Archives par mot-clé : Clap de fin

Bilanchoïade

David Lynch, Interior #1
David Lynch, Interior #1

Après avoir passé plus de 6 mois sur le projet de Vents Contraires, je tire un bilan positif de cette expérience, qui pourrait être résumé en trois points. Tout d’abord l’idée de base m’intéressait davantage que celle sur laquelle j’avais travaillé l’année dernière (1- De l’importance d’être motivée par le projet). Ensuite l’entente dans l’équipe s’est faite tout de suite, on a toutes su s’écouter et prendre en compte les remarques de chacune (2- De l’importance d’être sur la même longueur d’ondes). Le fait de travailler sur un projet d’animation a sans doute aidé à cette écoute puisque aucune de nous de savais vraiment comment s’y prendre, on s’est donc fait confiance et on y est allées à « la débrouille », chacune apportant ce qu’elle savait faire (3- De l’importance de savoir trouver des solutions rapidement).

Bien sûr avec ce projet tout n’a pas été aussi simple, j’en tire également des points à améliorer, comme le fait d’apprendre à mieux s’organiser lors d’un projet en groupe, de savoir prendre des décisions plus rapidement, et de mieux cerner le temps qu’un projet comme celui-ci peut prendre. En effet je dirais que ma seule petite déception a été voir que nous n’avions réussi qu’à réaliser deux scènes en animation, alors qu’une meilleur organisation nous aurait permis d’en réaliser davantage. L’important, c’est que cela nous servira par la suite.

Rio Bravo : Suite et fin

Tex Avery, "That's all folks"
Tex Avery, « That’s all folks »

Consigne : « Clap de fin »

Ce rendu de mémoire, c’est la fin de l’année universitaire, de nos études, des cours et d’un travail sur lequel nous avons passé deux ans. Deux années à étudier un film en profondeur. Je pense que deux autres années n’auraient pas été de trop tant les films que nous avons étudiés ont de choses à raconter. Notre film nous aura accompagné tout au long du master, il est donc difficile de lui dire au revoir. Il ne reste plus qu’à modifier les derniers éléments, faire quelques retouches de fond et finir par le mettre en forme. La toute dernière étape sera l’oral où l’on devra présenter et défendre l’approche que nous proposons sur ce film.

Si le rendu du mémoire papier est une étape importante, celle de l’oral l’est tout autant, c’est l’aboutissement et le partage de notre travail au jury et à notre promotion. Pour le moment, ma concentration se porte sur les failles que peut encore avoir mon mémoire, les exemples insuffisamment justifiés ou la cohérence entre certaines parties. Il est de plus en plus difficile d’avoir du recul sur ce que nous écrivons au fur et à mesure que nous passons du temps dessus. C’est donc le moment pour moi que je fasse relire ce mémoire par des personnes extérieures, ce qui sera la dernière étape avant le rendu final, tant attendu.

Marion Souquet

Le Dernier Mot

karina
(cc) Adélaïde Michel (15/02/2016)

Consigne : “Clap de fin”.

La séquence finale de Pierrot le fou se termine sur la lecture à deux voix des vers inspirés de Rimbaud :

«  Elle est retrouvée.
Quoi?
L’Éternité
C’est la mer allée
Avec le soleil. »

Quand je pense à la clôture si poétique du film, je ne peux pas m’empêcher de me dire que j’aurais aimé savoir poser les mots avec autant de poésie. Mais un mémoire de recherche demande de se conformer à des conventions établies, de maîtriser l’art et la manière d’une stylistique scientifique. Suite à un rendez-vous avec mon directeur de mémoire, je suis actuellement dans un travail de correction, de reformulation de certaines idées, et d’approfondissement de quelques concepts. En somme, je touche à la fin.

Et pourtant, dans une peur paralysante de poser le dernier mot, je n’ai pas encore terminé la rédaction de ma conclusion. Je cherche mes mots mais je ne trouve pas la tournure de phrase qui viendrait clôturer avec brio des mois de travail. Alors je tergiverse, retouche encore une fois la mise en page de ce fichier presque trop conformiste à mes yeux, rajoute quelques mots et attend qu’un enthousiasme soudain me fasse penser que ce dernier mot posé est, enfin, mon point final.

Le titre de ce billet fait référence au court- métrage Le Dernier Mot réalisé par Jean-Luc Godard en 1988.

Adélaïde Michel

Bonnie c’est fini !

Alix Grinsell cc ( 15/02/16)
Xila cc ( 15/02/16)

Consigne : « Clap de fin »

La réalisation d’un mémoire n’est pas une chose aisée mais néanmoins passionnante. J’ai ressenti, une fois le mémoire achevé, une grande frustration. En effet, j’ai eu l’impression que je pouvais encore apporter beaucoup d’autres connaissances à mon mémoire. Comme si mon travail pouvait être infini, ou du moins beaucoup plus gros que les 50 000 signes que nous imposait la consigne. J’ai dû pour cela revoir ma rédaction à plusieurs reprises de manière à réussir à synthétiser mon écrit. Cela n’est pas chose facile.

Je suis satisfaite de l’angle de vue que j’ai emprunté, mon mémoire reflète une nouvelle analyse du film Bonnie and Clyde. Ma démarche fut d’analyser à travers un axe de réflexion psychanalytique le comportement des protagonistes. Pour cela j’ai dû, dans un tout premier temps, comprendre le contexte dans lequel mon film s’insérait afin de saisir ensuite au mieux les raisons qui ont motivé le réalisateur à appliquer de tels comportements à ses héros.

Xila