To be continued…

Copains comme Lardons. Voilà le titre définitif auquel nous sommes parvenues quelques heures avant le rendu du teaser. Comme quoi, après deux ans de travail sur cette émission, des idées naissent encore et changent tout.
Ce teaser, nous l’avons imaginé, écrit, réalisé et monté avec plaisir et ce dans un bel esprit d’équipe. Chacune a trouvé la place selon ses compétences et ses envies. Etant assez peu à l’aise avec les logiciels de montage ou de PAO, je me suis davantage placée du côté du conseil en faisant la navette entre les différents postes de travail et en donnant un avis objectif sur le résultat, avec comme joli surnom auto-proclamé: la contrôleuse des travaux finis.

Le projet mériterait encore quelques peaufinages mais je suis ravie de constater que notre facile collaboration a mené à un résultat très satisfaisant.
Réaliser le teaser de Copains comme lardons fût un réel plaisir et voir le fruit de notre travail sur grand écran m’a montré la fierté que je pourrais potentiellement ressentir en tant que future professionnelle de l’audiovisuelle, lorsqu’un de mes programmes verra le jour.

Louise Tressens

FLASH BACK

alix grinsell cc (14/03/16)
Xila cc (14/03/16)

En faisant défiler les différentes étapes du teaser Copains comme cochons, je peux dire que le bilan est positif.

Une fois l’équipe constituée, le projet cher à chacun de nous fut lancé. En plus de la bonne cohésion dans le groupe et une juste répartition des rôles, il est à noter que notre première idée, bien qu’ un peu utopique, a été suivi à la lettre. Chacune de nous avait une idée bien précise du projet mais l’écriture de ce dernier fut collectif et commun. Nous avons découpé le projet en séquences afin de mieux préciser les scènes à tourner. Une fois les écritures et les réécritures terminées, les plans de repérages faits, le tonnage arriva très vite. C’était un dimanche matin de très bonne heure, nous étions excitées, presque euphoriques à l’idée de concrétiser notre idée de départ. Je pense que cette ambiance dynamique et joyeuse contribua à rendre notre travail efficace et rapide. Enfin pour le montage, dernière étape, nous nous sommes séparées en petits groupes avec une tâche bien définie. Certaines étaient sur In design, d’autres sur Première et le dernier groupe cherchait la musique appropriée au montage. Une fois tous les éléments réunis, ce fut la réalisation du montage final. Le teaser est réalisé, tourné et monté. Notre en sortons ravies, ce fut une belle expérience !

Xila

Prendre son envol

(cc) Adélaïde Michel (13/03/2016)
(cc) Adélaïde Michel (13/03/2016)

Notre projet de court-métrage d’animation Vents Contraires vient de s’achever avec la réalisation de plans tests. Malgré les compromis et les désaccords artistiques qui ont pu survenir au cours de cette aventure, nous avons pris beaucoup de plaisir, durant les derniers ateliers, à créer de toute pièce cet univers. Du dessin d’origine au découpage des éléments en papier, de la composition de nos plans à la prise de vue, jusqu’au montage, Vents Contraires a réuni une équipe déterminée à se lancer pour la première fois dans le challenge de l’animation. Je crois qu’aucune d’entre nous ne s’attendait à un tel résultat. Plus que de la satisfaction, c’est de la fierté que nous éprouvons à l’égard de ce projet que nous avons porté pendant deux ans.

Je me souviens de notre envie première, qui au-delà d’adapter l’histoire de Don Quichotte, était de raconter l’histoire de deux amis. Le regard que Victor et Gabriel portent au monde qui les entoure — résolument objectif pour l’un, totalement fantaisiste pour l’autre — était pour nous symbolique du passage à l’âge adulte. À quelques semaines de quitter les bancs de l’université et de nous lancer dans la vie professionnelle, nous laissons à leur tour Victor et Gabriel prendre leur envol.

Adélaïde Michel

Bon vent !

(cc) Coline Portet (13/03/2016)
(cc) Coline Portet (13/03/2016)

Le projet commun que nous avons dû réaliser cette année m’a permit d’expérimenter l’animation que je ne connaissais pas, ou peu. J’avais déjà réalisé des petits courts-métrages avec une amie ou encore avec des groupes d’enfants. Les décors, composés de formes et de structures en 3D, étaient facilement manipulables. Mais faire un film animé avec des bouts de papiers, en revanche, me semblait compliqué. J’avais dû mal à imaginer comment s’y prendre, comment positionner la caméra, où placer les lumières, comment déplacer les éléments..

Pour créer du mouvement et ainsi raconter notre histoire nous avons dû passer par plusieurs étapes, toutes aussi fastidieuses. Concevoir une identité à notre film a été compliqué puisqu’il a fallut que tout le monde soient d’accord et visualise la même chose. On a perdu beaucoup de temps à réfléchir à nos idées et à comment les réaliser plutôt que de se lancer dans le projet de façon concrète. La question de la couleur ou du noir et blanc, des formes, de la matière et le choix du 2D ou 3D nous on poursuivit un bon moment. Puis, nous avons commencés à faire des tests, ce qui m’a permit de découvrir l’utilité du banc titre ! Réaliser un film d’animation est un véritable travail d’équipe précis et minutieux. Pendant qu’une d’entre nous prend les photos, quelqu’un se charge du côté droit de la feuille pendant que quelqu’un d’autre se charge du côté gauche. Grâce à cette cohésion de groupe, nous avons pu réaliser un petit bout de notre film. Le résultat est plutôt agréable puisque je ne m’attendais pas du tout à avoir quelque chose d’aussi plaisant : à la fois beau et maladroit.

Coline Portet.

L’aboutissement

IMG_7378
(cc) Camille Coquereau (13/02/2016)

Victor et Gabriel, nos deux personnages animés imaginés il y a un peu plus d’un an, ont bien grandi. A l’origine, nous les pensions colorés, faits de papiers mâché, voire en origami, ou juste en dessin animé. C’est finalement des silhouettes noires qui sont apparues, en papier 2D. Si eux ont beaucoup évolué durant le processus de création, notre équipe également. Des heures passées à chercher à se mettre d’accord sur l’esthétique nous ont amenées à découper, dessiner et inventer pour au final tomber sur un consensus qui, je pense, plaît à toute l’équipe.

Il n’est pas aisé de travailler à plusieurs sur un tel projet. Peut-être manquait-il un leader pour motiver tout le monde ou simplement étions-nous bloquées par l’aspect « animation » que nous ne maîtrisons pas. Avec l’envie de bien faire on se crée des barrières. Si l’on s’est longtemps cachées derrière l’argument « On ne sait pas dessiner donc on ne peut pas faire », le déclic est arrivé sur le tard, prouvant qu’à nous toutes, nous pouvions parvenir à un résultat convenable. Ce projet a permis de mettre en lumière les avantages et difficultés du travail en équipe, mais aussi le cheminement de la création. Un projet, une fois réalisé, ressemble rarement à ce qu’il était censé être à l’origine. Cela donne envie de continuer et montre qu’avec de la persévérance, on fini toujours par aboutir à un résultat qui nous convient.

Camille Coquereau