Archives par mot-clé : avancée

Quelle avancée…

Consigne: « Mon travail de recherche, alors… heureux? »

En proposant mon Travail Préparatoire à la Recherche fraichement rédigé l’année dernière, j’étais sûre du travail que j’avais fourni. Selon moi, les idées étaient bien exposées et répondaient entièrement à la problématique posée. Alors, quand en septembre on m’a demandé de trouver les failles de ma rédaction et de cibler les nouvelles idées à développer ma réponse fut brève: « J’ai déjà tout dit ». 
Les intervenants m’ont alors aiguillé en me disant que j’allais forcément trouver des propositions nouvelles mais que cela demandait du temps et une certaine organisation. Totalement cloisonnée par les barrières imposées par le TPR, j’ai commencé à paniquer pensant que je ne trouverais jamais une manière de creuser le sujet.

Et bien non, je n’avais pas tout dit. En relisant attentivement l’ensemble de mon travail, de nombreuses parties me sont apparues comme obsolètes. La rédaction alors épurée, une nouvelle problématique s’est dessinée. Repartir sur une problématique ciblée et claire m’a permis d’avancer chronologiquement et de créer un cheminement rédactionnel qui fait sens. 
J’ai alors compris grâce à la rédaction de ce mémoire que l’organisation était le maître mot de tout travail de recherche. En partant d’une idée claire, les sous-parties et paragraphes s’enchainent de manière naturelle et le travail qui en découle est simplifié. J’ai alors découvert une nouvelle manière de travailler basée sur l’organisation qui me sera utile tout au long de mon parcours professionnel.

Emilie D.

Voilà qui invite à la réflexion !

Consigne : C’est le bazar dans ma tête … (ou pas).

Dans un premier temps, je voulais préciser ma première idée : l’opposition entre tradition et modernité dans le film de Miyazaki. En reprenant ce travail, je me suis rendu compte des limites de cette problématique, il serait difficile de l’affiner ou de la développer. Après avoir vu une nouvelle fois mon film, j’ai eu envie de travailler sur ce qui m’apparaissait alors comme une évidence : le conte initiatique. Dans ma recherche de problématique, j’ai trouvé plusieurs pistes plutôt vagues qui demandent encore un approfondissement. Mes différents questionnements m’ont menée à d’autres réflexions qui ont fini par m’embrouiller. En effet, je me retrouve avec des idées partant dans tous les sens qui ne sont pas encore assez précises.

Me voilà avec tout un tas de questions qui forment la base de ma réflexion : Pourquoi le réalisateur utilise le compte initiatique ? Quel est son but ? Et qu’est-ce qu’il veut nous dire ? Comment le traite-t-il ? Je ne veux surtout pas me perdre et perdre du temps dans tout ce marasme d’idées et de pistes. En utilisant la méthodologie de l’entonnoir, j’ai pu préciser ma pensée. Après quelques échanges avec les chargés de mémoire, je me suis rendu compte qu’il était tout à fait possible de rapprocher mon ancienne problématique avec ma nouvelle idée. Il ne reste plus qu’à trouver les nouveaux éléments en rapport avec le conte et de les incorporer dans mon ancien travail.

Lisa Delpech

Je ne comprends rien, ça n’avance pas…

Consigne : C’est le bazar dans ma tête … (ou pas).

« Qu’est ce qu’on attend de moi ? » C’est la question que je me pose régulièrement. Si cela paraît clair pour les professeurs, je dois avouer que pour moi, l’objectif de ce mémoire reste encore flou.
Que lire ? Quoi ajouter ? Où creuser ? Vers quoi partir ? C’est tant de questions qui restent en interrogation dans ma tête. En effet, pour mon directeur de mémoire, l’objectif est précis mais semble loin de ce que l’on nous demande dans la formation ; beaucoup de psychanalyses (l’amour, l’imaginaire, la fascination) et de concepts lointains pour moi qui aime plutôt les choses concrètes.
C’est pourquoi trouver de nouvelles idées dans ce brouhaha cérébral est compliqué.

Heureusement, les rendez-vous avec mon directeur de mémoire permettent d’avancer petit à petit, même si l’objectif final est loin d’être clair. Ensemble nous définissons des objectifs à court-terme (pour la prochaine rencontre), ce qui permet d’avancer pas à pas.
Il m’a fallu définir les mots-clés des thèmes de mon film : amour, cinéma, fascination… pour découler sur des questionnements qui aboutiront à une problématique. De plus, ses conseils de lecture sur l’amour, l’imaginaire, le mélodrame au cinéma vont pouvoir enrichir ma future analyse.
Il s’agit donc maintenant de lire ces ouvrages et parallèlement prendre le temps de réfléchir, poser les questions et sortir une problématique qui pourrait englober tous ces concepts en rapport avec « La Rose pourpre du Caire ».

Laëtitia

 

Le Parcours du combattant

Little Miss Sunshine - Référence "roadmovie" et esthétique (couleurs)
Little Miss Sunshine – Référence « roadmovie » et esthétique (couleurs)

« Une musique passe dans la voiture. Kate conduit toujours, elle baille. Lisa est adossée à la fenêtre, à moitié endormie. On aperçoit le panneau annonçant la sortie de leur ville ». Parcours, un scénario écrit par Tiphaine Robion, raconte l’histoire de deux jeunes sœurs parties sur les routes à la recherche de réponses concernant leur histoire familiale. L’enjeu de ce projet aura rapidement devancé celui de clip musical sur lequel nous nous étions mis d’accord à la base. Pour ma part, l’aspect thérapeutique de Parcours m’a tout de suite plu. Le court-métrage met effectivement en scène deux femmes que tout oppose mais qui s’uniront finalement afin de comprendre leur propre histoire et par conséquent se découvrir elles-mêmes.

Le développement de ce projet va tout d’abord passer par l’appropriation du scénario par chacun d’entre nous. L’objectif est de mettre à profit nos compétences acquises lors de notre formation en production audiovisuelle et accompagnement d’auteur pour orienter Tiphaine dans le perfectionnement de son travail. Parcours est déjà pensé et écrit mais il va falloir désormais étoffer les détails et les personnages du récit en tenant compte de la cohérence des événements de la diégèse. Le scénario, tel qu’il est écrit pour l’instant, pose une interrogation quant à l’estimation de la durée du film : n’est-ce pas un long-métrage finalement ? C’est pourquoi il va falloir repenser le récit afin de le cibler davantage, aussi bien sur le fond (thème) que sur la forme (choisir une scène charnière dans le parcours de ces deux sœurs). Nous allons surtout prendre en considération les envies et les intentions de Tiphaine en lui suggérant certaines de nos idées et de possibles changements à effectuer. Une fois les intentions et le scénario validés, nous envisagerons de susciter de possibles aides financières afin de pouvoir réaliser ce court-métrage.

Coline CESBRON