Archives par mot-clé : Développement de projet

Vents contraires

persos
cc (Coline Portet)

Vents contraires, notre projet de film d’animation avec des bouts de papier carton prend forme petit à petit. Après avoir entreprit des recherches graphiques et esthétiques pendant plusieurs mois, place aux recherches techniques. Nos idées, nous les avons. Il s’agit donc juste de trouver une idée pour les montrer, pour les exprimer.

Une planche de bois, un bras magique, quelques ampoules qui fonctionnent et le tour et joué. Le banc titre présent à la fac nous a bien facilité la tâche. Nous avions envie de faire du stop motion mais la réalisation de cette technique nous paraissait bien long et fastidieux sans un matériel approprié. Grâce à cet outil nos éléments de décors peuvent bouger sans qu’on est besoin de tout désinstaller : nos lumière, notre cadre, rien ne bouge. Cela nous permet d’être efficace mais aussi de pouvoir faire ça par petit bout sans être obligé de tout photographier d’un coup. A l’aide de nos bouts de papiers et marqueurs foncés et de la superposition de tous ses éléments, notre animation prend forme. Chaque petits détails de décor est déplacé doucement et délicatement. Les déplacements sont infimes et à chaque mouvements, on immortalise le moment. Les contrastes et les collages donnent un effet de profondeur à notre image. Nous avions peur que le papier plat ne soit pas assez vivant à l’écran mais le premier test de la séquence en gros plan est concluant. Reste à voir avec quel logiciel nous allons pouvoir animer et assembler ses prises de vues et à trouver des idées pour animer nos personnages de plein pieds, qui dans les autres séquences, seront en constant mouvements.. Dessiner une multitude de silhouettes, découper les différents éléments du corps afin de les articuler, jouer sur le décor pour donner une impression de mouvement des personnages.. Voilà tant de questions que nous nous posons, bientôt résolues, lors de nos prochaines prises de vue.

Coline Portet.

Bilanchoïade

David Lynch, Interior #1
David Lynch, Interior #1

Après avoir passé plus de 6 mois sur le projet de Vents Contraires, je tire un bilan positif de cette expérience, qui pourrait être résumé en trois points. Tout d’abord l’idée de base m’intéressait davantage que celle sur laquelle j’avais travaillé l’année dernière (1- De l’importance d’être motivée par le projet). Ensuite l’entente dans l’équipe s’est faite tout de suite, on a toutes su s’écouter et prendre en compte les remarques de chacune (2- De l’importance d’être sur la même longueur d’ondes). Le fait de travailler sur un projet d’animation a sans doute aidé à cette écoute puisque aucune de nous de savais vraiment comment s’y prendre, on s’est donc fait confiance et on y est allées à « la débrouille », chacune apportant ce qu’elle savait faire (3- De l’importance de savoir trouver des solutions rapidement).

Bien sûr avec ce projet tout n’a pas été aussi simple, j’en tire également des points à améliorer, comme le fait d’apprendre à mieux s’organiser lors d’un projet en groupe, de savoir prendre des décisions plus rapidement, et de mieux cerner le temps qu’un projet comme celui-ci peut prendre. En effet je dirais que ma seule petite déception a été voir que nous n’avions réussi qu’à réaliser deux scènes en animation, alors qu’une meilleur organisation nous aurait permis d’en réaliser davantage. L’important, c’est que cela nous servira par la suite.

On the road again

CC Louise Tressens (05/11/2015)
CC Louise Tressens (05/11/2015)

Je me souviens encore de ce jour où Maëlys et moi-même avions présenté notre projet d’émission voyage/tambouille. Si le paysage audiovisuel est truffé de programmes nous incitant à cuisiner et manger mieux et que l’indigestion est proche, nous avions choisi de relier notre patrimoine culinaire français et ce lien entre ainés et jeunes, qui se perd à petit feu.

Enthousiasmée par ce projet, que j’ai vu grandir à force de réflexions, et après la fusion de nos groupes de travail, nous nous retrouvons toutes portées par la même volonté de voir Larrons et Lardons grandir et voler, peut-être jusqu’à nos télévisions, qui sait… Après des briefings proches du consensus quant à la réalisation d’un teaser,  je suis très satisfaite de constater que nous avançons dans le même sens et que nous sommes toutes portées par la même envie de donner à voir un programme frais, authentique et graphique. Peut-être que nous avons avancé trop vite et que les difficultés surviendront incessamment sous peu mais je suis ravie de cette énergie positive qui nous motive toutes à rendre ce teaser crédible et alléchant.

Petit à petit, l’oiseau fait son nid.

Louise Tressens

Vents contraires

Coline Portet cc (02/11/2015)

A la rentrée nous avons dû choisir un projet parmi tous ceux proposés. Après avoir fait le tour de chaque groupes, il a fallu décider les idées qu’on allait garder et celles qu’on allait jeter. Sans hésiter, mon choix s’est porté sur le film d’animation pour qui j’ai beaucoup d’affection. C’est en M1 que nous l’avons créée et chaque jours, nous essayons de l’améliorer. L’histoire raconte celle de deux petits enfants en phase de devenir grand qui voient la vie différemment. Cette adaptation de Don Quichotte reprend l’épisode des moulins à vent. Mon envie de faire partie de ce projet vient de ma curiosité pour la nouveauté. Faire un film d’animation m’a toujours beaucoup attirée. J’ai fait quelques essais mais je n’ai jamais eu l’occasion de le transporter du début à la fin. Le but de ce travail commun est d’encadrer ce projet, de sa conception à sa réalisation en passant par le production et pourquoi pas par la diffusion..

Une fois le scénario terminé, place à l’esthétique et au choix d’un univers graphique. C’est cette partie qui m’intéresse le plus. J’ai toujours aimé créer, manipuler, colorier, dessiner, coller, découper. Ce mélange entre art plastique et cinéma retient donc tout mon intérêt. Installer dans mon salon en écoutant des chansons, je me lance dans la conception de décors en carton. J’essaye de donner du relief au décor en superposant et en utilisant des matériaux différents ainsi qu’un mélange de couleurs intéressants. Je dessine des personnages et essaye de trouver un moyen de les faire bouger à travers leurs lieux que je leur ai créé : bouts de ficelles, pâtes à fixe, trous, cure dents, fil de fer.. Tous les moyens sont bons pour faire évoluer ces petits garçons. Il nous reste encore beaucoup de pistes à creuser, d’idées à développer et de partie prix à décider : Décors et personnages en 2D ou en 3D, organisation du tournage et réponses à nos difficultés, éclairages à positionner, message à faire passer. Tous ces points sont en cours de décision et plus nous essayons, plus nous nous en emparons et tout devient évident.

Coline Portet

De petits détails amènent de grands changements

Google map

Larrons et Lardons, ou peut importe le nom pour l’instant de cette émission, est un programme sur l’importance du lien intergénérationnel et patrimonial. Un jeune qui part à la découverte de 10 régions de France et leurs spécialités culinaires à travers un pépé ou une mémé qui partage avec lui un instant de vie et des souvenirs. Les personnes âgées parlent de leur passé, de leur culture avec une nostalgie, un bonheur des choses vécues et savourées … La première fois qu’ils ont réussis leur cassoulet, sentis l’odeur de la bouillabaisse … Le jeune prend alors le pas et leur montre qu’il n’y a pas que le passé et il les emmène sauter en parachute, skier, faire de la plongée… Le lien intergénérationnel est ce que l’on perd aujourd’hui. D’autant plus avec le numérique qui fait partie intégrante de la vie des jeunes générations et qui est si étranger aux personnes âgées.

En souhaitant réaliser le teaser de cette émission, les envies et les contraintes ont fait que notre jeune homme sera interprété par un jeune québécois. Sans le vouloir, cela rajoute une dimension culturelle qui vient enrichir le projet ! En plus de l’échange culturel entre régions, l’échange culturel se fait aussi outre-Atlantique. Ce jeune québécois apportera un œil neuf et innocent sur les coutumes et les spécialités culinaires des différentes régions de France. Cela sera un moyen de mettre en valeur les multiples facettes du pays. La bonne humeur et l’humour québécois seront les garants d’une ambiance joviale et conviviale. Au final ce petit détail qui nous a amusé, ce québécois étant le compagnon d’une d’entre nous, amène un changement majeur dans le projet.