Archives par mot-clé : art

Contemplation fascinée, une ode à Marianne Renoir

(cc) Adélaïde Michel (25/10/2015)
(cc) Adélaïde Michel (25/10/2015)

« Une femme peut très bien tuer plein de gens, c’est pas parce qu’elle a des seins ronds, des cuisses douces qu’elle ne peut pas massacrer tout le monde si elle le veut. Pour rester libre, pour se défendre. »

Marianne à Ferdinand dans Pierrot le fou, 1965

Consigne : “Mes personnages & moi”

Souvent Marianne m’impressionne. Je ne dis pas qu’elle me fascine, me surprend, encore moins qu’elle m’étonne. Je tiens au verbe impressionner car il rend à Marianne son caractère de muse. Outre le fait qu’Anna Karina qui incarne le personnage de Marianne, soit elle-même la femme et la muse de Jean-Luc Godard et qu’elle soit présente dans une dizaine de ses films Marianne est aussi Renoir. Elle porte le nom de l’artiste impressionniste Auguste Renoir et de son fils le cinéaste Jean Renoir. Elle placarde son appartement de cartes d’art et de reproductions de tableaux. Elle porte en elle la spontanéité de la création artistique. Elle agit et vit en suivant ses propres envies, et pas une seule fois elle ne se laissera contraindre par la société bourgeoise consumériste.

Elle représente aussi une icône fétichisée de la femme, à double tranchant. Elle est à la fois femme fatale, sexualisée : « Je trouve que tes jambes et ta poitrine sont émouvantes » lui dira Ferdinand ; mais elle reste pourtant associée à une connotation infantilisante — par l’ours en peluche qu’elle promène, notamment. Pour tout cela Marianne représente une femme énigmatique, enthousiaste, meurtrière peut-être, mais en tout cas, une femme résolument contemporaine.

Adélaïde Michel

Anouk, la classe et l’art

Alison Goizet (07/11/2014) (cc)
Alison Goizet (07/11/2014) (cc)

Lorsque les différentes personnes ont exposé leurs sujets, j’ai immédiatement été séduite par ce projet-ci. Anouk la classe et l’art serait un documentaire court qui suivrait Anouk une jeune enseignante en art. Ayant moi -même été initié à l’art dans ma jeunesse, mais en gardant le souvenir d’une discipline assez sectaire ; cela m’intéressait fortement de suivre une personne qui enseigne l’art en option à un groupe d’adolescent venant de culture totalement différente et faisant en même temps l’apprentissage de la culture française. De plus, l’éducation à l’image est une chose qui nous suivra toute notre vie et qui nous aide à nous forger note propre opinion.

Notre but est d’aboutir réellement ce projet sous la forme d’un documentaire. Pour cela, nous avons pris contact avec Anouk; nous la suivrons lors des cours qu’elle dispensent. Nous avons également des formalités administratives à effectuer (autorisations, lettres au directeurs de l’école…). Ensuite nous devront écrire le projet, ce qui sera, à mon avis, le plus dure de notre travail. Finalement, la réalisation du documentaire serait l’aboutissement d’une année de notre projet.

Goizet Alison

Puer aeternus

La vie en négatif de Germain est un scénario qui, comme son nom l’indique, se concentre sur une petite parcelle de la vie d’un homme. Cette parcelle reflète son état mental, ses pensées, ses tourments, passions et émotions. Ici, l’histoire s’intéresse donc au fond du personnage plus qu’à sa forme. Amené à tomber dans un coma profond, son inconscience va être à sa conscience  ce que le négatif d’une photographie est à son tirage. Mais le terme de « négatif » est aussi justifié par le fait que l’on traite un aspect plus sombre du personnage : son obsession et son refus de grandir. En effet, il va s’accrocher à des lubies de sa plus jeune enfance et rester ainsi cloisonné dans un monde utopique. Tout comme Travis dans Paris, Texas ou Peter Pan, Germain est un puer aeternus, un garçon éternel.

Toute forme d’art, qu’il s’agisse de peinture, de danse, de musique ou encore d’écriture devait être selon moi de l’ordre du spontané. L’art devait être perçu comme un médiateur de l’émotion, un chemin tracé entre la conscience et son opposé. C’est ainsi qu’avec La vie en négatif de Germain j’eu besoin d’écrire quelque chose plus qu’envi de véhiculer un message quelconque. Mais l’art change de facette lorsqu’il ne concerne plus qu’un seul individu. C’est donc lorsqu’il fallu expliquer le sens du scénario à mes collègues que je réalisai combien il était difficile d’exprimer une idée à la base inconsciente. Nous nous réunîmes alors autour d’une table pour réfléchir à un thème qui permettrait d’axer le scénario sur un seul rail : l’onirisme, le voyage, l’amour, le fantasme…  C’est là que nous choisîmes de parler du syndrome de Peter pan, un complexe intéressant à traiter pour des étudiants étant sur le point d’entrer dans la vie active.  Aujourd’hui, tout devient alors plus clair et accessible. Le scénario est doté d’une structure horizontale et nous pouvons l’ornementer de nos idées sans qu’elles ne s’éparpillent trop.

Tristan Leyri

L’école de l’art

Pour notre projet nous nous sommes dirigés vers un documentaire, qui aura pour objet de suivre Anouk une artiste plasticienne. Ses créations ont fréquemment pour sujet l’Afrique et ses habitants. Au delà de son travail de création, Anouk est aussi enseignante. Elle donne des cours d’art pour des personnes de tout âge, des initiations comme des cours réguliers dans une école internationale à Bordeaux. Ses classes sont composées d’enfants entre 12 et 18 ans. Nous voulons que notre documentaire porte sur comment elle transmet le goût de l’art à des jeunes. Les cours sont donnés en Anglais, qui est loin d’être la langue natale de tous, ni même de l’enseignante. Les niveaux étant différents, comment avec cette contrainte, qui n’en est peut être pas une, Anouk enseigne-t-elle l’art ?

Lorsque que je pense à ce documentaire, j’imagine qu’une grande partie se tournera dans sa salle de classe. Avec des portraits d’adolescents, la vision qu’ils ont de l’art et  son apprentissage. Il y a une richesse à capter dans leurs profils, le lieu d’enseignement étant une école internationale les enfants viennent des quatre coins du monde. Ils amènent dans ce cours d’art, une culture, une sensibilité propre à eux. Je pense qu’il est intéressant de filmer cette relation entre Anouk et ses élèves.  Quelles sont les méthodes employées par cette classe pour échanger et transmettre ? Je pense qu’il est primordial de mettre en avant cette pédagogie alternative. Elle s’adapte au multiculturalisme et s’appuie sur cette différence pour faire émerger des projets créatifs.

Alexia DI CIOCCIO

L’art de la transmission

Anouk est une artiste. Elle s’intéresse à l’art et notamment à la création depuis son plus jeune âge. Baignée dans une atmosphère culturelle et artistique toute son adolescence, c’est naturellement qu’elle se lance dans l’accomplissement d’un master qui lui permettra de se positionner en tant qu’artiste plasticienne dans le milieu.
Mais ce que veut Anouk, ce n’est pas seulement assouvir son propre désir de création mais le partager avant tout. Ici se dessine alors la ligne directrice de notre projet. A mes yeux, l’important sera de souligner le périmètre de ce cercle qui entremêlera « envie de transmettre » d’une part et « besoin de recevoir » de l’autre.

Cette idée, motrice selon moi, fût confirmée dès notre première rencontre avec Anouk. « L’art est un langage ». Voilà ce qu’elle nous a dit. Anouk enseigne à des enfants de tout âge à l’école Internationale de Bordeaux. Evoluant jour après jour avec des élèves venant de tous les continents, elle nous explique que le point central des classes gravite autour de cette notion de partage et d’échange constant. Ce dernier, qui est le moteur de l’enseignement, se traduit tout d’abord par le langage artistique mais également par l’enthousiasme que présentent tous les intervenants en adaptant la langue parlée en fonction du pays d’origine de leur interlocuteur. L’idée qui émerge de cette observation repose sur le fait que malgré leurs différences, les artistes en herbe parviennent à se comprendre pour produire ensemble.Le message que véhiculera le documentaire est alors clair : l’envie de transmettre trouve motivation dans l’envie de recevoir.

E. Donès