Archives par mot-clé : équipe

Les mains dans le cambouis

(cc) Maelys Gosset 02/03/2016
(cc) Maelys Gosset 02/03/2016

Pendant ces deux années, j’ai suivi ce projet. Copains comme cochons, Larrons et Lardons, une idée griffonnée sur un bout de papier qui se concrétise par le tournage du teaser et la confrontation à la post-production. Un travail d’équipe qui nous amène à remonter nos manches, à apprendre par nous-même et, il faut le dire, à nous faire davantage confiance.

Chacune a trouvé sa place, a su apporter sa contribution et son inspiration. Entre notre imagination et la concrétisation, il y avait plus qu’un pas, un gouffre pour moi. Je ne suis ni une technicienne, ni une cinéaste mais je voulais comprendre, apprendre, surtout «faire». J’ai donc réalisé que lorsque je pensais ne pas avoir de solution, il fallait les inventer, bricoler, essayer mais surtout ne pas abandonner en passant n’avoir aucune légitimité. Tutoriels vidéo, forums de discussion, modes d’emploi, ont été d’une aide précieuse lorsqu’il a fallu apprivoiser les logiciels Photoshop et Première en un temps record. C’est aussi cela l’Atelier Projet, l’écriture, la réalisation et la post-production en peu de temps mais avec beaucoup de motivation!

Maelys Gosset

This is the end …

(cc) Julie T.
(cc) Julie T.

La dernière étape du teaser a été la post-production, celle-ci a été plus rock and roll que le tournage. L’équipe a été confronté à tout un tas de savoirs-faire techniques que nous n’avions pas forcément. Si l’ours a été rapidement monté, nous avons pris notre temps sur des détails comme le son, un peu d’étalonnage ou encore un joli travail d’effet à coup de photoshop et d’alter effect !

Nous avons appris par nous-mêmes, nous avons tâtonné et surtout accepté que nos connaissances en post-production n’étaient pas assez importantes pour faire quelque chose de trop ambitieux. Nous sommes restées dans la simplicité et cela a été payant ! Maintenant que le projet est terminé, chacune d’entre nous repart avec ce taser comme bon souvenir d’un travail de groupe qui fut joyeux. Je crois que c’est ça qui me restera le plus en mémoire : une simplicité et une cohésion qui ont fait que le projet s’est déroulé sans autres accords que la faisabilité de nos plans sous la pluie et de la synchronisation des titres. En sommes, une bien belle expérience !

Clap de fin.

(cc) Camille Nivat 10/03/2016
(cc) Camille Nivat 10/03/2016

Il est amusant de repenser à la genèse de ce teaser. En moins de trois heures, nous avions déjà défini les grandes lignes du projet, sélectionner les éléments primordiaux et nous nous étions mises d’accord sur un premier jet de scénario. De toute évidence, le groupe fonctionnait bien, très bien même. Et ça s’est confirmé dans le reste du processus de création! Pendant que certaines reprenaient certains détails du scénario, d’autres s’attaquaient à l’organisation du tournage. Et toute cette préparation nous a permis de faciliter la captation filmique. Le jour J, les plans se sont enchaînés et ce, malgré les nouvelles idées qui nous obligeaient à improviser. La journée de prise de vue s’est terminée étrangement tôt par rapport à nos prévisions préalables. Nous avons alors pris véritablement conscience de l’importance de l’organisation anticipée d’un tel tournage.

Lors de l’écriture, nous doutions quelque peu – voir fortement –  de notre capacité à matérialiser chacune de nos idées. Nous craignions tout particulièrement l’étape de captation ; nous avions peur d’être déçu lors de la visualisation de nos rushs. Et pourtant, il n’en a rien été. Certes, l’image n’était pas parfaite, la lumière laissait parfois à désirer ; nous avons même remarqué quelques faux-raccords au sein du décor. Mais rien d’insurmontable! Le montage nous permettrait de retoucher, voir faire disparaître les petites imperfections de nos plans. C’est cette dernière étape du processus de création qui s’est révélée être non seulement la plus longue mais aussi la plus difficile. Nous n’ignorions pas l’importance du montage, mais nous n’avions peut-être pas assez appréhendé l’exigence de cette étape. Le teaser final devait faire sens et présenter le plus clairement possible l’émission « Copains comme lardons ». C’est ce à quoi nous aspirions et c’est justement – je pense – ce à quoi nous sommes parvenues !

Camille Nivat

This is the end

L’aventure « Vents contraires » est terminée ! Grâce aux dernières séances nous avons pu enfin mettre en forme quelques plans tests de notre court métrage d’animation. Nous avons pu nous rendre compte que le stop motion est une technique de précision qui demande beaucoup de temps et de patience. C’est également un travail d’équipe exigeant une bonne communication entre tous les techniciens. Malgré les difficultés rencontrées, nous sommes ravies du résultat. Le rendu de ces plans tests sont très différents de ce que nous avions imaginé au départ cependant notre idée initiale a été respectée. Nous avons pu nous adapter à ce que nous étions capable de faire et aux envies de chacune. Cet atelier nous a appris à ne pas se laisser décourager face aux difficultés et aux lacunes.

Le projet n’est pas du tout terminé, il s’agit seulement d’une première approche. Cependant cet atelier projet fût une expérience très enrichissante et formatrice. Pendant ce travail d’équipe nous avons pu prendre conscience des difficultés à établir un projet en partant de 0. Cet exercice nous a permis de nous mettre en condition, nous avons fait face à des problèmes que nous pourrions rencontrer au cours de notre vie professionnelle. La principale difficulté que nous avons rencontrée est celle de la démotivation. D’ailleurs re-motiver l’équipe c’est le rôle du producteur, il se doit de tout faire pour mettre en œuvre le projet dans lequel il a investi beaucoup.

Prendre son envol

(cc) Adélaïde Michel (13/03/2016)
(cc) Adélaïde Michel (13/03/2016)

Notre projet de court-métrage d’animation Vents Contraires vient de s’achever avec la réalisation de plans tests. Malgré les compromis et les désaccords artistiques qui ont pu survenir au cours de cette aventure, nous avons pris beaucoup de plaisir, durant les derniers ateliers, à créer de toute pièce cet univers. Du dessin d’origine au découpage des éléments en papier, de la composition de nos plans à la prise de vue, jusqu’au montage, Vents Contraires a réuni une équipe déterminée à se lancer pour la première fois dans le challenge de l’animation. Je crois qu’aucune d’entre nous ne s’attendait à un tel résultat. Plus que de la satisfaction, c’est de la fierté que nous éprouvons à l’égard de ce projet que nous avons porté pendant deux ans.

Je me souviens de notre envie première, qui au-delà d’adapter l’histoire de Don Quichotte, était de raconter l’histoire de deux amis. Le regard que Victor et Gabriel portent au monde qui les entoure — résolument objectif pour l’un, totalement fantaisiste pour l’autre — était pour nous symbolique du passage à l’âge adulte. À quelques semaines de quitter les bancs de l’université et de nous lancer dans la vie professionnelle, nous laissons à leur tour Victor et Gabriel prendre leur envol.

Adélaïde Michel