Archives par mot-clé : difficultés

This is the end

L’aventure « Vents contraires » est terminée ! Grâce aux dernières séances nous avons pu enfin mettre en forme quelques plans tests de notre court métrage d’animation. Nous avons pu nous rendre compte que le stop motion est une technique de précision qui demande beaucoup de temps et de patience. C’est également un travail d’équipe exigeant une bonne communication entre tous les techniciens. Malgré les difficultés rencontrées, nous sommes ravies du résultat. Le rendu de ces plans tests sont très différents de ce que nous avions imaginé au départ cependant notre idée initiale a été respectée. Nous avons pu nous adapter à ce que nous étions capable de faire et aux envies de chacune. Cet atelier nous a appris à ne pas se laisser décourager face aux difficultés et aux lacunes.

Le projet n’est pas du tout terminé, il s’agit seulement d’une première approche. Cependant cet atelier projet fût une expérience très enrichissante et formatrice. Pendant ce travail d’équipe nous avons pu prendre conscience des difficultés à établir un projet en partant de 0. Cet exercice nous a permis de nous mettre en condition, nous avons fait face à des problèmes que nous pourrions rencontrer au cours de notre vie professionnelle. La principale difficulté que nous avons rencontrée est celle de la démotivation. D’ailleurs re-motiver l’équipe c’est le rôle du producteur, il se doit de tout faire pour mettre en œuvre le projet dans lequel il a investi beaucoup.

Le temps passe…

Lors de la dernière séance de l’atelier projet, nous avons pu découvrir le matériel que nous allons utiliser pour réaliser le teaser de notre film d’animation « Vent Contraire ». La tâche s’annonce plutôt difficile car le temps passe et nous n’avons toujours pas encore nos décors. La baisse de motivation au sein de l’équipe se fait sentir et ces derniers temps nous n’avons pas pris le temps de reparler du projet ensemble. Il faut dire que nous avions un peu sous estimé le travail de préparation. De plus nous avons changé de nombreuses fois les matériaux et couleurs que nous souhaitions utiliser et également la manière dont nous allons tourner. Aucune d’entre nous ne possède véritablement de talents de dessinatrice et de créatrice, il est donc difficile pour nous de mettre en forme l’univers que nous imaginons depuis un peu plus d’un an.

Pour la prochaine séance de l’atelier projet, nous allons retrousser nos manches et essayer tant bien que mal de réaliser des éléments du décor. Ensuite nous allons faire une mise en situation en effectuant quelques tests avec l’appareil photo. Cet exercice nous permettra de réellement visualiser plus précisément le projet dans son ensemble et de se rendre compte des difficultés que nous pouvons rencontrer. Après cette séance il n’y aura, je l’espère, plus de doute sur la façon de procéder. En espérant que cette prochaine séance nous permettre de retrouver la motivation perdue et que nous puissions avancer dans ce projet et à le mettre en place.

Un chemin encore long entre projet et réalisation

Après avoir rassemblé nos différentes idées, nous avons compris que notre documentaire serait orienté sur le lien de transmission de l’art entre Anouk et ses élèves. Collaborer avec une classe multilingue et surtout multiculturelle est une grande opportunité. En effet la technique éducative des professeurs diffère de l’enseignement classique que nous connaissons en France. Un autre aspect important, est que ces d’adolescents sont dans une section spécialité Arts.  En plus de filmer un enseignement international, nous tenterons de montrer comment ce brassage des cultures se ressent au travers de la création artistique. La sensibilité et la créativité de chacun est – elle décuplée par l’ouverture à l’autre ?

Afin de pouvoir concrétiser ce projet, nous nous concentrons actuellement sur la rédaction du dossier artistique.  Après quelques cours de prise de vue, nous voyons plus concrètement comment nous désirons traiter esthétiquement ce documentaire. En manipulant et en faisant des essais afin de se familiariser avec le matériel technique, la mise en scène du film commence à murir. Cependant nous arrivons à un moment où le développement du projet stagne. Nous n’avons toujours pas pu rencontrer le directeur pour exposer nos idées, et ainsi pouvoir rencontrer la classe d’Anouk. Malgré plusieurs lettres et contacts avec le secrétariat nos demandes restent sans réponses. Ne pas avoir fait la connaissance des élèves représente un véritable frein. Il devient compliqué de terminer notre dossier artistique notamment en ce qui concerne le traitement.

A. DI CIOCCIO

Une étape de plus

Image issue du film "Les Amours Imaginaires", inspiration esthétique pour Parcours et représentatif de notre état d'esprit pendant la rédaction du dossier artistique
Image issue du film « Les Amours Imaginaires », inspiration esthétique pour Parcours et représentatif de notre état d’esprit pendant la rédaction du dossier artistique

Écrire un scénario, ce n’est déjà pas simple : beaucoup d’idées s’entremêlent, on a des choses à dire, on veut toutes les inclure sans condition, on veut voir accoucher ses pensées sur le papier. Mais vient ensuite le moment de la confrontation avec l’autre, les autres : « Pourquoi as-tu écrit ça ? Qu’as-tu voulu dire ? Comment ton personnage peut-il dire ça ? ». Ai-je vraiment besoin de me justifier pour ce que j’écris ? Vite chassé de ma tête,  ce questionnement dont la réponse était évidente – oui – a été remplacé par l’angoisse de devoir mettre sur papier des mots qui, cette fois, ne doivent plus s’entremêler, mais être mis dans un ordre précis et concret pour pouvoir convaincre des partenaires financiers de s’allier à notre projet.

 C’est là que s’est mis en place le travail du dossier artistique. La note d’intention, la note de réalisation, la note de production : autant de termes barbares qui murmurent « maintenant, il va falloir expliquer ces nombreux choix que tu as faits ». J’essaie de mettre des mots sur mes pensées, tout s’embrouille. J’écris malgré tout trois, quatre paragraphes un peu brouillons que je fais lire à mes collègues de travail. Ils me donnent leur avis et des conseils précieux. Tout repart, nous nous répartissons le travail et aboutissons enfin à quelque chose de concret : un dossier artistique que nous pouvons présenter aux autres groupes de travail qui pourront à leur tour nous aider à avancer.

Tiphaine Robion