Archives par mot-clé : création

Les mains dans le cambouis

(cc) Maelys Gosset 02/03/2016
(cc) Maelys Gosset 02/03/2016

Pendant ces deux années, j’ai suivi ce projet. Copains comme cochons, Larrons et Lardons, une idée griffonnée sur un bout de papier qui se concrétise par le tournage du teaser et la confrontation à la post-production. Un travail d’équipe qui nous amène à remonter nos manches, à apprendre par nous-même et, il faut le dire, à nous faire davantage confiance.

Chacune a trouvé sa place, a su apporter sa contribution et son inspiration. Entre notre imagination et la concrétisation, il y avait plus qu’un pas, un gouffre pour moi. Je ne suis ni une technicienne, ni une cinéaste mais je voulais comprendre, apprendre, surtout «faire». J’ai donc réalisé que lorsque je pensais ne pas avoir de solution, il fallait les inventer, bricoler, essayer mais surtout ne pas abandonner en passant n’avoir aucune légitimité. Tutoriels vidéo, forums de discussion, modes d’emploi, ont été d’une aide précieuse lorsqu’il a fallu apprivoiser les logiciels Photoshop et Première en un temps record. C’est aussi cela l’Atelier Projet, l’écriture, la réalisation et la post-production en peu de temps mais avec beaucoup de motivation!

Maelys Gosset

L’aboutissement

IMG_7378
(cc) Camille Coquereau (13/02/2016)

Victor et Gabriel, nos deux personnages animés imaginés il y a un peu plus d’un an, ont bien grandi. A l’origine, nous les pensions colorés, faits de papiers mâché, voire en origami, ou juste en dessin animé. C’est finalement des silhouettes noires qui sont apparues, en papier 2D. Si eux ont beaucoup évolué durant le processus de création, notre équipe également. Des heures passées à chercher à se mettre d’accord sur l’esthétique nous ont amenées à découper, dessiner et inventer pour au final tomber sur un consensus qui, je pense, plaît à toute l’équipe.

Il n’est pas aisé de travailler à plusieurs sur un tel projet. Peut-être manquait-il un leader pour motiver tout le monde ou simplement étions-nous bloquées par l’aspect « animation » que nous ne maîtrisons pas. Avec l’envie de bien faire on se crée des barrières. Si l’on s’est longtemps cachées derrière l’argument « On ne sait pas dessiner donc on ne peut pas faire », le déclic est arrivé sur le tard, prouvant qu’à nous toutes, nous pouvions parvenir à un résultat convenable. Ce projet a permis de mettre en lumière les avantages et difficultés du travail en équipe, mais aussi le cheminement de la création. Un projet, une fois réalisé, ressemble rarement à ce qu’il était censé être à l’origine. Cela donne envie de continuer et montre qu’avec de la persévérance, on fini toujours par aboutir à un résultat qui nous convient.

Camille Coquereau

La concrétisation!

(cc) Maelys Gosset 13/01/2016
(cc) Maelys Gosset 13/01/2016

« Copains comme cochons » voit le jour peu à peu… Après l’élaboration du projet et la préparation de sa mise en œuvre, le tournage du teaser a été une première étape cruciale dans l’avancement de la conception du magazine. Et pourtant cette journée avait commencé sous de mauvaises augures. La météo était loin d’être clémente en ce dimanche 10 janvier 2016 et une partie du matériel technique manquait (faute d’avoir accès au local technique). Mais coûte coûte ce teaser nous l’avons tourné !

Sous une pluie battante, nous avons commencé par les plans en extérieur. Chacun ayant un rôle bien défini, l’équipe a été efficace. Puis c’est dans l’appartement de Manon que le tournage s’est poursuivi à un rythme plutôt soutenu. Le découpage et les plans test étant précisés en amont, le reste de la journée s’est déroulé sans encombre et dans la bonne humeur ! Notre acteur, casté par Alix, a été une excellente recrue, collaborative et créative à la fois. C’est ainsi que notre projet prenait forme sous nos yeux, bien au delà de mes espérances. Prochaine étape, le montage qui devrait être aussi bien déterminant pour « Copains comme Cochons » mais également très bénéfique pour ma formation personnelle.

Maelys GOSSET

Casse-tête

(cc) Camille Coquereau (31/10/2015)
(cc) Camille Coquereau (31/10/2015)

Vents contraires, petit projet d’animation à l’état de mots doit à présent se faire une image. Six personnes pour mener le projet, c’est six visions différentes de cette histoire entre deux enfants.  Toutefois il faut se mettre d’accord car une seule représentation du scénario sera réalisée. C’est donc un casse-tête qui commence, celui du mélange des idées et des points de vues, des « je voyais cela plus comme ça » ou autres « on pourrait choisir cette couleur au lieu de celle-ci ». De ce méli-mélo d’idées nait notre petit film d’animation.

Puisqu’il faut bien se mettre d’accord un jour, une ébauche de story-board est faite. On sait alors quel cadre choisir ainsi que les objets qui seront visibles. Ceux qu’il faudra donc créer en priorité. Une direction de travail est donnée et ainsi le matériel à prévoir pour la réalisation de ces plans tests. Le plus important n’est pourtant pas encore fixé : à quoi ressembleront nos personnages ? Cette étape, la plus compliquée car aucune de nous ne sait réellement dessiner, est le challenge fixé pour la semaine. Gabriel et Victor auront-ils un visage qui plaira à tous ?

Camille Coquereau

Court passage à vide

(cc) Adélaïde Michel (26/10/2015)
(cc) Adélaïde Michel (26/10/2015)

Vents contraires est un projet de très court métrage d’animation dans lequel nous nous sommes lancées l’an dernier. Après avoir planché sur l’idée d’adapter l’histoire de Don Quichotte en animation, nous nous sommes très vite éloignées de cette envie de base au profit d’une histoire d’amitié plus classique entre deux enfants. La « touche » Don Quichotte reste toujours perceptible dans le regard naïf que l’un des deux enfants porte à l’univers qui l’entoure.

Aujourd’hui, quand je relis le très court scénario, j’avoue avoir quelques doutes. Nous gagnerons, à mon sens à retravailler l’histoire avant de passer à la réalisation. Toujours est-il que le fait de concevoir un projet en stop-motion avec du papier comme matériau principal m’enchante. J’ai toujours aimé la création visuelle, peindre, découper, coller. Il nous manquera certainement quelques qualifications techniques, et un talent pour le dessin nous serait bien nécessaire pour créer l’identité des personnages. En attendant nous rassemblerons les talents de chacune pour essayer de recréer l’univers de Victor et Gabriel tel que nous l’avions imaginé. Nous nous inspirons beaucoup de l’univers de Conor Finnegan dont nous avions découvert le travail l’an dernier. Je pense que c’est en s’armant de références comme celle-ci que nous arriverons à tracer les contours du projet.

Adélaïde Michel