Archives par mot-clé : écriture

Coupez ! C’est bon on la garde !

Consigne : « Clap de fin ! »

On en voit enfin le bout ! Le travail de plusieurs mois s’est presque concrétisé en une ribambelle de mots assortis plus ou moins bien entre eux. Il devient de plus en plus difficile de se relire de peur de vouloir réécrire un paragraphe tout entier. Heureusement pour l’orthographe, certains proches acceptent de me relire scrutant chaque petite faute n’étant pas à sa place qui pourrait me faire perdre des points précieux. Le choix du film « Thelma et Louise » a été beaucoup plus judicieux que celui de l’année dernière « Alien » : il ne faut jamais choisir un film auquel on est trop attaché car il est impossible de rester neutre devant l’analyse. Mon choix s’est porté sur l’histoire de ces deux femmes car il m’a semblé intéressant que ce soit un homme qui analyse un film féministe, afin de mieux comprendre pourquoi les femmes peuvent se sentir rabaissées face à la misogynie des hommes.

Maintenant il s’agit de se tourner vers l’épreuve de l’oral qui risque d’être difficile à préparer puisqu’il s’agit de présenter le déroulement de notre recherche, et non le résumé de notre mémoire, deux notions difficiles à différencier. Les recherches m’ont permis de voir que dans ce domaine, le film de Ridley Scott était un précurseur à l’époque de sa sortie car depuis, peu d’évolutions ont eu lieu dans la place qu’occupent les femmes à Hollywood. Mais avec la sortie de « Seul sur Mars » l’année dernière, Scott a de nouveau franchi un pas en donnant un rôle principal à Jessica Chastain en tant que capitaine de vaisseau. Ce fait est là pour montrer que même s’il est lent, le développement de la femme à Hollywood est toujours d’actualité.

Vincent DUQUENNOY

Un conte au cinéma, une narration singulière

queer jacques demy

Consigne : « Mon mémoire, un montage narratif »

Le montage narratif au cinéma correspond à l’assemblage de plans destiné à rendre la narration compréhensible pour le spectateur. Il est souhaitable que l’on comprenne l’histoire de manière chronologique et linéaire. Concernant l’écriture de mon mémoire, je dois m’efforcer de considérer toutes les facettes du film qui correspondent à ma question principale, à mon sujet. Puis je vais développer mes hypothèses, mes interrogations et mes arguments. Ceci en allant du plus évident à l’idée la plus étonnante. Mon but étant toujours d’étayer ma question principale. Cet exercice me demande de me focaliser sur le sujet que je souhaite aborder et sur les idées que je veux démontrer, grâce à d’autres auteurs ou films qui appuient mes arguments. Il n’est pas aisé de rester sur son chemin de réflexion, mais il est plus facile de se perdre dans la multitude de sujets dont on a envie de traiter. C’est pourquoi je trouve important de bien garder son axe premier afin d’être plus efficace.

Avant de penser au plan j’ai tout d’abord fait des recherches sur Peau d’Âne. J’ai découvert un livre traitant du queer/camp chez Jacques Demy. C’est après cette lecture fort étonnante que j’ai décidé d’étudier ce sujet. Mais je ne voulais pas parler seulement de cela. Voici ma problématique provisoire, qui montre ma volonté d’élargir le sujet : « En quoi Peau d’Âne de Jacques Demy montre-t-il une vision novatrice du conte ? » Je ne suis pas encore convaincue par cette formulation. Mais mon idée reste de montrer en quoi ce réalisateur nous fait revisiter un conte classique tout en nous conviant à entrer dans son univers, à comprendre sa liberté et ses inspirations. De cette idée est venue mon plan tout aussi provisoire. Ce dernier se divise en trois parties. La première montre l’adaptation du conte de Perrault par Demy. La seconde montre le désir par l’inceste, mais aussi par Electre, Oedipe. Enfin la troisième partie montre l’univers queer, voire camp que nous propose le réalisateur dans son adaptation. Pour introduire mon mémoire je pense parler du film Marguerite et Julien de Donzelli qui sort en décembre 2015 et qui fait de nombreuses références à Peau d’Âne. Ceci montre que Jacques Demy laisse une trace esthétique et narrative importante encore aujourd’hui. Et pour conclure je parlerai du dernier film de Jacques Demy : Trois places pour le 26. Ce dernier traite ouvertement de l’inceste et montre que cette thématique est importante dans la filmographie du réalisateur. Il me faut continuer à écrire pour que mes idées, mon argumentation et mon montage narratif prennent forme.

Manon Sultana

 

Assemblage

10151092_10208163086657186_779865776_n
(cc) Camille Coquereau (20/12/2015)

Consigne : « Mon mémoire, un montage narratif. »

La rédaction du mémoire, c’est cet instant où toutes les idées éparpillées doivent se rejoindre. Réussir à les faire se relier entre elles, de façon linéaire et fluide, n’est pas chose facile. Le plan est là, comprenant ses grands titres et ses sous-parties. A l’intérieur de chacune d’elles, les analyses, idées, exemples à développer sont présents sous formes de tirets. Il faut prendre chacune de ces parties, les développer et les soigner puis réussir la transition avec la suivante. L’introduction et la conclusion entourent le propos, deux parties qui renvoient l’une à l’autre en miroir. La première pose les questions, la seconde est censée y répondre. Pour le développement, je cherche les mots justes, mais simples, pour passer d’une idée à l’autre et rendre mon propos aussi fluide que je voudrais qu’il soit.

Pour la rédaction de ce mémoire, je suis l’ordre du développement. Une fois le plan détaillé terminé, avec toutes les références, exemples, analyses et idées inclus dans chaque partie, je commence l’écriture. Tout d’abord la première partie. Puis la seconde, puis la troisième. L’introduction et la conclusion viendront à la fin, lorsque tout mon développement sera réellement posé. J’écris tout, comme les phrases me viennent. Une fois cela fait, la partie plus précise et périlleuse commence et je repars du début pour peaufiner, modifier certaines phrases, ajouter des références ou accentuer l’analyse. Ce travail de collage entre partie donne naissance à mon mémoire, supposé linéaire.

Camille Coquereau

Enlevez votre peau d’âne mon enfant, vous y verrez plus clair!

(c) Manon Sultana

 

Consigne : « Ma problématique : un casse-tête chinois »

 
Une problématique découle souvent de multiples lectures qui guident les diverses compréhensions que l’on peut avoir du film. Mais avant cela, il faut déjà trouver un axe de lecture. Pour ma part je me suis dirigée vers la psychanalyse. C’est pour cela que je suis allée vers Bruno Bettelheim et sa Psychanalyse des contes de fées ou encore Cinq leçons sur la psychanalyse de Sigmund Freud. Le livre de Pierre Péju, La petite fille dans la forêt des contes, m’a montré une vision poétique du conte. Mais le livre qui a le plus intriguée ma conception du film reste Enchantements désenchantés. Les contes queer de Jacques Demy. Ce dernier a changé ma première vision psychanalytique du film avec  le mythe d’Électre ou encore l’inceste. Ce livre est novateur dans l’interprétation des films de Jacques Demy car il en découvre le côté queer, voir camp. Ces mots me sont d’ailleurs  encore difficiles à définir.

 C’est en cela que commence le casse-tête chinois de la construction de ma problématique. Il me faut mettre en adéquation la psychanalyse, le genre du conte et la vision novatrice du monde queer. Ma problématique actuelle est : « En quoi Peau d’Âne de Jacques Demy met en scène une vision novatrice du conte ? » Je ne la trouve pas encore assez pertinente mais l’idée est là. J’aimerais montrer tout ce que Jacques Demy a pu apporter au conte d’un point de vue littéraire, psychanalytique et queer. Ce qui me pose le plus problème reste cette thématique queer car je n’ai lu qu’un seul livre à ce sujet. Il faut que je le définisse par une lecture plus riche et que je voie sa pertinence avec le film.

Manon Sultana

Parcours d’un scénario

Depuis le dernier billet, nous avons réalisé le dossier artistique de Parcours. Nous avons ensuite soumis à la lecture, ce dossier artistique à un notre groupe pour qu’il nous en fasse la critique. Leurs retours ont été très constructifs. Globalement, le dossier était bien construit mais il fallait revoir un peu le scénario. En effet, ces lecteurs regrettaient un peu de ne pas assez rentrer dans le conflit des deux sœurs. Nous étions restés à un niveau trop superficiel alors que ce conflit est pourtant l’élément central de cette histoire. De plus, ces lecteurs n’ont pas compris ce que les sœurs savaient du père biologique d’Emilie et remettaient également en cause la pertinence du grand-père dans l’histoire.

Au vu de toutes ses remarques, il était clair pour nous que le scénario devait être retravaillé en profondeur. Nous travaillons donc actuellement sur une nouvelle version de ce scénario. Tout est repris, chaque scène, chaque personnage et chaque élément est remis en question pour savoir s’ils sont pertinents quant à l’avancée de l’histoire. Par exemple, le personnage du grand-père est amené à disparaitre, ce qui engendre des conséquences sur le scénario puisqu’il annonce à Emilie que son père n’était pas son père biologique. Il faut alors trouver une autre façon d’amener cet événement dans le scénario. Tout est chamboulé mais pas de tournage sans un scénario abouti. C’est pour cette raison que nous n’hésitons pas à travailler et retravailler sur ce dernier pour aboutir à une version complète afin de pouvoir envisager le tournage… fin 2015 ?

Laëtitia