Archives par mot-clé : peur

Soline au pays des merveilles

« Mon travail de recherche, alors… heureux ? »

S’attaquer à un mémoire pour la première fois est un peu semblable à découvrir un nouvel horizon : au départ on est perdu. On brasse alors beaucoup de sujets, quelques fois même de l’air et on se sent noyé par le surplus d’informations. Cependant, détenir autant de données est une chose, et s’en est une autre de savoir les trier selon leur pertinence. Ma plus grande peur résidait donc dans le fait de ne pas savoir faire le bon choix pour un mémoire des plus judicieux. Cependant, mes craintes ne se limitaient pas qu’à cela puisque je me demandais également si ma culture générale était suffisante pour m’aider.

 Aujourd’hui, je suis proche de l’achèvement de mon écrit et lorsque j’inspecte mon travail avec du recul, je comprends qu’il y a une réelle différence entre mon travail de recherche et mon mémoire. Dans un premier temps je me contentais de trouver mes propres repères et je me suis donc retrouvée face à moi-même sur un terrain inconnu. Puis j’ai appris au fur et à mesure à faire des choix et à affiner mon dossier grâce, notamment, au regard bienveillant de ma directrice de recherche et l’avis de mes proches. J’ai alors appris à centrer mon travail pour le rendre davantage productif et moins éparpillé. De plus, la réalisation de ce mémoire est pour moi une découverte concernant l’analyse. Maintenant je comprends mieux l’univers du réalisateur, et tout comme Alice à la fin du film, je me sens à ce jour plus lucide face à cet univers qui m’a servi de vecteur pour interpréter le cinéma différemment.

Soline TESTARD

Nos peurs refoulées

Consigne : Ma problématique, une odyssée !

Avoir choisi la peur comme thème principal était presque incontournable. Il s’agit de comprendre la manière dont le réalisateur, avec finalement peu de moyens, a fait sursauter les spectateurs, et ainsi associé la créature à une icône de l’horreur. Qui n’a pas été terrifié par le jaillissement du Facehugger de son œuf ? Qui n’a pas été choqué par la scène du dîner et la naissance du « huitième passager » ? La première fois que l’on regarde ce film, quasiment en huis clos, on ne peut pas s’attendre à la tournure qu’il va prendre. Mais alors, quelle est la raison d’une telle frayeur devant cette œuvre : La morphologie particulière de l’alien ? La mise en scène particulièrement sombre ? Ou le fait que ces créatures représentent des aspects sombres de notre personnalité ?

Pour remonter le fil de ma pensée, je compte m’appuyer sur deux principales thématiques : le viol et la matrice. Je ferais même un rapprochement en parlant du viol de la matrice. Dans le film, le viol n’est exposé qu’à travers des références : celles des formes des différentes créatures, ou encore celles du vaisseau. Des allusions sont également présentes dans le jeu de certains acteurs. La matrice quant à elle, est présente pendant toute la durée du film, à travers une lutte entre l’Homme et la machine. Cette lutte est illustrée par Maman, l’intelligence artificielle. Pour finir, une relation sera établie avec la peur inconsciente que nous pouvons avoir vis-à-vis de notre relation actuelle avec la machine.

Vincent DUQUENNOY

Entre amour et haine : Alien, le Huitième Passager

Consigne : Mon film, entre amour et haine. 

En toute honnêteté, le film de Ridley Scott, qui m’avait fait sursauter à l’époque de la première vision, m’a séduit dans la liste car j’apprécie cette œuvre, mais juste assez pour  l’analyser. Il peut être vraiment plaisant de revoir un de nos films favoris, voire un documentaire qui traite du sujet, et ainsi découvrir des détails qui n’avaient pas attiré notre attention, lors des précédentes visions. Mais travailler sur un film qui nous tient trop à cœur peut nous amener par la suite à le détester, à force de l’avoir trop étudié dans tous les sens. Donc, même si  cette œuvre m’intéresse beaucoup, il est probable que je ne la visionne pas pendant une longue période après l’oral, afin de m’en détacher.

Pour en revenir à l’étude de l’oeuvre, l’espace est un domaine que je souhaiterais développer, en analysant le vaisseau Nostromo, qui est une zone très restreinte, pouvant amener des sensations comme la claustrophobie, car dans le bâtiment, on ne sait jamais vraiment où l’on se trouve. Il serait aussi intéressant de faire un parallèle avec le fait que l’astronef se trouve dans l’espace, qui lui possède une étendue infinie, comme le rappelle le titre : « Dans l’espace, personne ne vous entendra crier ». La peur est bien évidemment l’aspect majeur que je voudrais approfondir dans le mémoire à travers des thématiques comme le viol, l’aspect animal et le cauchemar. Pour ce faire, il faudrait notamment développer l’analyse des histoires mythologiques, à travers les codes et le mode d’écriture, repris encore aujourd’hui par les scénaristes. La comparaison avec d’autres créatures, comme par exemple le Predator de John McTiernan, serait aussi nécessaire afin d’appuyer les différentes idées.

Vincent DUQUENNOY