L’Histoire de François T.

425495_exposition-francois-truffaut
cc (Coline Portet)

Consigne : « Clap de fin »

Après plusieurs mois de travail et de recherches pour la rédaction de mon mémoire de fin d’année, le résultat est là. Enfin, presque. Avant d’y mettre mon point final, il me reste plusieurs choses à modifier, quelques transitions à rectifier, des notes de bas de page à ajouter, des photos à ajuster, une introduction et une conclusion à peaufiner et c’est la fin de ces quelques pages à rédiger.

En voyant la date de rendu de mémoire arriver et les jours défiler, je me rends de plus en plus compte que le parcours est loin d’être terminé. Installée à mon bureau je m’entoure des livres qui ont guidé ma pensée. Je m’empare d’un stylo et d’un bout de papier et j’annote toutes mes petites idées et tout ce que je n’ai pas pu exprimer dans mon mémoire. Puis j’allume mon ordinateur et ouvre le fichier sur lequel il est écrit. En le lisant et le relisant, j’ai déjà l’envie de tout modifier, de tout supprimer mais aussi de rajouter et de changer des éléments. J’ai le sentiment d’avoir encore tant de choses à approfondir et d’idées à éclaircir. Mais plus j’y réfléchis et plus je pense que je ne peux rien changer à ce sentiment de travail inachevé.

Coline Portet.

Clap de fin V1 … Clap de fin V2 … Clap de fin V3 …

(cc)
(cc) Google images – réécriture

Consigne : « Clap de fin »

Plusieurs fois on croit écrire la dernière lettre, le dernier point, mais là commence en réalité le travail de réécriture.

Après le travail des idées, le travail des mots commence. Et si je mets ce verbe-ci est-ce mieux ? Si je reformule cette amorce est-ce plus fluide ? Mon paragraphe sur la philosophie du temps est-il réellement compréhensible par quelqu’un qui ne connaît pas le sujet ? Toutes ces questions qui mettent en doute les mots que les idées ont fait s’aligner pendant les durs après-midis de labeur. Le risque est de venir à douter de tout et finalement de dénaturer l’idée même que l’on s’efforce de bonifier.

La réécriture est un travail fastidieux, les mots finissent par se confondre les uns et les autres. On connaît chaque virgule, chaque guillemet. On termine une première version de réécriture pour voir réapparaître certaines fautes et interrogations. On se lance alors dans une deuxième version. Les détails deviennent trop fins, on bloque sur une périphrase, on ne voit vraiment pas comment écrire cet argument autrement. Seulement la réécriture n’est pas que matérielle, elle est aussi orale. Trouver le moyen d’expliciter sa démarche et son mémoire en dix minutes : la synthèse est à l’honneur. Cependant, en attendant cette ultime échéance, essayons déjà de faire une troisième version.

Julie T.

En fin de conte

Fin de tournage Peau d'Âne (Deneuve, Marais et Demy)
Fin de tournage Peau d’Âne (Deneuve, Marais et Demy)

Consigne : « Clap de fin »

Nous sommes le 15 février et c’est bientôt le clap de fin. L’écriture du mémoire s’achève, il faut bien tout relire pour voir toute la cohérence du travail. Ainsi j’écris mon introduction et ma conclusion en adéquation avec mon corps de texte. Je garde en tête ma question principale afin de ne pas me perdre dans les idées qui me viennent à l’esprit. Je relis mes hypothèses tout en vérifiant mes arguments. Je choisis des photographies adaptées à ces derniers. Entre Jean Cocteau, Gustave Doré, les photos du tournage de Peau d’Âne et la filmographie de Jacques Demy, mon cœur vacille. Le clap final est bien proche et cela se ressent dans le regard que je porte sur mon travail. C’est un regard nouveau, qui prend du recul afin de retenir l’essence même de mon questionnement.

Pour cela je me dois d’être rigoureuse. Je prends en note les moindres détails qu’il faut que je change, que ce soit des fautes d’orthographe, aux titres, à la syntaxe ou encore aux guillemets. Chaque détail me semble important. Maintenant il est plus question de forme que de fonds. Ceci arrive en deuxième place du travail, mais il est tout autant important que la rédaction. C’est comme pour l’étude d’un film, l’histoire sans l’esthétique et le cadrage n’a plus le même sens. Il faut parvenir à mettre en relation les deux pour aboutir au mémoire. Ce clap de fin est presque celui du Master et de ces années de faculté. Il restera la soutenance qui marquera la fin du travail de recherche sur Peau d’Âne et de ma scolarité. Un clap final difficile mais nécessaire pour commencer une nouvelle histoire!

Manon Sultana

Rio Bravo : Suite et fin

Tex Avery, "That's all folks"
Tex Avery, « That’s all folks »

Consigne : « Clap de fin »

Ce rendu de mémoire, c’est la fin de l’année universitaire, de nos études, des cours et d’un travail sur lequel nous avons passé deux ans. Deux années à étudier un film en profondeur. Je pense que deux autres années n’auraient pas été de trop tant les films que nous avons étudiés ont de choses à raconter. Notre film nous aura accompagné tout au long du master, il est donc difficile de lui dire au revoir. Il ne reste plus qu’à modifier les derniers éléments, faire quelques retouches de fond et finir par le mettre en forme. La toute dernière étape sera l’oral où l’on devra présenter et défendre l’approche que nous proposons sur ce film.

Si le rendu du mémoire papier est une étape importante, celle de l’oral l’est tout autant, c’est l’aboutissement et le partage de notre travail au jury et à notre promotion. Pour le moment, ma concentration se porte sur les failles que peut encore avoir mon mémoire, les exemples insuffisamment justifiés ou la cohérence entre certaines parties. Il est de plus en plus difficile d’avoir du recul sur ce que nous écrivons au fur et à mesure que nous passons du temps dessus. C’est donc le moment pour moi que je fasse relire ce mémoire par des personnes extérieures, ce qui sera la dernière étape avant le rendu final, tant attendu.

Marion Souquet

Le dernier celluloïd

celluloids-du-roi-et-loiseau-de-paul-grimault-don-du-bfi
Cc Jeanne Vidal-Giraud (15/02/16)

Consigne : « Clap de fin »

Difficile de mettre un point final à un travail qui aura pris deux ans. Deux années entre périodes creuses, caractérisées par l’angoisse de la page blanche, la redondance, le manque d’inspiration, et périodes pleines, marquées par une effusion d’idées, un trop-plein d’informations. Des idées, de nouvelles pistes qu’il m’a fallu explorer, pour parfois revenir sur mes pas, me tromper et recommencer. Même quand la peur et le doute s’immiscent, il faut tenter de trouver le bon chemin. L’aboutissement d’une problématique menant à un enchaînement logique, organisé en plusieurs parties. Et surtout, lire encore et toujours. Enregistrer les informations, les trier et les sélectionner de manière judicieuse et rigoureuse. Et enfin, la rédaction. Penser au lecteur, faire des phrases simples et efficaces, respecter la mise en forme, les alinéas et la présentation. Il s’agit de rendre sa pensée intelligible et agréable à lire.

Deux semaines avant le rendu, les modifications de dernières minutes sont en cours. Il est pourtant si difficile d’avoir un regard objectif sur ce travail de recherche, même achevé. Après avoir passé deux ans à travailler sur un film, et les derniers mois à peaufiner un texte, à le retourner dans tous les sens, à effacer, copier, coller, etc., comment juger son travail avec si peu de recul ? C’est le moment de confier cette tâche au jury, et d’attendre le verdict…

Jeanne Vidal-Giraud