Archives par mot-clé : dossier

Vertige

152806899

Ce qui était une jolie histoire portée sur le rêve et l’imaginaire se transforme aujourd’hui en un puzzle à mille pièces. Les paisibles interrogation métaphysiques sur le pourquoi de l’enfance s’effacent devant les chiffres et les cases d’un budget. Au secours, ais-je envie de gémir, il y en a partout ! Comment être sur d’être prêts le jour J – celui du tournage ? Une échéance qui approche… Vite. Gourmands et ambitieux, nous nous sommes mis d’accord pour réaliser les premières scènes en Janvier ! D’ici là, pour récolter les quelques centaines d’euros nécessaires à ne pas se trouer les poches, il va falloir se servir de notre dossier tout neuf pour frapper à quelques portes. Nous avons de la chance d’être jeunes, paraît-il ! La région est pleine de bourses destinées à des projets comme le nôtre et il serait dommage de ne pas s’en montrer à la hauteur. Mais présenter ce premier dossier artistique et financier sera comme un saut dans le vide… Je ressens une légère sensation de vertige.

Si ces demandes d’aides doivent être finalisées au plus vite il ne faut pas hésiter à en demander, justement, de l’aide, pour la marche à suivre. A notre stade, l’ambition ne doit pas dépasser l’humilité. Un dossier rédigé à tâtons, des mots jetés en vrac, encore quatre acteurs à trouver… Un « petit film » peut-vite ressembler à une montagne quand on met bout la recherche de décor, celle des acteurs, des accessoires, des costumes et autres éléments clés sans quoi le projet n’aurait pas le visage escompté. Et quand on s’auto-proclame co-productrice/assistante de réalisation/costumière il ne faut pas se préparer à chaumer ! Avons-nous vu trop gros ? Trop grand, trop vite ? Paraît-il que nous ne devrions avoir peur de rien. C’est un peu le challenge, un peu notre fierté aussi, de partir avec le minimum et tourner en équipe réduite en se chargeant d’à peu près tout nous-mêmes. Cela demande aussi deux fois plus de travail, de rigueur et de concentration.

Lucile Moyano

Un chemin encore long entre projet et réalisation

Après avoir rassemblé nos différentes idées, nous avons compris que notre documentaire serait orienté sur le lien de transmission de l’art entre Anouk et ses élèves. Collaborer avec une classe multilingue et surtout multiculturelle est une grande opportunité. En effet la technique éducative des professeurs diffère de l’enseignement classique que nous connaissons en France. Un autre aspect important, est que ces d’adolescents sont dans une section spécialité Arts.  En plus de filmer un enseignement international, nous tenterons de montrer comment ce brassage des cultures se ressent au travers de la création artistique. La sensibilité et la créativité de chacun est – elle décuplée par l’ouverture à l’autre ?

Afin de pouvoir concrétiser ce projet, nous nous concentrons actuellement sur la rédaction du dossier artistique.  Après quelques cours de prise de vue, nous voyons plus concrètement comment nous désirons traiter esthétiquement ce documentaire. En manipulant et en faisant des essais afin de se familiariser avec le matériel technique, la mise en scène du film commence à murir. Cependant nous arrivons à un moment où le développement du projet stagne. Nous n’avons toujours pas pu rencontrer le directeur pour exposer nos idées, et ainsi pouvoir rencontrer la classe d’Anouk. Malgré plusieurs lettres et contacts avec le secrétariat nos demandes restent sans réponses. Ne pas avoir fait la connaissance des élèves représente un véritable frein. Il devient compliqué de terminer notre dossier artistique notamment en ce qui concerne le traitement.

A. DI CIOCCIO

Dossier infusé

Je pense réellement que le projet Sciences Infuses a de l’avenir. Depuis le début je trouvais que l’idée de Fanny Galou était ambitieuse et plus nous développons ce concept, plus j’entrevois les solutions qui s’offrent à nous. Au delà de la motivation de chacune d’entre nous et de la bonne ambiance qui règne dans le groupe, l’objectif de cette émission est innovant et nous garantira par son originalité des opportunités de marché qui sont largement sous-exploités pour le moment. Ainsi, ce projet d’avenir a toutes ses chances de percer si nous nous donnons la peine de persévérer dans cette voix.

Depuis le dernier billet nous avons confortées les bases en travaillant sur le concept que nous avons développé et amélioré. En nous inspirant d’émissions déjà parues (« Le joueur du grenier », « C’est pas Sorcier »…) nous avons trouvé notre propre identité avec un plan pour l’émission s’articulant autour d’une démonstration liée à la technologie présentée, le générique, les explications scientifiques simplifiées appuyées -ou non- d’archives avant de terminer sur des perspectives farfelues pour conserver un côté léger. Enfin, nous sommes toujours lancées dans cette folle aventure qu’est Sciences Infuses et sommes en train de monter un dossier afin de donner un aspect professionnel et concret à nos idées.

Soline TESTARD

L’accouchement

Nous arrivons presque à terme. Même s’il reste un peu de travail sur le scénario, cette tache reste facilement réalisable avec le peu de moyens que nous avons. Quelques idées, une entente globale, un ordinateur et un logiciel de traitement de texte suffisent. Mais maintenant, ça commence à devenir sérieux. Nous nous confrontons au monde extérieur, aux problèmes qu’un producteur et un réalisateur peuvent être amenés à rencontrer. Il faut mettre les bouchées double, faire vivre le film en dehors de notre petite sphère et demander de l’aide où nous en avons besoin.

Ce qui est élémentaire pour passer ce cap, c’est d’avoir un dossier qui tienne la route. Ainsi, nous pourrons justifier notre projet et faire appel aux différentes institutions : celles qui pourraient nous garantir un lieu de tournage (laboratoire photo, chambre d’hôpital ou encore école dans notre cas)  et celles qui pourraient nous fournir un apport numéraire. Mais ce dossier permettra aussi de trouver des comédiens, un aspect que j’avais négligé jusque-là et qui ne me semblait pas si problématique. Ils tomberaient du ciel et je n’aurai qu’à choisir mes favoris. Mais non, nous avons déposé des affiches de casting et la liste n’est toujours pas pleine. Sans compter ceux qui me disent « peut-être, on verra … ». Un dossier artistique serait un gage de motivation et de sérieux de notre part, grâce auquel nous serons plus facilement accompagnés. Le tournage est prévu en janvier. Nous n’avons plus le temps discutailler sur les détails de l’histoire. Nous devons organiser concrètement ce sans quoi le personnage de Germain ne prendra jamais vie. Donner naissance à un être n’a jamais été chose aisée.

Tristan Leyri