Archives par mot-clé : liberté

Une héroïne en quête d’adrénaline…

(cc 29/12/2015 alix grinsell)
(cc 29/12/2015 Xila)

Consigne : « Mon mémoire, un montage narratif »

Je vais m’octroyer le doit d’inverser les deux questions fondamentales de ce billet, « pourquoi et comment ? » en « comment et pourquoi ? » Au fur et à mesure des discussions avec mes camarades de classe, mes amis ou ma famille, l’élaboration de la structure narrative du mémoire évolue. La semaine dernière, j’ai fait la rencontre du nouveau colocataire d’un ami en doctorat de Psychologie. Je lui ai expliqué la problématique de mon mémoire sur Bonnie and Clyde, et un débat de trois heures  a débuté entre nous. Il m’a aiguillée sur certains auteurs à lire (Nazio, Sartre, Valleur…), et indiqué des termes psychiatriques traitant de la relation que je souhaite aborder dans mon plan de mémoire entre le couple de hors-la-loi et leur notion de liberté qui est quasi-pathologique. Pour illustrer mon propos, il me sera nécessaire de définir le terme de « conduite ordalique ». La définition suivante est issue de la thèse de Marc Valleur, Les addictions sans drogue et les conduites ordaliques. L’Information Psychiatrique (2005) : « La conduite ordalique peut être définie comme le fait, pour un sujet, de s’engager de façon plus ou moins répétitive dans des épreuves comportant un risque mortel : épreuve dont l’issue ne doit pas être évidemment prévisible et qui se distingue de ce fait tant du suicide pur et simple que du simulacre ».

Une fois le terme psychiatrique de conduite ordalique défini, nous pouvons affirmer que Bonnie and Clyde réitèrent tout au long du film leurs actes illégaux (fuite, braquage, cavale…). Ce qui montre qu’ils ont développé un réel goût pour la prise de risque. Ils sont dans un cercle vicieux engendré principalement par la quête du plaisir immédiat. Ils ne sont pas capables de s’en débarrasser, ou ils sont obligés de continuer ainsi. Peut-être vais-je devoir parler d’addiction à l’adrénaline que suscite chez eux le danger. Enfin, ils se sentent exister, vivre, libres… mais ce n’est qu’une sensation illusoire.

Xila

Objectif mémoire !

alix grinsell 20/11/2015
alix grinsell 20/11/2015

 

Consigne : « Ma problématique, un casse-tête chinois ».

Après avoir passé un certain temps à lire des livres en tout genre, bons comme moins bons et une fois l’axe de réflexion choisi, la question de la problématique se pose : mais comment la trouver ? Comme son nom l’indique, la problématique pose un véritable problème. Comment, pourquoi, en quoi ? Il faut qu’elle mette en avant toute les interrogations soulevées lors de cette première phase de réflexion. Une bonne problématique est capable de lier tous les axes du mémoire.

Dans un second temps j’ai pris le temps de m’entretenir avec des personnes, issues ou non du milieu du cinéma. C’est cette étape-ci qui m’a permis une meilleure appréhension du sujet, j’ai ainsi pu démêler les thèmes les plus importants de ma réflexion, ce qui m’a aidé à élaborer une problématique pertinente.

Pour ma part, le sujet dont je souhaite parler dans mon mémoire est explicite. Lorsqu’on regarde le film  Bonnie and  Clyde on ressent une véritable admiration envers eux, ce sont de vrais héros modernes. Ils sont à la recherche d’une liberté mais d’une liberté peu commune : une liberté destructrice car ils y trouveront  la mort.

J’ai donc souhaité traiter la question : comment Arthur Penn utilise-t-il le personnage de Clyde pour offrir une liberté à Bonnie ?

Alix Grinsell

Que la Force soit avec toi pour ta problématique !

Consigne : « Ma problématique, un casse-tête chinois »

Un Rubik’s cube. C’est plutôt à cela que me fait penser la problématique de Thelma et Louise : assembler des mots-clés dans le bon ordre pour qu’à la première lecture, on puisse lire des phrases logiques, semblant évidentes, montrant ainsi qu’on maîtrise bien son sujet d’entrée. Pour le film de Ridley Scott, la liberté est bien évidemment l’un des termes principaux, mais nous devons également y retrouver « femme », « road-movie » et « américain ». A l’heure où ce billet est écrit, cette problématique commence à prendre forme, mais il reste précisément la question essentielle, à savoir trouver la phrase d’accroche sur la condition de la femme aux États-Unis à l’époque du film, tout en la raccrochant au thème de la liberté.

Mais l’idée serait de commencer par la fin, en se concentrant sur le plan où la Ford Thunderbird vole tel un oiseau dans les airs, pour remonter ensuite la chronologie du film et tenter d’expliquer comment les protagonistes en sont arrivées là. Il ne faut pas non plus oublier de situer le film : en effet, nous sommes en 2015, et l’action du film se déroule en 1991, ce qui suppose une référence au contexte socioculturel de l’époque. La difficulté réside donc dans le fait qu’il faut simplement poser les bonnes questions sur les raisons du choix de ces deux femmes pour qu’on puisse, pour en faire une véritable problématique, aller un peu au-delà de la notion de « qu’est-ce qui les anime ? » Alors on ne baisse pas les bras, et on s’y remet dans la joie et la bonne humeur !

Vincent Duquennoy

Lincoln, le tout-puissant

Consigne : « Mes personnages & moi »

Lincoln est un biopic réalisé par Steven Spielberg, sorti en 2012. Le 16ème président des États-Unis est donc le personnage principal. Daniel Day-Lewis interprète dans cette œuvre une figure emblématique de la mémoire collective américaine. En effet, Abraham Lincoln tient une place particulière dans le cœur des Américains puisqu’il incarne le défenseur de la liberté des Hommes par excellence. Plus que tous les autres Présidents américains, il est une figure mythique de l’hégémonie de la puissance des États-Unis en faisant adopter à la Chambre des Représentants le 13ème amendement abolissant ainsi l’esclavage.

Steven Spielberg, par des choix de mise en scène et une esthétique travaillée,  nous présente un Lincoln puissant, autoritaire et même divin ce qui entre en dissonance avec son propos humaniste : celui de la liberté et de l’égalité des Hommes. Spielberg renoue ici avec la tradition du cinéma des années Reagan de reviriliser l’Amérique en construisant un Président puissant doté de tous les pouvoirs qui se justifie par une bienveillance exacerbée. Le cinéma comme médium de communication internationale bénéficie d’un certain pouvoir de persuasion diffusant une idéologie qui prône le culte de la personnalité, de sa puissance, à travers l’image emblématique du Président. Mon Président, ce héros ! Aucune opposition, aucun allié pour le seconder, Lincoln est seul usant de son pouvoir, contournant la loi. Le roi de l’entertainment nous plonge au cœur de la Maison Blanche dans une  exaltation du leader politique américain. Ce qui semble inédit puisque Lincoln se présente comme un Président autoritaire remettant en cause le principe même de la Démocratie. Alors que j’avais une réelle admiration pour le personnage avant de me plonger dans l’analyse de cette œuvre de Steven Spielberg, il me paraît maintenant plus cruel que jamais !

Maelys GOSSET

existence ou eXistenZ ?

Consigne : Mon film, entre amour et haine. 

eXistenZ est un film qui parle du jeu vidéo, c’est à dire d’un univers artificiellement reconstitué qui crée ainsi un monde parallèle dépendant du subconscient des joueurs. Autrement dit, eXistenZ est un jeu fait pour moi. J’ai toujours adoré les univers parallèles en passant mon temps à imaginer à quoi ils pourraient ressembler. Depuis toute petite, les univers virtuels ont été une source d’inspiration sans limite dans laquelle je me réfugiais la plus part du temps. Ce film est donc pour moi l’un des scénarios possibles d’un futur proche tel que je me l’imaginais. Ayant toujours eut ce goût particulier pour les jeux-vidéos, je me sens donc naturellement concernée par cette œuvre qui aborde des sujets sensibles actuellement avec l’avancée technologique, qui chaque jour permet de créer des jeux de plus en plus réalistes.

Depuis que je travaille sur ce projet j’ai pu constater que différentes lectures étaient possibles dans un film. Dans un premier temps, j’ai recueilli tous les thèmes évoqués par Cronenberg et me suis rendue compte que ces derniers tournaient essentiellement autour de l’hybridation. J’ai donc par la suite pris des rendez-vous pour rencontrer des chercheurs afin de faire un point avec eux et par ce fait compléter mon travail empirique. Ainsi j’ai pu me rendre compte que cette hybridation était directement liée à l’identité virtuelle. Mais pourquoi avoir choisi l’hybridation comme technologie pour parler de réalité ? Pour répondre à cette question je compte mettre ce film en parallèle avec l’une des productions de Ridley Scott –qui est très porté sur la technologie– afin de pouvoir comparer ces deux styles antagonistes.

Soline T.