Archives par mot-clé : personnage

L’ombre d’un doute

jeux-dombre
(cc) Jeanne Vidal-Giraud 02/11/15

Le désir de rejoindre le projet d’animation à peut être inconsciemment quelque chose à voir avec le choix de mon sujet de mémoire sur Le roi et l’oiseau. En tout cas, il relève d’une prise de conscience récente sur les qualités de l’animation et la variété de ses formes. En effet, de nombreux exemples me viennent en tête : Valse avec Bachir et Le congrès de Ari Folman, Persepolis de Marjane Satrapi, Les noces funèbres, L’étrange noël de monsieur Jack, autant de films animés prenant des libertés que la prise de vue réelle ne permet pas. Je rejoint donc Vent contraires, projet d’animation sur fond de Don Quichotte, où comment l’imagination de deux enfants peut transformer un objet banal en quelque chose de merveilleux.

Le défi de ce teaser est de définir un style bien particulier qui va retenir l’attention du spectateur et donner renvie d’en savoir plus sur cette histoire pourtant simple. L’idée du jeu sur les matières à été évoquée, surtout quand on en vient à réfléchir à la conception de  l’arbre. Comment faire pour rendre ce dernier  tour à tour inquiétant, puis merveilleux? Lors de notre dernière entrevue, le travail de Michel Ocelot dans Princes et princesses a été mentionné. C’est une idée qui est restée dans un coin de ma tête jusqu’à ce que je tombe sur une oeuvre de Dan Ohlmann, au musée du cinéma et de la miniature de Lyon. La simplicité même, tout de carton noir et de lumière, un quartier reconstitué, on y voit les passants à pied ou à vélo, les gens à leurs fenêtre. Ces personnages donnent l’impression qu’ils vont s’animer dès que l’on tournera le dos à la vitrine dans laquelle ils sont exposés.

Jeanne Vidal-Giraud

 

 

 

 

Antoine et Coline

Billet MOI ET MON PERSONNAGE
Coline Portet (26/10/2015)

Consigne : « Mes personnages & moi »

Antoine Doinel, mon ami le plus fidèle. Après un an passé à l’étudier,  je me rends compte qu’il y a encore plein de facettes de sa personnalité à explorer. Antoine est un personnage unique et complexe qui ne me ressemble pas du tout. Personnage principal des 400 coups de François Truffaut, il est également le sujet de quatre autres films formant la saga Doinel. Antoine est donc un personnage que je connais bien, qui évolue et grandit sous mes yeux.

Anti-héros, égoïste et généreux, drôle et cultivé, léger et grave, sensible et détaché, fidèle et curieux, brut et poétique… Antoine n’est ni bon, ni mauvais, ni Bien ni Mal. Il se cherche, doute, fait des erreurs, change d’avis.
Après de longs moments de réflexions je parviens enfin à comprendre mon admiration incessante et ma tendresse pour ce personnage si touchant. Antoine a un caractère très différent du mien, cependant je me sens infiniment proche de lui par sa proximité et son humanité. Son statut dépasse celui du personnage fictif pour se rapprocher au plus près d’une personne réelle, quotidienne, banale et complexe.
François Truffaut façonne son personnage fétiche à son image. Antoine est donc un mélange entre le réalisateur et son interprète Jean-Pierre Léaud. L’acteur l’enrichit de sa propre expérience et lui donne vie avec sa voix et sa gestuelle.
Antoine incarne un fabuleux mélange entre deux êtres qui me fascinent. Il est pour moi le plus beau personnage cinématographique qui témoigne de mes goûts et de ma sensibilité.

Coline Portet

Contemplation fascinée, une ode à Marianne Renoir

(cc) Adélaïde Michel (25/10/2015)
(cc) Adélaïde Michel (25/10/2015)

« Une femme peut très bien tuer plein de gens, c’est pas parce qu’elle a des seins ronds, des cuisses douces qu’elle ne peut pas massacrer tout le monde si elle le veut. Pour rester libre, pour se défendre. »

Marianne à Ferdinand dans Pierrot le fou, 1965

Consigne : “Mes personnages & moi”

Souvent Marianne m’impressionne. Je ne dis pas qu’elle me fascine, me surprend, encore moins qu’elle m’étonne. Je tiens au verbe impressionner car il rend à Marianne son caractère de muse. Outre le fait qu’Anna Karina qui incarne le personnage de Marianne, soit elle-même la femme et la muse de Jean-Luc Godard et qu’elle soit présente dans une dizaine de ses films Marianne est aussi Renoir. Elle porte le nom de l’artiste impressionniste Auguste Renoir et de son fils le cinéaste Jean Renoir. Elle placarde son appartement de cartes d’art et de reproductions de tableaux. Elle porte en elle la spontanéité de la création artistique. Elle agit et vit en suivant ses propres envies, et pas une seule fois elle ne se laissera contraindre par la société bourgeoise consumériste.

Elle représente aussi une icône fétichisée de la femme, à double tranchant. Elle est à la fois femme fatale, sexualisée : « Je trouve que tes jambes et ta poitrine sont émouvantes » lui dira Ferdinand ; mais elle reste pourtant associée à une connotation infantilisante — par l’ours en peluche qu’elle promène, notamment. Pour tout cela Marianne représente une femme énigmatique, enthousiaste, meurtrière peut-être, mais en tout cas, une femme résolument contemporaine.

Adélaïde Michel

« Who was Tom Doniphon ? »

doniphon 3
(cc) Camille Coquereau (23/10/2015)

Consigne : « Mes personnages & moi »

L’homme qui tua Liberty Valance, c’est Ransom Stoddard. Ou peut être Tom Doniphon, on ne sait pas très bien. Toujours est-il que Liberty Valance sera tué par l’un des deux. Entre Stoddard et Doniphon, je ne sais qui choisir, à l’image d’Hallie dont le cœur balance entre les deux. Le premier vient de l’Est et ne comprend pas que la violence puisse être la seule solution pour régler un conflit. Le second est un cowboy, persuadé qu’un homme doit être fort et pour qui le colt est synonyme de résolution de problèmes. Finalement, le héros, c’est lui.

Comment le cerner, le grand Doniphon ? Lors de sa première apparition, il est figuré par un cercueil. J’apprends alors, larme à l’œil, qu’il est mort. L’histoire qui va suivre est la sienne. Imposant par sa carrure de cowboy, main vissée au pistolet qu’il porte à la ceinture à tout instant, je le crains un peu, tout de même. La force est sa manière de répondre aux violences et il est considéré comme plus fort que l’homme le plus dangereux du pays. Paradoxalement, une forme d’admiration naît chez moi à son égard. Derrière cette force ce cache l’amour qu’il porte pour Hallie. Celle-ci lui préférant l’homme de l’Est, mon cœur se brise alors en même temps que le sien. Trop d’époques nous séparent, rendant l’identification impossible. Néanmoins, l’humanité de cet homme dur au cœur brisé m’atteint et le rend alors totalement fascinant.

Camille Coquereau