Archives par mot-clé : court-métrage

Prendre son envol

(cc) Adélaïde Michel (13/03/2016)
(cc) Adélaïde Michel (13/03/2016)

Notre projet de court-métrage d’animation Vents Contraires vient de s’achever avec la réalisation de plans tests. Malgré les compromis et les désaccords artistiques qui ont pu survenir au cours de cette aventure, nous avons pris beaucoup de plaisir, durant les derniers ateliers, à créer de toute pièce cet univers. Du dessin d’origine au découpage des éléments en papier, de la composition de nos plans à la prise de vue, jusqu’au montage, Vents Contraires a réuni une équipe déterminée à se lancer pour la première fois dans le challenge de l’animation. Je crois qu’aucune d’entre nous ne s’attendait à un tel résultat. Plus que de la satisfaction, c’est de la fierté que nous éprouvons à l’égard de ce projet que nous avons porté pendant deux ans.

Je me souviens de notre envie première, qui au-delà d’adapter l’histoire de Don Quichotte, était de raconter l’histoire de deux amis. Le regard que Victor et Gabriel portent au monde qui les entoure — résolument objectif pour l’un, totalement fantaisiste pour l’autre — était pour nous symbolique du passage à l’âge adulte. À quelques semaines de quitter les bancs de l’université et de nous lancer dans la vie professionnelle, nous laissons à leur tour Victor et Gabriel prendre leur envol.

Adélaïde Michel

Vents contraires, source d’oppositions

12575897_10208415076716780_1063635883_n
(cc) Camille Coquereau (24/01/2016)

Pour réaliser Vents contraires, nous devons nous mettre d’accord sur le rendu physique de nos personnages et de notre décor. C’est un film d’animation, c’est donc justement tout l’univers graphique que nous allons créer qui prime. C’est actuellement ce qui pose problème. Dans le cas de la réalisation à plusieurs, chacun a sa vision du projet. Nous n’arrivons néanmoins pas à nous mettre absolument d’accord sur ce que serons nos deux héros. Nous savons que nous voulons réaliser un travail en noir et blanc, avec des silhouettes. Celle-ci ne sont cependant toujours pas définies et personne ne parvient à proposer quelque chose qui plaise à tous.

Pour remédier à cela, nous sommes en ce moment en train de réunir nos idées, nos trouvailles et travailler à la réalisation de ces silhouettes. Personne n’étant dessinatrice dans le groupe, c’est ce qui met un frein à l’avancée du projet. Nous ne sommes toutefois pas dépourvues d’idées, fort heureusement. Une fois que tous nos visuels seront trouvés, il nous restera la tâche fastidieuse mais obligatoire d’impression et découpage. Place à la mise en scène ensuite.

Camille Coquereau

Un rêve d’aventure

(cc) Adélaïde Michel (24/01/2016)
(cc) Adélaïde Michel (24/01/2016)

Il y a des projets que l’on a du mal à porter jusqu’au bout. Qui depuis la première idée griffonnée sur un coin de feuille, n’ont pas forcément évolué dans le sens que l’on souhaitait. Les images que chacune avait à l’esprit, se sont mélangées jusqu’à créer un univers qui mêlant tous nos imaginaires ne colle au final plus à aucun d’entre eux. Les petites concessions ont été les plus simples, changer tel prénom, tel événement dans le scénario, tel accessoire. Mais le jour où le volume fait de matériaux colorés s’est transformé en un aplat de papiers noirs et blancs, j’ai eu l’impression de perdre ce qui me rattachait à ce projet. Les métiers de la production pourtant nous demandent de défendre des projets en lesquels il faut croire corps et âmes. Jusqu’au bout. Qu’importe les difficultés.

Je crois que nous avions écrit l’aventure de ces deux enfants, sans nous plonger totalement dans l’aventure, justement. Peu importe la technique finalement, je reste déterminée à mettre en image notre idée de départ. A quelques jours du début de la réalisation, je rassemble encore dans un moodboard des éléments visuels qui me plaisent, et qui dans mon imaginaire, correspondent à ce que j’avais imaginé de Vents Contraires. Tant pis pour les couleurs, les matières, je pense qu’une émotion pourra tout aussi bien être retranscrite grâce à un travail de contrastes, et qu’une lumière parfaitement maitrisée donnera de l’éclat au court-métrage. Après tout, Vents Contraires reste notre aventure !

Adélaïde Michel

Court passage à vide

(cc) Adélaïde Michel (26/10/2015)
(cc) Adélaïde Michel (26/10/2015)

Vents contraires est un projet de très court métrage d’animation dans lequel nous nous sommes lancées l’an dernier. Après avoir planché sur l’idée d’adapter l’histoire de Don Quichotte en animation, nous nous sommes très vite éloignées de cette envie de base au profit d’une histoire d’amitié plus classique entre deux enfants. La « touche » Don Quichotte reste toujours perceptible dans le regard naïf que l’un des deux enfants porte à l’univers qui l’entoure.

Aujourd’hui, quand je relis le très court scénario, j’avoue avoir quelques doutes. Nous gagnerons, à mon sens à retravailler l’histoire avant de passer à la réalisation. Toujours est-il que le fait de concevoir un projet en stop-motion avec du papier comme matériau principal m’enchante. J’ai toujours aimé la création visuelle, peindre, découper, coller. Il nous manquera certainement quelques qualifications techniques, et un talent pour le dessin nous serait bien nécessaire pour créer l’identité des personnages. En attendant nous rassemblerons les talents de chacune pour essayer de recréer l’univers de Victor et Gabriel tel que nous l’avions imaginé. Nous nous inspirons beaucoup de l’univers de Conor Finnegan dont nous avions découvert le travail l’an dernier. Je pense que c’est en s’armant de références comme celle-ci que nous arriverons à tracer les contours du projet.

Adélaïde Michel

On touche au but…

Je nous revois, il y a quelques mois, face à ce scénario que j’avais écrit. Des premières incohérences pointées du doigt par le regard extérieur de mes collègues à l’aboutissement d’un scénario plus crédible. Et puis, il y a eu la confrontation de ce nouveau travail aux autres groupes de la classe. Encore une fois, des problèmes ont été soulevés et la phase de réécriture a été plus longue cette fois-ci, notamment en ce qui concernait les notes d’intention et de réalisation. De fil en aiguille, le scénario s’est ficelé pour évacuer toutes les parties non nécessaires à la compréhension de l’histoire, et pour ajouter des moments plus intéressants narrativement parlant. Le nombre important d’opinions que nous avons pu avoir sur ce projet nous aura permis d’avancer de manière impressionnante.

Aujourd’hui, la dernière phase d’écriture est en cours. Ce dernier mois de cours nous sera utile pour mettre au point les derniers dialogues, avant de commencer à mettre en place un planning de tournage en fonction de nos stages respectifs et des personnes souhaitant participer au tournage. Pour le moment, la pré-production est prévue pour cet été afin de réaliser Parcours en septembre. Un autre problème qui nous taraude depuis le début du projet devra aussi être réglé : trouver un titre mieux adapté à ce court-métrage…

Tiphaine Robion