Archives par mot-clé : Peau d’Âne

En fin de conte

Fin de tournage Peau d'Âne (Deneuve, Marais et Demy)
Fin de tournage Peau d’Âne (Deneuve, Marais et Demy)

Consigne : « Clap de fin »

Nous sommes le 15 février et c’est bientôt le clap de fin. L’écriture du mémoire s’achève, il faut bien tout relire pour voir toute la cohérence du travail. Ainsi j’écris mon introduction et ma conclusion en adéquation avec mon corps de texte. Je garde en tête ma question principale afin de ne pas me perdre dans les idées qui me viennent à l’esprit. Je relis mes hypothèses tout en vérifiant mes arguments. Je choisis des photographies adaptées à ces derniers. Entre Jean Cocteau, Gustave Doré, les photos du tournage de Peau d’Âne et la filmographie de Jacques Demy, mon cœur vacille. Le clap final est bien proche et cela se ressent dans le regard que je porte sur mon travail. C’est un regard nouveau, qui prend du recul afin de retenir l’essence même de mon questionnement.

Pour cela je me dois d’être rigoureuse. Je prends en note les moindres détails qu’il faut que je change, que ce soit des fautes d’orthographe, aux titres, à la syntaxe ou encore aux guillemets. Chaque détail me semble important. Maintenant il est plus question de forme que de fonds. Ceci arrive en deuxième place du travail, mais il est tout autant important que la rédaction. C’est comme pour l’étude d’un film, l’histoire sans l’esthétique et le cadrage n’a plus le même sens. Il faut parvenir à mettre en relation les deux pour aboutir au mémoire. Ce clap de fin est presque celui du Master et de ces années de faculté. Il restera la soutenance qui marquera la fin du travail de recherche sur Peau d’Âne et de ma scolarité. Un clap final difficile mais nécessaire pour commencer une nouvelle histoire!

Manon Sultana

Un conte au cinéma, une narration singulière

queer jacques demy

Consigne : « Mon mémoire, un montage narratif »

Le montage narratif au cinéma correspond à l’assemblage de plans destiné à rendre la narration compréhensible pour le spectateur. Il est souhaitable que l’on comprenne l’histoire de manière chronologique et linéaire. Concernant l’écriture de mon mémoire, je dois m’efforcer de considérer toutes les facettes du film qui correspondent à ma question principale, à mon sujet. Puis je vais développer mes hypothèses, mes interrogations et mes arguments. Ceci en allant du plus évident à l’idée la plus étonnante. Mon but étant toujours d’étayer ma question principale. Cet exercice me demande de me focaliser sur le sujet que je souhaite aborder et sur les idées que je veux démontrer, grâce à d’autres auteurs ou films qui appuient mes arguments. Il n’est pas aisé de rester sur son chemin de réflexion, mais il est plus facile de se perdre dans la multitude de sujets dont on a envie de traiter. C’est pourquoi je trouve important de bien garder son axe premier afin d’être plus efficace.

Avant de penser au plan j’ai tout d’abord fait des recherches sur Peau d’Âne. J’ai découvert un livre traitant du queer/camp chez Jacques Demy. C’est après cette lecture fort étonnante que j’ai décidé d’étudier ce sujet. Mais je ne voulais pas parler seulement de cela. Voici ma problématique provisoire, qui montre ma volonté d’élargir le sujet : « En quoi Peau d’Âne de Jacques Demy montre-t-il une vision novatrice du conte ? » Je ne suis pas encore convaincue par cette formulation. Mais mon idée reste de montrer en quoi ce réalisateur nous fait revisiter un conte classique tout en nous conviant à entrer dans son univers, à comprendre sa liberté et ses inspirations. De cette idée est venue mon plan tout aussi provisoire. Ce dernier se divise en trois parties. La première montre l’adaptation du conte de Perrault par Demy. La seconde montre le désir par l’inceste, mais aussi par Electre, Oedipe. Enfin la troisième partie montre l’univers queer, voire camp que nous propose le réalisateur dans son adaptation. Pour introduire mon mémoire je pense parler du film Marguerite et Julien de Donzelli qui sort en décembre 2015 et qui fait de nombreuses références à Peau d’Âne. Ceci montre que Jacques Demy laisse une trace esthétique et narrative importante encore aujourd’hui. Et pour conclure je parlerai du dernier film de Jacques Demy : Trois places pour le 26. Ce dernier traite ouvertement de l’inceste et montre que cette thématique est importante dans la filmographie du réalisateur. Il me faut continuer à écrire pour que mes idées, mon argumentation et mon montage narratif prennent forme.

Manon Sultana

 

Enlevez votre peau d’âne mon enfant, vous y verrez plus clair!

(c) Manon Sultana

 

Consigne : « Ma problématique : un casse-tête chinois »

 
Une problématique découle souvent de multiples lectures qui guident les diverses compréhensions que l’on peut avoir du film. Mais avant cela, il faut déjà trouver un axe de lecture. Pour ma part je me suis dirigée vers la psychanalyse. C’est pour cela que je suis allée vers Bruno Bettelheim et sa Psychanalyse des contes de fées ou encore Cinq leçons sur la psychanalyse de Sigmund Freud. Le livre de Pierre Péju, La petite fille dans la forêt des contes, m’a montré une vision poétique du conte. Mais le livre qui a le plus intriguée ma conception du film reste Enchantements désenchantés. Les contes queer de Jacques Demy. Ce dernier a changé ma première vision psychanalytique du film avec  le mythe d’Électre ou encore l’inceste. Ce livre est novateur dans l’interprétation des films de Jacques Demy car il en découvre le côté queer, voir camp. Ces mots me sont d’ailleurs  encore difficiles à définir.

 C’est en cela que commence le casse-tête chinois de la construction de ma problématique. Il me faut mettre en adéquation la psychanalyse, le genre du conte et la vision novatrice du monde queer. Ma problématique actuelle est : « En quoi Peau d’Âne de Jacques Demy met en scène une vision novatrice du conte ? » Je ne la trouve pas encore assez pertinente mais l’idée est là. J’aimerais montrer tout ce que Jacques Demy a pu apporter au conte d’un point de vue littéraire, psychanalytique et queer. Ce qui me pose le plus problème reste cette thématique queer car je n’ai lu qu’un seul livre à ce sujet. Il faut que je le définisse par une lecture plus riche et que je voie sa pertinence avec le film.

Manon Sultana

Peau d’Âne et Peau de Manon

la fille et le père

Consigne : « Mes personnages & moi »

Dans le titre du film tout est dit : Peau d’Âne. Le personnage principal est cette jeune fille/femme sans prénom. Ce qui est le cas de tous les personnages d’ailleurs : le roi, la reine, le prince, la fée, etc. Il m’est difficile de parler du personnage sans parler de Catherine Deneuve, mais je vais les dissocier.

Peau d’âne m’impressionne par son féminisme et sa détermination. J’aime sa manière d’évoluer. Au départ elle n’arrive pas à prendre une décision mais, sous les conseils de la fée, elle part du château. Au fur et à mesure de l’histoire, elle prend en main son destin. En effet, elle décide de mettre la bague dans le gâteau afin que le prince la retrouve. Ce geste me touche car il met en avant le personnage féminin. Et je pense m’identifier à elle dans sa quête initiatique : l’évolution de sa maturité, sa prise de décision et l’acquisition de sa confiance en elle.

Quand j’ai vu le film étant enfant je voyais de belles robes, un âne et un perroquet qui parle. Mais aujourd’hui je remarque une femme enfant que son père demande en mariage. Et je dois dire que sa relation avec lui me perturbe. Le complexe d’Électre qui s’énonce tout au long du film est intrigant. Le roi souhaite épouser sa fille et cette dernière l’aime beaucoup, mais jusqu’à quel point ? Je ressens une forme de rejet envers cette relation ambiguë père/fille. L’inceste était et reste un sujet tabou, ici incarné par la peau d’âne.  

Manon Sultana