Archives par mot-clé : organisation

Silence! Ca tourne!

(cc) Camille Nivat (17/01/2016)
(cc) Camille Nivat (17/01/2016)

De nombreuses questions se sont posées lors de l’écriture du scénario du teaser. Comment donner assez d’information pour faire comprendre le concept tout en gardant assez de mystère? Comment donner envie aux spectateurs de regarder cette émission? Petit à petit, les choses se sont précisés dans nos esprits. Mais cela restait purement fictif… Après l’écriture du teaser, il faut se confronter à la réalité, la réalisation concrète  de nos idées. Rien que le choix de l’acteur est venu modifier – légèrement – le concept. En effet, l’acteur est québécois. Puis, il a fallu se décider sur l’appartement dans lequel vivrait ce même personnage. Et définir les plans en fonction de cet espace particulier. Et la voiture! Ou trouver une voiture assez emblématique pour devenir un symbole de l’émission…  Nous devions créer ce teaser avec « les moyens du bord », nous creuser la tête, afin de trouver des solutions à chacun des problèmes auxquels nous étions confrontées. Même au dernier moment, quand nous pensions avoir pensé à tout, un nouveau problème s’est présenté. Nous n’avons pas pu récupérer de projecteur. Là encore, il nous a fallu réagir vite – nous tournions deux jours plus tard.

Dimanche, 8h30, parking de l’université. L’équipe se rejoint sous une pluie battante; tout le matériel est chargé dans les voitures. Un petit café, et la journée – marathon – de tournage commence. En espérant que la pluie cesse, nous nous rendons en périphérie de bordeaux, à la campagne pour tourner la scène de fin du teaser. La pluie ne s’arrête pas; finalement cela donnera un aspect d’autant plus comique à l’image. Il nous faut nous organiser, deux d’entre nous bloquent la rue. La réalisatrice et son assistante font diverses essais de cadre, tout en protégeant au maximum le matériel de la pluie.  Sam est en place, la voiture aussi. Une autre personne est accroupie dans le véhicule, tenant le volant d’une main et le frein à main de l’autre. Action! Coupé! Le tournage de cette scène est extrêmement rapide. On remballe. Toute l’équipe repart vers Bordeaux, direction l’appartement du personnage central du teaser. Nous avions déjà fait des essais concernant ces plans, tout avait été décidé à l’avance. Nous n’avons plus qu’à poser la caméra à l’emplacement choisi, répété les mouvements et travailler le jeu d’acteur. La captation se poursuit. Nous pensions finir relativement tard et nous craignions que la lumière naturelle nous fasse défaut. En réalité, le travail préalable nous a permis de finir relativement tôt. C’est là où nous avons compris l’importance d’une telle préparation.

Avant la réalisation concrète de ce projet, nous avions toutes peur du résultat. Nous pensions ne pas réussir à concrétiser nos idées. Finalement, nous sommes plutôt fières de ce que nous avons réalisé. Vivement le montage terminé que l’on puisse voir à quoi ressemble notre teaser, une fois achevé!

Camille Nivat

L’effet Godard

karinagodard
(cc) Adélaïde Michel (21/12/2015)

Consigne : « Mon mémoire, un montage narratif ».

Le moins que l’on puisse dire, c’est que le montage narratif — expression que j’emploierai ici pour évoquer l’ensemble de ma réflexion, de mes recherches jusqu’à l’écriture de mon mémoire — peut sembler aussi surprenant et décousu que la structure narrative de certains films de Jean-Luc Godard. Dans mon cahier de notes apparaît une accumulation d’idées, un mélange de citations, de mots isolés pourtant évocateurs à mon goût, de références issues de mes lectures et de tournures de phrases griffonnées sur des coins de pages ; le tout se mêle dans ma tête à des extraits de films, à la voix de Ferdinand Griffon, de Jean-Paul Belmondo dans Pierrot le fou qui tourne en boucle comme un fond musical auquel je ne suis que parfois attentive… tout cela est bien déroutant au premier abord. Mais à bien y réfléchir cela l’est moins. Je m’explique.

À lire Godard — ou ceux qui en parlent — nous ne pouvons qu’être frappés par la multitude des interprétations qui sont faites de son œuvre, et par la multitude de thèmes qu’il aborde dans ses films. Alors dans mon mémoire j’évoque à la fois la musique, la publicité, la bande dessinée, les arts populaires, l’anarchisme et l’élitisme. Aragon aimait qualifier de « collages cinématographiques » les films de Godard multipliant références et citations. Moi-même dans mon travail d’écriture je suis en plein « effet Godard », faisant à sa manière un assemblage, ou devrais-je dire une narration en collage.

Adélaïde Michel

Une science exacte ou presque

De nombreuses différences sont à noter durant l’évolution de ce dossier. Tout d’abord nous avons choisi de mieux s’organiser pour être plus efficace. Ainsi il était plus intéressant de voir le progrès dans nos recherches respectives, pour ma part j’avais plus de facilité avec les chiffres. J’ai donc étais bien plus utile lorsqu’il s’agissait de chiffrer, budgétiser, évaluer les ressources nécessaires. Ceci est pratique comme fonctionnement car chacune avait sa propre tâche et cela nous permettait d’avancer tout en conservant l’aspect du travail d’équipe.

Notre manière de fonctionner ? Une fois les rôles répartis, nous nous retrouvions en classe pour en parler, analyser et comprendre ensemble le travail effectué. Ce qui nous permettait de faire le point et de savoir régulièrement où nous en étions. Combiner notre travail pour l’étudier ensemble par la suite a permis une réelle avancée qui convenait à tout le groupe. Ainsi le magazine audiovisuel est construit sur des bases solides qui permettent de mener le projet à bien si ce dernier voit le jour.

Soline Testard

C’est la fin.

Deep End_01Consigne : Mon travail de recherche… alors, heureux ?

Le rendu du Travail Préparatoire à la Recherche a été pour moi une source de satisfaction intense : réussir à créer une analyse filmique sur un film qui nous tient à coeur et rendre un travail qui nous contente, malgré quelques incohérences, est très gratifiant. Ainsi, quand il a fallu se replonger dans le film, une question me taraudait : vais-je réussir à recréer de toutes pièces un mémoire d’une trentaine de pages sur un sujet dont j’ai l’impression d’avoir déjà fait le tour ? Ai-je acquis assez de compétences durant mes années d’études pour être capable de réaliser moi-même un mémoire ? Pour moi, la réponse était évidente : non, je n’en étais pas capable.

Aujourd’hui, à l’aube du rendu du mémoire, mes doutes, fort heureusement, se sont envolés. Je l’ai fait, j’en étais capable. Et plus encore, je me suis découvert des compétences que je ne soupçonnais pas, notamment au niveau organisationnel. Je suis une personne très organisée dans la vie de tous les jours, mais le nombre d’ouvrages à lire et de films à regarder pour mon mémoire m’inquiétait : comment s’organiser avec une telle quantité de documents ? Au final, cela s’est fait naturellement et m’a permis un gain de temps et d’énergie considérable. Je vais rendre un travail qui m’aura pris deux ans, mais dont, malgré tout, je suis fière.

Tiphaine Robion

L’organisation, ça a du bon.

Organisation-billet2

Maintenant que l’on s’est imprégné du scénario, que l’on a pu l’adapter pour plus de cohérence entre le fond de l’histoire et la forme d’un court-métrage, il nous faut maintenant en faire le dossier artistique. Le but est de continuer à monter le projet, dans les mêmes étapes qu’une production « classique ». Le dossier doit être complet, il a donc fallu travailler sur divers éléments : Plan de financement, notes d’intentions, de réalisation, de production,… Nous avons donc tenté de mettre en œuvre un processus de travail permettant de le faire au plus juste. Car de la qualité du dossier dépend la réussite des demandes de financement, et donc la vie du film.

Afin de monter ce dossier, nous avons partagé le travail à effectuer, pour que chacun puisse y mettre sa patte. L’ensemble des éléments ont ensuite pu passer d’une personne à l’autre pour être éventuellement complétés. Pour avoir un dossier le plus complet possible, nous avons également pensé qu’il serait important d’y faire apparaître des exemples d’images pour donner une idée d’ambiance possible pour le court-métrage. Pour ce faire, un partage de fichiers s’est mis en place à l’aide de Google Drive. Ainsi, la banque d’images a pu se fructifier. Cette mise en situation réelle d’un montage de projet permet de nous rendre compte de l’importance de l’organisation qui existe pour le mener à bien.

Sylvain R.