Archives par mot-clé : montage

Moteur, action, coupé!

(c) manon
(c) manon

Une université vide de monde un dimanche 10 Janvier à 8h00 ? C’est normal me diriez-vous. On s’était donné rendez-vous sur le parking de Bordeaux3. Après un petit café, le convoi de trois voitures part à l’aventure. Enfin, on part plutôt à vingt minutes de Bordeaux où l’on trouve comme prévu un champ mais aussi des chevaux.  Nous sommes prêt! Je suis derrière la caméra et Julie, la script, me tiens le parapluie pour ne pas abîmer le matériel. Samuel pousse le van et Alix est dans la voiture pour sécuriser le van au frein à main. Camille et Maëlys barrent la route.  En deux prises pour chaque plan nous avons terminé. On revient donc sur Bordeaux pour tourner le reste dans un studio; enfin mon 20m carré. Nous avons partagé un bon repas pour se réchauffer puis nous avons installé les lumières, la caméra, etc. Samuel se met en scène en tant qu’Arthur et tout se déroule bien. Après avoir terminé vers 15h00, tout le monde retourne chez sois.

Nous sommes contentes du tournage. Nous avons eu des idées de plans sur le terrain. Même si nous avions tout préparé en avance, nous avons eu des nouvelles idées le jour du tournage.  On a pu remarquer que ce travail préparatoire est très important pour rester le plus efficace possible. On a hâte de monter le teaser et de voir si le résultat est à la hauteur de ce que l’on pense. Il va y avoir un travail de rythme à mettre en place lors du montage. Mais il va aussi falloir trouver une musique adéquate. C’est en fonction de celle-ci d’ailleurs que nous allons pouvoir jouer entre les images et le rythme. 

Manon Sultana

Les 400 possibilités

(cc) Coline Portet
(cc) Coline Portet

 

Consigne : « Mon mémoire, un montage narratif ».

Un mémoire ça se construit, ça s’imbrique, ça s’assemble pour former un développement de pensées uniforme. C’est donc au fur et à mesure du temps que l’on trouve sa structure. Une fois les idées trouvées et dévoilées, il me faut les agencer, les relier et les positionner. Pas si simple de montrer l’évolution de sa pensée sur un bout de papier!

On essaye, on efface, on raye. Petit à petit, une structure se dessine, puis une autre. Les possibilités sont multiples. Je construis un parcours, je flèche mes idées mais surtout j’essaye de les raccorder. Le but étant que mon mémoire soit fluide, clair et limpide, qu’il se lise simplement et facilement. J’essaye de créer un mémoire où chacune de mes idées est claires et j’essaye de faire en sorte que l’ordre de leurs apparitions soit cohérent. L’une doit amener l’autre. Une première partie un peu générale, une deuxième partie bien centrée sur le film et une troisième partie plus originale, une sorte d’ouverture plus libre. Voilà donc la dernière version de ma structure, elle me semble judicieuse et justifiée. Mais cela est encore susceptible de bouger. A présent, j’essaye de rattacher toutes mes petites parties les unes entre les autres avec des transitions, en cours d’élaboration…

Coline Portet.

Punition vs Oeuvre

(CC) Louise Tressens 21/12/2016
(CC) Louise Tressens 21/12/2016

Consigne : « Mon mémoire, un montage narratif »

La rédaction d’un mémoire mérite la maîtrise totale du sujet abordé pour bannir les contresens, les approximations et les dérives. Ayant la chance d’étudier et problématiser autour d’un film que l’affect nous a poussé a choisir, il semble plus simple d’en comprendre les limites et les possibilités. Le film Un Prophète, en tant que film portant sur la prison, suscite de nombreux questionnements. L’enjeu fut donc de les trier par ordre de priorité, de se focaliser sur le plus pertinent et de développer une réponse traitable en 70 000 caractères.
La question choisie, « Si l’unique liberté accessible aux prisonniers réside dans l’interdit, comment Malik el Djebena s’émancipe-t-il du joug de l’enfermement carcéral ? », permet d’utiliser les éléments narratifs et esthétiques pour rester proche de l’œuvre – comme la consigne l’impose – tout en évoquant les fondements de l’enfermement carcéral et de la punition.

Les lectures doivent être le plus approfondies possible afin de rendre la réflexion plus savante et c’est en cela que la difficulté réside. Un mémoire doit-il être une restitution des savoirs d’autres personnes ou un questionnement personnel qui s’appuie sur des œuvres et courants de pensée préexistants ?
La rédaction n’est pas entamée mais le plan s’affûte au rythme de mes lectures. Le tout est de savoir où sont mes difficultés et mes points forts. En ce sens, écrire avec des mots une structure déjà très claire dans la pensée paraît surmontable, et presque une étape finale, rapide.

Louise Tressens

Memories, you talk about memories

puzzle-394144_960_720

Consigne : « Mon mémoire, un montage narratif ».

Il faut avouer qu’à l’annonce de la consigne de ce billet, je suis restée coite. En pleine rédaction du mémoire, il est encore difficile d’avoir le recul nécessaire pour expliquer la structure logique de l’argumentation. Je peux, toutefois, expliquer ce que je cherche à construire. Comme les précédents articles ont pu le présenter, mon mémoire se penche sur l’Homme et la machine, plus précisément sur une définition de l’Homme à travers la machine. Comment la machine (les réplicants de Blade Runner) permet-elle à l’Homme de se définir ? En me fondant sur Sophocle et la comparaison des paradigmes (l’animal, l’homme et la machine) mon mémoire devient le lieu de la comparaison des réplicants et de l’homme.

J’ai longtemps tâtonné afin de trouver une logique d’argumentation qui à la fois justifierait ma démarche et l’expliciterait. Je me devais de justifier ma méthode de travail, de décrire les deux paradigmes que je comparais à travers le film et de développer la comparaison elle-même. Ce montage argumentatif a été au début inconscient, mais je n’arrivais pas à lui donner ce fil rouge qui assurerait une lecture fluide. J’ai donc décidé de suivre la contrainte de la comparaison : explication du principe, description des réplicants et des hommes de Blade Runner et enfin de la comparaison elle-même (ce que l’Homme retrouve de lui-même en se confrontant à la machine).

Cependant, l’étape la plus délicate sera de l’écrire cette comparaison !

Julie T

Arrête de divaguer

Le film est presque terminé, mais il reste une étape : la post production. Tout est dans la boîte, son et image. Le carnet de script attend d’être feuilleté et les rushs d’êtres proprement synchronisés. La troisième écriture du film peut commencer. Reste encore à définir qui fait quoi. J’aimerais monter le film seul, renforcer l’aspect décalé du film par le montage. Mais je n’ai aucun recul… Jonathan s’y connait dans ce domaine mais est-il possible pour lui de monter des images sur lesquelles il figure ? Je demanderais à Laetitia. Elle a déjà une petite expérience et saura m’indiquer les faux pas. Et la musique… La question de la musique m’obsède. Elle est, je pense, la quatrième écriture du film. Elle peut modifier l’ambiance du tout au tout. Qu’aurait été Le Grand Bleu sans Eric Serra ? Himalaya l’enfance l’un chef sans Bruno Coulais et Blade Runner sans Vangelis ? Oui, Le plus fastidieux est encore devant…

 Cela dit, l’expérience du tournage est passée et, maintenant que les rushs sont disponibles, j’arrive à peu près à me faire une idée du film tel qu’il sera dans sa version finale. Dire que celui-ci est né d’une petite action qui a failli être grosse : la perte de contrôle du véhicule à cause d’une boite de bonbons à l’anis. Puis il y a eu cette femme, travaillant à la boutique Kodak de Leclerc. Je prenais un maximum de photos afin d’obtenir deux minutes de rendez-vous avec elle chaque semaine. Elle me penserait fou en apprenant que ces 2+2+2+2+2+2+2+2 minutes furent la motivation du projet. Non, quand même, la principale motivation fut la recherche d’expérience. Réaliser un film, ou plutôt s’extraire une idée de la tête pour la faire passer à l’écran, est plus jouissif qu’il n’y parait. Il s’agit de matérialiser cette idée par des décors, des costumes, des acteurs, de la lumière, du mouvement, un cadre, du son etc… Heureusement que l’équipe qui m’accompagnait, timbrée qu’elle est, a pu l’assimiler. Aujourd’hui, en visualisant les rushs, je me rends compte que le résultat n’est pas flamboyant techniquement, mais peu importe : même après ces quelques mois de « rush », l’idée de départ est restée intacte. Elle n’est plus en moi, je ne peux plus la changer mais elle est bien là, devant moi, retranscrite sur le vieil écran pixelisé de mon ordinateur portable. Bon, arrête de divaguer, mets y toi. Commence par appeler Laetitia.

Tristan Leyri