Une héroïne en quête d’adrénaline…

(cc 29/12/2015 alix grinsell)
(cc 29/12/2015 Xila)

Consigne : « Mon mémoire, un montage narratif »

Je vais m’octroyer le doit d’inverser les deux questions fondamentales de ce billet, « pourquoi et comment ? » en « comment et pourquoi ? » Au fur et à mesure des discussions avec mes camarades de classe, mes amis ou ma famille, l’élaboration de la structure narrative du mémoire évolue. La semaine dernière, j’ai fait la rencontre du nouveau colocataire d’un ami en doctorat de Psychologie. Je lui ai expliqué la problématique de mon mémoire sur Bonnie and Clyde, et un débat de trois heures  a débuté entre nous. Il m’a aiguillée sur certains auteurs à lire (Nazio, Sartre, Valleur…), et indiqué des termes psychiatriques traitant de la relation que je souhaite aborder dans mon plan de mémoire entre le couple de hors-la-loi et leur notion de liberté qui est quasi-pathologique. Pour illustrer mon propos, il me sera nécessaire de définir le terme de « conduite ordalique ». La définition suivante est issue de la thèse de Marc Valleur, Les addictions sans drogue et les conduites ordaliques. L’Information Psychiatrique (2005) : « La conduite ordalique peut être définie comme le fait, pour un sujet, de s’engager de façon plus ou moins répétitive dans des épreuves comportant un risque mortel : épreuve dont l’issue ne doit pas être évidemment prévisible et qui se distingue de ce fait tant du suicide pur et simple que du simulacre ».

Une fois le terme psychiatrique de conduite ordalique défini, nous pouvons affirmer que Bonnie and Clyde réitèrent tout au long du film leurs actes illégaux (fuite, braquage, cavale…). Ce qui montre qu’ils ont développé un réel goût pour la prise de risque. Ils sont dans un cercle vicieux engendré principalement par la quête du plaisir immédiat. Ils ne sont pas capables de s’en débarrasser, ou ils sont obligés de continuer ainsi. Peut-être vais-je devoir parler d’addiction à l’adrénaline que suscite chez eux le danger. Enfin, ils se sentent exister, vivre, libres… mais ce n’est qu’une sensation illusoire.

Xila

Réflexion en cours…

Réflexion en cours...
Consigne : « Mon mémoire : un montage narratif »

Voici venue l’étape de l’élaboration du plan détaillé de mon mémoire… Une étape primordiale qui matérialise, de manière concrète, l’ensemble de ma réflexion et de mes recherches effectuées jusqu’ici. Il faut rappeler que j’aborde mon film, Million Dollar Baby, du point de vue du désir de reconnaissance de Maggie. La problématique centrale – ou question principale – se devait d’englober les deux modalités de reconnaissance que j’avais pu distinguer au sein du film. Par là, j’entends le désir de reconnaissance sociale ainsi que le désir de reconnaissance affective, portés par la rencontre entre les deux protagonistes, Maggie et Frankie.  Après un certain temps de réflexion, et non sans quelques difficultés, je suis enfin parvenue à formuler la question principale  de mon mémoire : « en quoi sa passion sportive pour la boxe est-elle, pour Maggie, sa seule manière d’être au monde ? » Il me semblait indispensable d’énoncer, de la manière la plus claire qui soit, cette problématique pour parvenir à élaborer le plan le plus minutieux et adapté possible.

Ma première partie vient analyser le désir de reconnaissance sociale comme moteur de la révolte. Je m’explique. Maggie est issue d’un milieu social défavorisé et dénigré par l’ensemble de la société. Ainsi je pars de l’idée que Maggie en tant que membre de cette communauté est invisible pour la masse dominante. Maggie va donc se révolter contre le déterminisme qui la rattache malgré elle à ses origines. Pour cela, elle va quitter le foyer familial puis se lancer dans la folle aventure de la boxe. Ce sport se caractérise d’abord par son aspect spectaculaire. Maggie sera vue, sera acclamée et ce, de manière directe. Mais cette reconnaissance est-elle véritable ? Je conclus cette première partie en démontrant qu’il s’agit d’une reconnaissance illusoire. Le public ne voue aucun culte à Maggie en tant que personne, mais acclame la violence. Ainsi, j’en viens à la seconde modalité de reconnaissance : le désir de reconnaissance affective. En effet, j’essaie de démontrer que la reconnaissance, qui lie les deux héros du récit, est véritable car réciproque et sincère. Pour le moment, cette partie ne me semble pas bien agencée dans sa structure interne. Les sous-parties ne me semblent pas pertinentes… Cette partie devra tout de même intégrer le rejet de la famille vis-à-vis de Maggie, et la prise de conscience progressive de cette dernière. Maggie finira par rejeter sa propre famille, comprenant qu’elle n’était qu’une banque à leurs yeux. Le second point à aborder m’est venue lors de la lecture de la théorie de Axel Honneth. Il explique que la reconnaissance est avant tout un acte, autrement dit elle est caractérisée par des gestes expressifs. Or, la relation de Frankie et Maggie est justement fondée sur la preuve affective, plus que sur la parole. Pour la troisième partie, j’en viens à dénoncer les limites de ce besoin de reconnaissance. En effet, cette quête mène Maggie à la Mort. Elle est motivée, portée par quelque chose qui la dépasse totalement. C’est pourquoi cette partie portera sur la pulsion –  qui fera référence à Freud. Je finirai mon mémoire en dénonçant l’aliénation de Maggie qui vit, et fait des choix en fonction du regard des autres. Cependant, sur son lit de mort, Maggie parvient à se détacher de ces regards. Elle prend donc la décision ultime de sa vie, mettre fin à ses jours, libérée de toute pression…

Bien que la structure narrative s’ajuste, s’affine de plus en plus, elle est encore amenée à évoluer. Je dois encore la confronter à la réalité de la rédaction… Alors, au travail!

Camille Nivat

Memories, you talk about memories

puzzle-394144_960_720

Consigne : « Mon mémoire, un montage narratif ».

Il faut avouer qu’à l’annonce de la consigne de ce billet, je suis restée coite. En pleine rédaction du mémoire, il est encore difficile d’avoir le recul nécessaire pour expliquer la structure logique de l’argumentation. Je peux, toutefois, expliquer ce que je cherche à construire. Comme les précédents articles ont pu le présenter, mon mémoire se penche sur l’Homme et la machine, plus précisément sur une définition de l’Homme à travers la machine. Comment la machine (les réplicants de Blade Runner) permet-elle à l’Homme de se définir ? En me fondant sur Sophocle et la comparaison des paradigmes (l’animal, l’homme et la machine) mon mémoire devient le lieu de la comparaison des réplicants et de l’homme.

J’ai longtemps tâtonné afin de trouver une logique d’argumentation qui à la fois justifierait ma démarche et l’expliciterait. Je me devais de justifier ma méthode de travail, de décrire les deux paradigmes que je comparais à travers le film et de développer la comparaison elle-même. Ce montage argumentatif a été au début inconscient, mais je n’arrivais pas à lui donner ce fil rouge qui assurerait une lecture fluide. J’ai donc décidé de suivre la contrainte de la comparaison : explication du principe, description des réplicants et des hommes de Blade Runner et enfin de la comparaison elle-même (ce que l’Homme retrouve de lui-même en se confrontant à la machine).

Cependant, l’étape la plus délicate sera de l’écrire cette comparaison !

Julie T

Au pied du mur

billet
(cc) 20/12/15 Jeanne Vidal-Giraud

Consigne : « Mon mémoire, un montage narratif ».

Retours en arrière et flash-back sont devenus monnaie courante dans l’élaboration de mon mémoire. L’intrigue, qui doit se terminer par le rendu de celui-ci, emprunte une voie incertaine dans laquelle se dessinent mille chemins de traverse. Contrairement à l’oiseau dans le film ayant bâti son nid en hauteur et profitant d’une vue d’ensemble sur la situation, je peine encore à monter les interminables marches du palais royal de Tachycardie sans passer par l’ascenseur. Mes différentes lectures remettent en question et redéfinissent mon plan, m’obligeant sans cesse à revenir sur mes pas pour assurer mes arrières.

Tenter de ne pas s’enfermer dans une idée, élargir notre champ de possibilités et prendre de la hauteur. Il ne s’agit plus de voir comment fonctionne le film. Il faut savoir ce qu’il dit et apporter un point de vue détaillé et justifié sur ce discours. Dégager des pistes, des idées, les agencer de manière logique dans un plan et défendre chacune d’elle. Au fil de mes lectures, un phénomène nouveau se produit, mes idées se relient entre elles, j’aperçois des connexions que je n’avais encore jamais faites. La définition des termes de mon mémoire me permet de voir les liens, les enchaînements logiques et narratifs entre ces derniers. Les idées principales de ma recherche s’agencent dans le but de répondre à mes interrogations. Je gravis les étages lentement mais sûrement, prenant de plus en plus de hauteur par rapport à mon sujet et discernant de mieux en mieux les tenants et les aboutissants.

Jeanne Vidal-Giraud

Des images, des figures

rio_bravo
Rio Bravo, Chance et Feathers

Consigne : « Mon mémoire, un montage narratif »

Actuellement en pleine remise en question de ma problématique et de mon plan, les mots « montage narratif » me parlent beaucoup. C’est effectivement ce que je souhaite faire : raconter une histoire, poser une question et raconter le cheminement qui mène (peut-être ?) à la réponse. Le petit problème est d’être sûre de l’histoire que l’on souhaite raconter. Il faut faire attention à la narration, ne pas se perdre dans des questionnements trop éloignés ou trop abstraits et choisir une problématique assez large pour pouvoir tout de même raconter et répondre à certaines questions, du moins celles qui nous intéressent le plus.

Le plan que l’on doit élaborer pour notre mémoire peut donc être une sorte de montage narratif où l’on y donne les éléments nécessaires à la compréhension du film. Ces éléments s’accumulent sur mes feuilles, mes notes, des livres, des images du film… Je dois à présent les mettre en tableau afin d’y voir un peu plus clair, c’est comme prendre des images dispersées et trouver un ordre afin de raconter sa propre version. Et bien sûr arriver à trouver et placer les éléments narratifs dans le bon ordre afin de former le fil conducteur de mon histoire, l’analyse de Rio Bravo.

Marion Souquet