Archives par mot-clé : féminisme

Coupez ! C’est bon on la garde !

Consigne : « Clap de fin ! »

On en voit enfin le bout ! Le travail de plusieurs mois s’est presque concrétisé en une ribambelle de mots assortis plus ou moins bien entre eux. Il devient de plus en plus difficile de se relire de peur de vouloir réécrire un paragraphe tout entier. Heureusement pour l’orthographe, certains proches acceptent de me relire scrutant chaque petite faute n’étant pas à sa place qui pourrait me faire perdre des points précieux. Le choix du film « Thelma et Louise » a été beaucoup plus judicieux que celui de l’année dernière « Alien » : il ne faut jamais choisir un film auquel on est trop attaché car il est impossible de rester neutre devant l’analyse. Mon choix s’est porté sur l’histoire de ces deux femmes car il m’a semblé intéressant que ce soit un homme qui analyse un film féministe, afin de mieux comprendre pourquoi les femmes peuvent se sentir rabaissées face à la misogynie des hommes.

Maintenant il s’agit de se tourner vers l’épreuve de l’oral qui risque d’être difficile à préparer puisqu’il s’agit de présenter le déroulement de notre recherche, et non le résumé de notre mémoire, deux notions difficiles à différencier. Les recherches m’ont permis de voir que dans ce domaine, le film de Ridley Scott était un précurseur à l’époque de sa sortie car depuis, peu d’évolutions ont eu lieu dans la place qu’occupent les femmes à Hollywood. Mais avec la sortie de « Seul sur Mars » l’année dernière, Scott a de nouveau franchi un pas en donnant un rôle principal à Jessica Chastain en tant que capitaine de vaisseau. Ce fait est là pour montrer que même s’il est lent, le développement de la femme à Hollywood est toujours d’actualité.

Vincent DUQUENNOY

Tic Tac Tic Tac Tic Tac…

Consigne : « Mon mémoire, un montage narratif »

6 semaines. C’est le délai qui nous reste à l’heure de l’écriture de ce billet pour finaliser notre première ébauche de mémoire. Pour débuter l’analyse du film de Scott, je prends le film dans le sens inverse : commencer par la fin avec la voiture qui s’élance dans le canyonset remonter la chronologie afin d’essayer de comprendre comment Thelma et Louise en sont arrivées là. Car il s’agit de la première image qui nous vient à l’esprit lorsqu’on nous parle de ce long métrage. A l’époque de sa sortie, ce dernier avait divisé les spectateurs, plus particulièrement les femmes. En effet, certaines interprétaient le film comme une dénonciation des violences conjugales ou encore des inégalités homme-femme dans le monde du travail. Mais d’autres y voyaient ce vieux fantasme masculin de la femme guerrière et castratrice telle une Wonder Woman avec son lasso.

Et le plan qui a été élaboré tente de répondre à la problématique en trois questions simples : comment, pourquoi et par qui. Le « comment » se concentre sur le genre du film à savoir le road movie, qui est un paradigme du genre. Ensuite, le « pourquoi » se concentre sur le mouvement du féminisme à travers son histoire aux États-Unis et son évolution en reprenant la situation de 1991, pour la confronter à notre époque, et en déduire si l’histoire serait toujours la même. Enfin, la dernière partie concerne le réalisateur Ridley Scott, sa vision des femmes au cinéma, mais également sa position sur l’existentialisme. Maintenant que tout ceci a été mis en place il ne reste plus qu’à rédiger, tout en espérant de ne pas faire fausse route et basculer vers le côté obscur du hors-sujet …

Vincent Duquennoy

Que la Force soit avec toi pour ta problématique !

Consigne : « Ma problématique, un casse-tête chinois »

Un Rubik’s cube. C’est plutôt à cela que me fait penser la problématique de Thelma et Louise : assembler des mots-clés dans le bon ordre pour qu’à la première lecture, on puisse lire des phrases logiques, semblant évidentes, montrant ainsi qu’on maîtrise bien son sujet d’entrée. Pour le film de Ridley Scott, la liberté est bien évidemment l’un des termes principaux, mais nous devons également y retrouver « femme », « road-movie » et « américain ». A l’heure où ce billet est écrit, cette problématique commence à prendre forme, mais il reste précisément la question essentielle, à savoir trouver la phrase d’accroche sur la condition de la femme aux États-Unis à l’époque du film, tout en la raccrochant au thème de la liberté.

Mais l’idée serait de commencer par la fin, en se concentrant sur le plan où la Ford Thunderbird vole tel un oiseau dans les airs, pour remonter ensuite la chronologie du film et tenter d’expliquer comment les protagonistes en sont arrivées là. Il ne faut pas non plus oublier de situer le film : en effet, nous sommes en 2015, et l’action du film se déroule en 1991, ce qui suppose une référence au contexte socioculturel de l’époque. La difficulté réside donc dans le fait qu’il faut simplement poser les bonnes questions sur les raisons du choix de ces deux femmes pour qu’on puisse, pour en faire une véritable problématique, aller un peu au-delà de la notion de « qu’est-ce qui les anime ? » Alors on ne baisse pas les bras, et on s’y remet dans la joie et la bonne humeur !

Vincent Duquennoy

Intuitions féminines

Je me suis dirigée vers cette comédie Hollywoodienne en quête d’un support de recherche vivant, léger et dynamique. Et aussi parce que je suis un tout petit peu féministe. Le film intitulé Madame porte la culotte ne m’a pas déçu. Cukor représente la femme à travers ses différents combats sans omettre ni charmes ni défauts, ce qui rend les personnages féminins tout à fait irrésistibles. Ils jouent, ils « sur-jouent », masquant ainsi leurs mentalités troublées et d’inévitables faiblesses qui résonnent en chacune d’entre nous. Cette justesse dans la représentation suscite en moi une profonde sympathie.

Mais me laisser emporter par le rire alors que le sujet me touche, me semble être un paradoxe. Plutôt que de me pencher sur le fond social abordé dans le film, je décide donc de creuser autour des éléments du cinema de Cukor qui me permettent de prendre du recul par rapport à l’univers diégétique. Le cinéaste semble mettre ici en oeuvre une notion vaguement familière : la distanciation. Une visite à l’ami Brecht s’impose ! Dans le fond, il se dégage de ce film un fort parfum de planches, de rideaux et fauteuils en velours rouge. Que se passe-t-il lorsque que l’on visionne Madame porte la culotte sous le prisme de la théâtralité ? Peut-être parviendrais-je à décoder l’union de ces deux arts, un mariage dans lequel Madame aimerait porter le costard.

Lucile Moyano

(cc)Lucile Moyano(05/10/2014)
(cc)Lucile Moyano(05/10/2014)