Archives par mot-clé : fin

Clap de fin V1 … Clap de fin V2 … Clap de fin V3 …

(cc)
(cc) Google images – réécriture

Consigne : « Clap de fin »

Plusieurs fois on croit écrire la dernière lettre, le dernier point, mais là commence en réalité le travail de réécriture.

Après le travail des idées, le travail des mots commence. Et si je mets ce verbe-ci est-ce mieux ? Si je reformule cette amorce est-ce plus fluide ? Mon paragraphe sur la philosophie du temps est-il réellement compréhensible par quelqu’un qui ne connaît pas le sujet ? Toutes ces questions qui mettent en doute les mots que les idées ont fait s’aligner pendant les durs après-midis de labeur. Le risque est de venir à douter de tout et finalement de dénaturer l’idée même que l’on s’efforce de bonifier.

La réécriture est un travail fastidieux, les mots finissent par se confondre les uns et les autres. On connaît chaque virgule, chaque guillemet. On termine une première version de réécriture pour voir réapparaître certaines fautes et interrogations. On se lance alors dans une deuxième version. Les détails deviennent trop fins, on bloque sur une périphrase, on ne voit vraiment pas comment écrire cet argument autrement. Seulement la réécriture n’est pas que matérielle, elle est aussi orale. Trouver le moyen d’expliciter sa démarche et son mémoire en dix minutes : la synthèse est à l’honneur. Cependant, en attendant cette ultime échéance, essayons déjà de faire une troisième version.

Julie T.

En fin de conte

Fin de tournage Peau d'Âne (Deneuve, Marais et Demy)
Fin de tournage Peau d’Âne (Deneuve, Marais et Demy)

Consigne : « Clap de fin »

Nous sommes le 15 février et c’est bientôt le clap de fin. L’écriture du mémoire s’achève, il faut bien tout relire pour voir toute la cohérence du travail. Ainsi j’écris mon introduction et ma conclusion en adéquation avec mon corps de texte. Je garde en tête ma question principale afin de ne pas me perdre dans les idées qui me viennent à l’esprit. Je relis mes hypothèses tout en vérifiant mes arguments. Je choisis des photographies adaptées à ces derniers. Entre Jean Cocteau, Gustave Doré, les photos du tournage de Peau d’Âne et la filmographie de Jacques Demy, mon cœur vacille. Le clap final est bien proche et cela se ressent dans le regard que je porte sur mon travail. C’est un regard nouveau, qui prend du recul afin de retenir l’essence même de mon questionnement.

Pour cela je me dois d’être rigoureuse. Je prends en note les moindres détails qu’il faut que je change, que ce soit des fautes d’orthographe, aux titres, à la syntaxe ou encore aux guillemets. Chaque détail me semble important. Maintenant il est plus question de forme que de fonds. Ceci arrive en deuxième place du travail, mais il est tout autant important que la rédaction. C’est comme pour l’étude d’un film, l’histoire sans l’esthétique et le cadrage n’a plus le même sens. Il faut parvenir à mettre en relation les deux pour aboutir au mémoire. Ce clap de fin est presque celui du Master et de ces années de faculté. Il restera la soutenance qui marquera la fin du travail de recherche sur Peau d’Âne et de ma scolarité. Un clap final difficile mais nécessaire pour commencer une nouvelle histoire!

Manon Sultana

Le dernier celluloïd

celluloids-du-roi-et-loiseau-de-paul-grimault-don-du-bfi
Cc Jeanne Vidal-Giraud (15/02/16)

Consigne : « Clap de fin »

Difficile de mettre un point final à un travail qui aura pris deux ans. Deux années entre périodes creuses, caractérisées par l’angoisse de la page blanche, la redondance, le manque d’inspiration, et périodes pleines, marquées par une effusion d’idées, un trop-plein d’informations. Des idées, de nouvelles pistes qu’il m’a fallu explorer, pour parfois revenir sur mes pas, me tromper et recommencer. Même quand la peur et le doute s’immiscent, il faut tenter de trouver le bon chemin. L’aboutissement d’une problématique menant à un enchaînement logique, organisé en plusieurs parties. Et surtout, lire encore et toujours. Enregistrer les informations, les trier et les sélectionner de manière judicieuse et rigoureuse. Et enfin, la rédaction. Penser au lecteur, faire des phrases simples et efficaces, respecter la mise en forme, les alinéas et la présentation. Il s’agit de rendre sa pensée intelligible et agréable à lire.

Deux semaines avant le rendu, les modifications de dernières minutes sont en cours. Il est pourtant si difficile d’avoir un regard objectif sur ce travail de recherche, même achevé. Après avoir passé deux ans à travailler sur un film, et les derniers mois à peaufiner un texte, à le retourner dans tous les sens, à effacer, copier, coller, etc., comment juger son travail avec si peu de recul ? C’est le moment de confier cette tâche au jury, et d’attendre le verdict…

Jeanne Vidal-Giraud

Fin indistincte…

(cc) Camille Nivat (14/02/2016)
(cc) Camille Nivat (14/02/2016)

Consigne : « Clap de fin »

La fin ? Je ne la visualise pas encore très bien… Il est certain que la phase de recherche est bel et bien terminée. Que la rédaction pure de chacun de mes arguments est derrière moi. Pourtant, il me semble avoir encore une montagne de corrections à effectuer. En effet, il faut encore relire – une, deux, trois fois…, reprendre certains points trop vagues ou mal exposés ; en somme retravailler l’ensemble de mon texte. Il est vrai que je vois le bout du tunnel concernant le fond de mon mémoire. En revanche, en ce qui concerne la forme… Il y a encore beaucoup à faire. Vérifier le système « auteur-date » au sein de mon développement, ajouter le timecode de chacune des captures d’écran, et surtout reprendre la bibliographie en se rattachant à la fiche de référencement. Mais ça ne s’arrête pas là. Il me faut insérer mes annexes, après les avoir choisies avec soin. Et il y a toujours ce résumé de mille signes – en français et anglais – qu’il faut que je termine.

Pour avoir une idée claire de ce qui me restait à faire, et parvenir au mieux à réaliser chacune de ces tâches, j’ai fait une liste précise. A partir de celle-ci, j’ai confectionné un calendrier. A chaque jour correspond une ou plusieurs tâche(s). Le lundi, ce sera la bibliographie et les référencements infra-textuels. Mardi, je m’occuperai de retrouver les timecodes de mes images. Et ainsi de suite… Tout est organisé de façon à finir au plus vite le mémoire. Il ne faut pas oublier qu’une fois le point final appliqué, l’impression est encore à prévoir. Et qu’il ne faut pas minimiser le temps que peut prendre cette étape. Nous ne sommes pas à l’abri d’un problème de dernière minute, d’un imprévu…

Camille Nivat

Bonnie c’est fini !

Alix Grinsell cc ( 15/02/16)
Xila cc ( 15/02/16)

Consigne : « Clap de fin »

La réalisation d’un mémoire n’est pas une chose aisée mais néanmoins passionnante. J’ai ressenti, une fois le mémoire achevé, une grande frustration. En effet, j’ai eu l’impression que je pouvais encore apporter beaucoup d’autres connaissances à mon mémoire. Comme si mon travail pouvait être infini, ou du moins beaucoup plus gros que les 50 000 signes que nous imposait la consigne. J’ai dû pour cela revoir ma rédaction à plusieurs reprises de manière à réussir à synthétiser mon écrit. Cela n’est pas chose facile.

Je suis satisfaite de l’angle de vue que j’ai emprunté, mon mémoire reflète une nouvelle analyse du film Bonnie and Clyde. Ma démarche fut d’analyser à travers un axe de réflexion psychanalytique le comportement des protagonistes. Pour cela j’ai dû, dans un tout premier temps, comprendre le contexte dans lequel mon film s’insérait afin de saisir ensuite au mieux les raisons qui ont motivé le réalisateur à appliquer de tels comportements à ses héros.

Xila