix en fonction du regard des autres. Cependant, sur son lit de mort, Maggie parvient à se détacher de ces regards. Elle prend donc la décision ultime de sa vie, mettre fin à ses jours, libérée de toute pression…

Bien que la structure narrative s’ajuste, s’affine de plus en plus, elle est encore amenée à évoluer. Je dois encore la confronter à la réalité de la rédaction… Alors, au travail!

Camille Nivat

Assemblage

10151092_10208163086657186_779865776_n
(cc) Camille Coquereau (20/12/2015)

Consigne : « Mon mémoire, un montage narratif. »

La rédaction du mémoire, c’est cet instant où toutes les idées éparpillées doivent se rejoindre. Réussir à les faire se relier entre elles, de façon linéaire et fluide, n’est pas chose facile. Le plan est là, comprenant ses grands titres et ses sous-parties. A l’intérieur de chacune d’elles, les analyses, idées, exemples à développer sont présents sous formes de tirets. Il faut prendre chacune de ces parties, les développer et les soigner puis réussir la transition avec la suivante. L’introduction et la conclusion entourent le propos, deux parties qui renvoient l’une à l’autre en miroir. La première pose les questions, la seconde est censée y répondre. Pour le développement, je cherche les mots justes, mais simples, pour passer d’une idée à l’autre et rendre mon propos aussi fluide que je voudrais qu’il soit.

Pour la rédaction de ce mémoire, je suis l’ordre du développement. Une fois le plan détaillé terminé, avec toutes les références, exemples, analyses et idées inclus dans chaque partie, je commence l’écriture. Tout d’abord la première partie. Puis la seconde, puis la troisième. L’introduction et la conclusion viendront à la fin, lorsque tout mon développement sera réellement posé. J’écris tout, comme les phrases me viennent. Une fois cela fait, la partie plus précise et périlleuse commence et je repars du début pour peaufiner, modifier certaines phrases, ajouter des références ou accentuer l’analyse. Ce travail de collage entre partie donne naissance à mon mémoire, supposé linéaire.

Camille Coquereau

Un plan mené à la baguette !

(cc) Maelys Gosset 17/12/2015
(cc) Maelys Gosset 17/12/2015

Consigne : « Mon mémoire, un montage narratif. »

Après une longue et fructueuse recherche autour du mythe présidentiel et de la place du Président dans l’imaginaire et dans la société américaine, l’étape de l’élaboration du plan a été cruciale. En effet, alors que j’avais en ma possession de nombreuses informations, l’heure était à la sélection et à l’organisation de mes arguments. Le plus dur étant pour moi de mettre de côté ma tendance à me disperser dans mes idées et à me laisser emporter par mon enthousiasme de livrer tout ce que j’avais pu découvrir !

Comme un puzzle, il m’a fallu agencer différentes pièces pour harmoniser ma réflexion afin que chaque partie et chaque argument viennent nourrir ma thématique et ainsi proposer un angle original et pertinent. Néanmoins, toutes les informations recueillies m’ont détachée de mon film. Ainsi, je me suis rendue compte que je me perdais peu à peu, et me laissais aller de digressions en digressions. Le nombre de caractères imparti m’a permis de recadrer mon travail, de me concentrer sur l’essentiel. Je me suis donc astreinte à rester focalisée sur le lien entre mes idées et le film. Le mot d’ordre était donc : discipline !

Maelys GOSSET