Archives par mot-clé : : enfance

Vents contraires

persos
cc (Coline Portet)

Vents contraires, notre projet de film d’animation avec des bouts de papier carton prend forme petit à petit. Après avoir entreprit des recherches graphiques et esthétiques pendant plusieurs mois, place aux recherches techniques. Nos idées, nous les avons. Il s’agit donc juste de trouver une idée pour les montrer, pour les exprimer.

Une planche de bois, un bras magique, quelques ampoules qui fonctionnent et le tour et joué. Le banc titre présent à la fac nous a bien facilité la tâche. Nous avions envie de faire du stop motion mais la réalisation de cette technique nous paraissait bien long et fastidieux sans un matériel approprié. Grâce à cet outil nos éléments de décors peuvent bouger sans qu’on est besoin de tout désinstaller : nos lumière, notre cadre, rien ne bouge. Cela nous permet d’être efficace mais aussi de pouvoir faire ça par petit bout sans être obligé de tout photographier d’un coup. A l’aide de nos bouts de papiers et marqueurs foncés et de la superposition de tous ses éléments, notre animation prend forme. Chaque petits détails de décor est déplacé doucement et délicatement. Les déplacements sont infimes et à chaque mouvements, on immortalise le moment. Les contrastes et les collages donnent un effet de profondeur à notre image. Nous avions peur que le papier plat ne soit pas assez vivant à l’écran mais le premier test de la séquence en gros plan est concluant. Reste à voir avec quel logiciel nous allons pouvoir animer et assembler ses prises de vues et à trouver des idées pour animer nos personnages de plein pieds, qui dans les autres séquences, seront en constant mouvements.. Dessiner une multitude de silhouettes, découper les différents éléments du corps afin de les articuler, jouer sur le décor pour donner une impression de mouvement des personnages.. Voilà tant de questions que nous nous posons, bientôt résolues, lors de nos prochaines prises de vue.

Coline Portet.

Bon vent !

(cc) Coline Portet (13/03/2016)
(cc) Coline Portet (13/03/2016)

Le projet commun que nous avons dû réaliser cette année m’a permit d’expérimenter l’animation que je ne connaissais pas, ou peu. J’avais déjà réalisé des petits courts-métrages avec une amie ou encore avec des groupes d’enfants. Les décors, composés de formes et de structures en 3D, étaient facilement manipulables. Mais faire un film animé avec des bouts de papiers, en revanche, me semblait compliqué. J’avais dû mal à imaginer comment s’y prendre, comment positionner la caméra, où placer les lumières, comment déplacer les éléments..

Pour créer du mouvement et ainsi raconter notre histoire nous avons dû passer par plusieurs étapes, toutes aussi fastidieuses. Concevoir une identité à notre film a été compliqué puisqu’il a fallut que tout le monde soient d’accord et visualise la même chose. On a perdu beaucoup de temps à réfléchir à nos idées et à comment les réaliser plutôt que de se lancer dans le projet de façon concrète. La question de la couleur ou du noir et blanc, des formes, de la matière et le choix du 2D ou 3D nous on poursuivit un bon moment. Puis, nous avons commencés à faire des tests, ce qui m’a permit de découvrir l’utilité du banc titre ! Réaliser un film d’animation est un véritable travail d’équipe précis et minutieux. Pendant qu’une d’entre nous prend les photos, quelqu’un se charge du côté droit de la feuille pendant que quelqu’un d’autre se charge du côté gauche. Grâce à cette cohésion de groupe, nous avons pu réaliser un petit bout de notre film. Le résultat est plutôt agréable puisque je ne m’attendais pas du tout à avoir quelque chose d’aussi plaisant : à la fois beau et maladroit.

Coline Portet.

L’oiseau et moi

photo billet
(cc) Jeanne Vidal-Giraud (26/10/2015)

Consigne : « Mes personnages & moi »

Le roi et l’oiseau est un dessin animé qui m’accompagne depuis mes 4 ans. J’ai  passé des périodes plus ou moins longues sans le voir, mais ce film a toujours croisé ma route de façon régulière, jusqu’à devenir mon sujet de mémoire. Quand j’ai commencé à réfléchir aux personnages créés par Paul Grimault et Jacques Prévert et à ma relation avec eux, je me suis dit que ce qui caractérisait cette relation, c’est que ceux-ci m’accompagnaient depuis ma plus tendre enfance. Que je sois triste, heureuse, que je m’ennuie ou que je sois en colère, Le roi et l’oiseau étaient toujours là.

J’ai 6 ans. L’oiseau c’est mon grand frère, le roi c’est notre nounou tyrannique, les lions ce sont mes cousins. J’ai 12 ans. Le roi je l’ai retrouvé dans les professeurs que j’ai détesté, l’oiseau dans le cancre de la classe, la bergère et le ramoneur c’est les premiers amours de cours de récré. J’ai 16 ans. La bergère? Dois-je vraiment m’identifier à la bergère? C’est ça la vie? Choisir entre le roi et le ramoneur? Entre le méchant et le bon garçon? A l’époque c’était ça pour moi. Quand j’ai eu 18 ans et que j’ai obtenu le droit de vote, j’ai vu le roi partout, et l’oiseau aussi. J’ai compris ce qu’on appelle le « charisme », j’ai compris que les discours et les promesses pouvaient conquérir les foules. Maintenant que je les retrouve à 21 ans, je les trouve toujours aussi beaux. Et finalement, je ne sais toujours pas si je dois croire l’oiseau aveuglément, si l’automate va nous sauver, ou même si je dois choisir le roi ou le ramoneur. Une chose est sûre, il m’accompagneront encore longtemps, et je ne cesserai de les redécouvrir.

Jeanne Vidal-Giraud

It’s time for a cow-boy to dream

Consigne : « Mes personnages & moi »

Je distingue trois étapes dans ma manière d’appréhender les personnages du film Rio Bravo. Tout d’abord, c’est grâce à eux que j’ai choisi d’étudier ce film. L’ayant vu étant petite, je me rappelais particulièrement d‘une scène, celle où le shérif Chance et ses trois compères, Dude (l’alcoolique), Stumpy (le boiteux) et le jeune Colorado chantent ensemble dans la prison. Ces personnages font partie de mes souvenirs d’enfance et c’est de la tendresse que j’éprouve à leur égard, ils n’ont pas vieilli, moi oui, et après les avoir admirés étant plus jeune je vais pouvoir à présent les étudier.

Au cours de la rédaction du mémoire, cette admiration pour les personnages a peu à peu laissé place à un sentiment d’empathie. En les étudiant je me suis rendu compte qu’ils n’étaient pas que des héros de western ou des personnages comiques mais des hommes blessés, faibles et manquant de confiance en eux… Le mythe du cow-boy s’effondre (et c’est tant mieux). Lorsque je revois le film je ne peux m’empêcher de sourire lorsqu’ils partagent un moment ensemble, ce sont comme de vieux amis dont j’aurais pris soin pendant un an.

De tous les personnages du film, seul un m’a un peu déçue sans que jamais je n’ose le lui avouer. C’est le personnage principal, Chance. Peut-être parce que j’ai appris que l’acteur était engagé politiquement auprès des Républicains, ou peut-être parce qu’il est celui des personnages qui se livre le moins, le plus fier. Oui mais cet acteur c’est John Wayne, le héros des westerns, charismatique et imposant, et je ne peux pas lui en vouloir.

Marion Souquet

Puer aeternus

La vie en négatif de Germain est un scénario qui, comme son nom l’indique, se concentre sur une petite parcelle de la vie d’un homme. Cette parcelle reflète son état mental, ses pensées, ses tourments, passions et émotions. Ici, l’histoire s’intéresse donc au fond du personnage plus qu’à sa forme. Amené à tomber dans un coma profond, son inconscience va être à sa conscience  ce que le négatif d’une photographie est à son tirage. Mais le terme de « négatif » est aussi justifié par le fait que l’on traite un aspect plus sombre du personnage : son obsession et son refus de grandir. En effet, il va s’accrocher à des lubies de sa plus jeune enfance et rester ainsi cloisonné dans un monde utopique. Tout comme Travis dans Paris, Texas ou Peter Pan, Germain est un puer aeternus, un garçon éternel.

Toute forme d’art, qu’il s’agisse de peinture, de danse, de musique ou encore d’écriture devait être selon moi de l’ordre du spontané. L’art devait être perçu comme un médiateur de l’émotion, un chemin tracé entre la conscience et son opposé. C’est ainsi qu’avec La vie en négatif de Germain j’eu besoin d’écrire quelque chose plus qu’envi de véhiculer un message quelconque. Mais l’art change de facette lorsqu’il ne concerne plus qu’un seul individu. C’est donc lorsqu’il fallu expliquer le sens du scénario à mes collègues que je réalisai combien il était difficile d’exprimer une idée à la base inconsciente. Nous nous réunîmes alors autour d’une table pour réfléchir à un thème qui permettrait d’axer le scénario sur un seul rail : l’onirisme, le voyage, l’amour, le fantasme…  C’est là que nous choisîmes de parler du syndrome de Peter pan, un complexe intéressant à traiter pour des étudiants étant sur le point d’entrer dans la vie active.  Aujourd’hui, tout devient alors plus clair et accessible. Le scénario est doté d’une structure horizontale et nous pouvons l’ornementer de nos idées sans qu’elles ne s’éparpillent trop.

Tristan Leyri