Archives par mot-clé : flou

Fin indistincte…

(cc) Camille Nivat (14/02/2016)
(cc) Camille Nivat (14/02/2016)

Consigne : « Clap de fin »

La fin ? Je ne la visualise pas encore très bien… Il est certain que la phase de recherche est bel et bien terminée. Que la rédaction pure de chacun de mes arguments est derrière moi. Pourtant, il me semble avoir encore une montagne de corrections à effectuer. En effet, il faut encore relire – une, deux, trois fois…, reprendre certains points trop vagues ou mal exposés ; en somme retravailler l’ensemble de mon texte. Il est vrai que je vois le bout du tunnel concernant le fond de mon mémoire. En revanche, en ce qui concerne la forme… Il y a encore beaucoup à faire. Vérifier le système « auteur-date » au sein de mon développement, ajouter le timecode de chacune des captures d’écran, et surtout reprendre la bibliographie en se rattachant à la fiche de référencement. Mais ça ne s’arrête pas là. Il me faut insérer mes annexes, après les avoir choisies avec soin. Et il y a toujours ce résumé de mille signes – en français et anglais – qu’il faut que je termine.

Pour avoir une idée claire de ce qui me restait à faire, et parvenir au mieux à réaliser chacune de ces tâches, j’ai fait une liste précise. A partir de celle-ci, j’ai confectionné un calendrier. A chaque jour correspond une ou plusieurs tâche(s). Le lundi, ce sera la bibliographie et les référencements infra-textuels. Mardi, je m’occuperai de retrouver les timecodes de mes images. Et ainsi de suite… Tout est organisé de façon à finir au plus vite le mémoire. Il ne faut pas oublier qu’une fois le point final appliqué, l’impression est encore à prévoir. Et qu’il ne faut pas minimiser le temps que peut prendre cette étape. Nous ne sommes pas à l’abri d’un problème de dernière minute, d’un imprévu…

Camille Nivat

Remue-méninges, remue-ménage

Consigne: C’est le bazar dans ma tête… (ou pas)

La définition d’une nouvelle problématique pour mon mémoire n’a pas été une tâche aisée. Après de nombreuses lectures, les choses ont commencé doucement à se mettre en place dans ma tête. En effet, les ouvrages de Freud, Spinoza, Foucault et bien d’autres m’ont confortée dans l’analyse de l’enfermement dans le film « Kadosh ». Ils m’ont aussi offert de nouvelles pistes afin d’élargir mon sujet. Il sera donc question dans cette analyse d’une confrontation entre enfermement et liberté. Cependant des doutes me viennent, ne suis-je pas en train de m’égarer ? La multitude de concepts que je mets en avant afin de répondre à cette problématique ne va t-elle pas finir par me nuire ?

Toutes ces pistes ont permis de faire émerger une problématique quasi définitive. Maintenant il va falloir organiser tout cela, faire naître un plan fixe.  Il est temps de prendre les pistes une à une,  de lister les différents éléments de réponses qu’elles apportent à ma problématique. Une fois ce listage fait, je sélectionnerai les plus pertinentes et éliminerai de façon définitive les autres. Ainsi je pense pouvoir me consacrer pleinement au développement des points principaux et commencer leur rédaction.

A. DI CIOCCIO

Je ne comprends rien, ça n’avance pas…

Consigne : C’est le bazar dans ma tête … (ou pas).

« Qu’est ce qu’on attend de moi ? » C’est la question que je me pose régulièrement. Si cela paraît clair pour les professeurs, je dois avouer que pour moi, l’objectif de ce mémoire reste encore flou.
Que lire ? Quoi ajouter ? Où creuser ? Vers quoi partir ? C’est tant de questions qui restent en interrogation dans ma tête. En effet, pour mon directeur de mémoire, l’objectif est précis mais semble loin de ce que l’on nous demande dans la formation ; beaucoup de psychanalyses (l’amour, l’imaginaire, la fascination) et de concepts lointains pour moi qui aime plutôt les choses concrètes.
C’est pourquoi trouver de nouvelles idées dans ce brouhaha cérébral est compliqué.

Heureusement, les rendez-vous avec mon directeur de mémoire permettent d’avancer petit à petit, même si l’objectif final est loin d’être clair. Ensemble nous définissons des objectifs à court-terme (pour la prochaine rencontre), ce qui permet d’avancer pas à pas.
Il m’a fallu définir les mots-clés des thèmes de mon film : amour, cinéma, fascination… pour découler sur des questionnements qui aboutiront à une problématique. De plus, ses conseils de lecture sur l’amour, l’imaginaire, le mélodrame au cinéma vont pouvoir enrichir ma future analyse.
Il s’agit donc maintenant de lire ces ouvrages et parallèlement prendre le temps de réfléchir, poser les questions et sortir une problématique qui pourrait englober tous ces concepts en rapport avec « La Rose pourpre du Caire ».

Laëtitia

 

Esprit embué

hunger f3

En écrivant la dernière ligne de mon Travail Préparatoire à la Recherche l’année dernière, j’étais sure de moi : tous les points concernant ma problématique étaient traités. Mon plan était fixe, organisé de manière cohérente et répondait à la problématique. Cependant, au moment de me replonger pleinement sur mon travail dans le but d’écrire mon mémoire final, tout s’est embrouillé. Comment pourrais-je compléter mon analyse ? De quelle manière m’y prendre ? Devrais-je changer ma problématique et repartir à zéro ? Ou devrais-je ponctuer celle-ci de mes dernières recherches en organisant un tout nouveau plan ? Tant de questions qui m’ont plongé dans le flou, embuant et enfumant mon esprit de manière à me perdre dans une mare d’informations.

Avant de céder à la panique, j’ai tenté d’appréhender cette nouvelle étape de façon calme et raisonnée. Après une longue discussion avec mon directeur de mémoire, j’ai compris qu’il était possible d’apporter à mon TPR les informations nécessaires afin de le transformer en mémoire. Il suffisait alors de structurer ce dernier et de venir glisser les éléments nouveaux de manière à le rendre complet et intelligible. En commençant les recherches premières, le dessin d’un nouveau plan a commencé à se dessiner dans ma tête. Il permettait alors, selon moi, de mêler les éléments déjà présents dans ma rédaction aux nouveaux aspects qui finalement correspondent également à la ligne directrice de ma problématique. Maintenant, reste à creuser et rédiger…

E.Donès