Archives par mot-clé : Hollywood

Coupez ! C’est bon on la garde !

Consigne : « Clap de fin ! »

On en voit enfin le bout ! Le travail de plusieurs mois s’est presque concrétisé en une ribambelle de mots assortis plus ou moins bien entre eux. Il devient de plus en plus difficile de se relire de peur de vouloir réécrire un paragraphe tout entier. Heureusement pour l’orthographe, certains proches acceptent de me relire scrutant chaque petite faute n’étant pas à sa place qui pourrait me faire perdre des points précieux. Le choix du film « Thelma et Louise » a été beaucoup plus judicieux que celui de l’année dernière « Alien » : il ne faut jamais choisir un film auquel on est trop attaché car il est impossible de rester neutre devant l’analyse. Mon choix s’est porté sur l’histoire de ces deux femmes car il m’a semblé intéressant que ce soit un homme qui analyse un film féministe, afin de mieux comprendre pourquoi les femmes peuvent se sentir rabaissées face à la misogynie des hommes.

Maintenant il s’agit de se tourner vers l’épreuve de l’oral qui risque d’être difficile à préparer puisqu’il s’agit de présenter le déroulement de notre recherche, et non le résumé de notre mémoire, deux notions difficiles à différencier. Les recherches m’ont permis de voir que dans ce domaine, le film de Ridley Scott était un précurseur à l’époque de sa sortie car depuis, peu d’évolutions ont eu lieu dans la place qu’occupent les femmes à Hollywood. Mais avec la sortie de « Seul sur Mars » l’année dernière, Scott a de nouveau franchi un pas en donnant un rôle principal à Jessica Chastain en tant que capitaine de vaisseau. Ce fait est là pour montrer que même s’il est lent, le développement de la femme à Hollywood est toujours d’actualité.

Vincent DUQUENNOY

Red is the new black

red-scare-communist-witch-hunt-federal-employee-loyalty-program

Consigne : « Ma problématique : un casse-tête chinois ».

De toutes les étapes du mémoire (recherches, fiches de lecture, analyse de film, rédaction), la recherche et la formulation des hypothèses et de la problématique sont les parties pour lesquelles ma motivation s’intensifie. Mon sujet tourne autour du Maccarthysme et plus particulièrement de la chasse aux communistes à Hollywood. Comme il est d’usage, j’ai tout d’abord commencé par faire des recherches sur le contexte historique : les antécédents de « peur » de l’ennemi intérieur avec l’épisode des Sorcières de Salem, les tensions durant la Guerre Froide, la forte influence des syndicats politiques à Hollywood ainsi que les réalisateurs, scénaristes et films qui ont marqué cette époque (1947-1959).

La difficulté d’aborder cette période réside dans le peu de travaux de recherche analysant ce contexte d’un point de vue cinématographique, beaucoup se fondant sur une analyse historique, ainsi que sur le risque de se perdre dans un sujet très large. J’ai donc essayé par la suite de centrer mes recherches sur le côté artistique : quels effets la chasse aux sorcières a-t-elle eu sur la production Hollywoodienne ? La restriction politique a-t-elle lancé malgré tout un mouvement de création libératrice ? Il me faudra à présent essayer de trouver des réponses à ces questions tout en gardant en tête mon fil rouge, le film Rio Bravo et son réalisateur (républicain et anti-communiste) Howard Hawks .

Marion Souquet

 

Intuitions féminines

Je me suis dirigée vers cette comédie Hollywoodienne en quête d’un support de recherche vivant, léger et dynamique. Et aussi parce que je suis un tout petit peu féministe. Le film intitulé Madame porte la culotte ne m’a pas déçu. Cukor représente la femme à travers ses différents combats sans omettre ni charmes ni défauts, ce qui rend les personnages féminins tout à fait irrésistibles. Ils jouent, ils « sur-jouent », masquant ainsi leurs mentalités troublées et d’inévitables faiblesses qui résonnent en chacune d’entre nous. Cette justesse dans la représentation suscite en moi une profonde sympathie.

Mais me laisser emporter par le rire alors que le sujet me touche, me semble être un paradoxe. Plutôt que de me pencher sur le fond social abordé dans le film, je décide donc de creuser autour des éléments du cinema de Cukor qui me permettent de prendre du recul par rapport à l’univers diégétique. Le cinéaste semble mettre ici en oeuvre une notion vaguement familière : la distanciation. Une visite à l’ami Brecht s’impose ! Dans le fond, il se dégage de ce film un fort parfum de planches, de rideaux et fauteuils en velours rouge. Que se passe-t-il lorsque que l’on visionne Madame porte la culotte sous le prisme de la théâtralité ? Peut-être parviendrais-je à décoder l’union de ces deux arts, un mariage dans lequel Madame aimerait porter le costard.

Lucile Moyano

(cc)Lucile Moyano(05/10/2014)
(cc)Lucile Moyano(05/10/2014)