Objectif mémoire !

alix grinsell 20/11/2015
alix grinsell 20/11/2015

 

Consigne : « Ma problématique, un casse-tête chinois ».

Après avoir passé un certain temps à lire des livres en tout genre, bons comme moins bons et une fois l’axe de réflexion choisi, la question de la problématique se pose : mais comment la trouver ? Comme son nom l’indique, la problématique pose un véritable problème. Comment, pourquoi, en quoi ? Il faut qu’elle mette en avant toute les interrogations soulevées lors de cette première phase de réflexion. Une bonne problématique est capable de lier tous les axes du mémoire.

Dans un second temps j’ai pris le temps de m’entretenir avec des personnes, issues ou non du milieu du cinéma. C’est cette étape-ci qui m’a permis une meilleure appréhension du sujet, j’ai ainsi pu démêler les thèmes les plus importants de ma réflexion, ce qui m’a aidé à élaborer une problématique pertinente.

Pour ma part, le sujet dont je souhaite parler dans mon mémoire est explicite. Lorsqu’on regarde le film  Bonnie and  Clyde on ressent une véritable admiration envers eux, ce sont de vrais héros modernes. Ils sont à la recherche d’une liberté mais d’une liberté peu commune : une liberté destructrice car ils y trouveront  la mort.

J’ai donc souhaité traiter la question : comment Arthur Penn utilise-t-il le personnage de Clyde pour offrir une liberté à Bonnie ?

Alix Grinsell

De l’ordre dans mes idées

(cc) Maelys Gosset 19/11/2015
(cc) Maelys Gosset 19/11/2015

 

Consigne : « Ma problématique, un casse-tête chinois ».

L’élaboration de ma problématique a été une étape importante afin de préciser mon raisonnement et de me focaliser sur l’essentiel. En effet, je me suis engagée une première fois sur un sujet trop complexe pour moi et impossible à aborder en si peu de temps :

Comment Lincoln, comme l’exaltation du leader politique américain, serait-il le signe d’une remise en cause de la Démocratie, de l’Egalité et de la Liberté des Hommes ?

Il m’a été très difficile de rester focalisée sur un sujet face au flot d’informations et d’études très intéressantes que j’ai pu découvrir grâce à ce projet de mémoire.

Un entretien avec mon directeur de mémoire m’a aidée à ouvrir les yeux sur mon éparpillement et mon emballement à l’idée d’écrire sur tout ce que j’avais pu lire au sujet de mon hypothèse : Lincoln, le mythe de la figure tutélaire présidentielle américaine. Je me suis donc concentrée sur l’essentiel, mon hypothèse de lecture principale et le thème de la Liberté. Ce qui m’a amenée à :

Lincoln remet-il en cause la Liberté des Hommes à travers l’exaltation du leader politique américain?

Une question principale qui me permet d’articuler mon raisonnement en trois axes et qui interroge à la fois la construction narrative et esthétique du mythe présidentiel dans cette œuvre de Steven Spielberg, la position tutélaire du Président américain dans le film et dans la société américaine, et enfin la conception universelle de la Liberté face à la tentation des citoyens de privilégier l’accès à la paix et à la sécurité que concède un souverain.

Maelys Gosset

Pop culture chez Godard

(cc) Adélaïde Michel (23/11/2015)
(cc) Adélaïde Michel (23/11/2015)

 

Consigne : « Ma problématique : un casse-tête chinois ».

Dans mon Travail Préparatoire à la Recherche je proposais l’an dernier la problématique : « Comment Jean-Luc Godard, dans Pierrot le fou, utilise-t-il l’art et la littérature pour se détacher du langage cinématographique classique ? » Une problématique maladroite, qui me permettait d’englober des aspects aussi bien esthétiques que narratifs. Cette année, c’est lors d’un séminaire de Frédéric Gimello-Mesplomb, Professeur à l’Université d’Avignon, que la question de la culture populaire m’est revenue à l’esprit. Mes études en Sciences de l’Information et de la Communication et des cours sur les cultural studies suivis en Allemagne m’avaient déjà fait aborder le dilemme entre culture savante et culture populaire, que je souhaite aujourd’hui mettre en perspective dans le travail de Jean-Luc Godard.

Si le cinéma s’affirme parmi les arts populaires, les films de Godard sont très souvent qualifiés de cinéma « élitiste ». Mes lectures me le confirment : par sa forme et les références à l’art et la littérature qu’il véhicule, Pierrot le fou n’y échappe pas. Godard pourtant emprunte aussi à la culture populaire, détournant entre autres la bande dessinée et l’imagerie publicitaire. Jean-Paul Belmondo est, lui-même, une légende du star system. C’est à partir d’une armée de questions (puis-je vraiment qualifier le cinéma de Godard d’élitiste ?), de concepts (Adorno et les industries culturelles) et de mots-clés que j’essaye aujourd’hui de dresser ma problématique. C’est cette dualité que je cherche à questionner. Et qui prendra, très prochainement, la forme tant attendue d’une question unique.

Adélaïde Michel

Que la Force soit avec toi pour ta problématique !

Consigne : « Ma problématique, un casse-tête chinois »

Un Rubik’s cube. C’est plutôt à cela que me fait penser la problématique de Thelma et Louise : assembler des mots-clés dans le bon ordre pour qu’à la première lecture, on puisse lire des phrases logiques, semblant évidentes, montrant ainsi qu’on maîtrise bien son sujet d’entrée. Pour le film de Ridley Scott, la liberté est bien évidemment l’un des termes principaux, mais nous devons également y retrouver « femme », « road-movie » et « américain ». A l’heure où ce billet est écrit, cette problématique commence à prendre forme, mais il reste précisément la question essentielle, à savoir trouver la phrase d’accroche sur la condition de la femme aux États-Unis à l’époque du film, tout en la raccrochant au thème de la liberté.

Mais l’idée serait de commencer par la fin, en se concentrant sur le plan où la Ford Thunderbird vole tel un oiseau dans les airs, pour remonter ensuite la chronologie du film et tenter d’expliquer comment les protagonistes en sont arrivées là. Il ne faut pas non plus oublier de situer le film : en effet, nous sommes en 2015, et l’action du film se déroule en 1991, ce qui suppose une référence au contexte socioculturel de l’époque. La difficulté réside donc dans le fait qu’il faut simplement poser les bonnes questions sur les raisons du choix de ces deux femmes pour qu’on puisse, pour en faire une véritable problématique, aller un peu au-delà de la notion de « qu’est-ce qui les anime ? » Alors on ne baisse pas les bras, et on s’y remet dans la joie et la bonne humeur !

Vincent Duquennoy

Telle est la question

photo billet problématique
(cc) Camille Coquereau (23/11/2015)

 

Consigne : « Ma problématique, un casse-tête chinois. »

L’homme qui tua Liberty Valance regorge de thèmes à étudier. Après une année passée sur la Loi, c’est la haine de soi que j’étudie à présent. Celle-ci, que l’on peut voir surgir à travers le personnage éponyme, éclate également en Tom Doniphon, que je considère comme le héros du film. J’ai donc travaillé sur ce thème et un plan a émergé, assez rapidement. La problématique, quant à elle, reste introuvée. J’aimerais parler de cette haine que ressent Tom Doniphon et mettre en avant l’affrontement entre sa nature et sa culture. Sa culture, c’est celle d’un homme de l’Ouest, un cowboy. Cependant, suite à l’arrivée de Stoddard, venant de l’Est, cette culture est remise en question et Stoddard répand peu à peu la sienne. Ainsi, Doniphon, coincé face à une culture qu’il ne comprend et ne maîtrise pas, s’isole et fait exploser ses pulsions de haine envers lui-même.

Comment parvenir à formuler cela ? C’est actuellement ce sur quoi je travaille. Après avoir mis à plat les axes que je souhaite aborder dans mon mémoire, mon plan s’est formé. L’idée qui le guide est celle qui est expliquée ci-dessus. Néanmoins, impossible pour moi pour l’instant de la formuler en mots, en problématique. Je dois rencontrer mon directeur de mémoire bientôt. Suite à cela, j’espère avoir la confirmation que mon plan tient la route et, ainsi, pouvoir voir avec lui si l’idée que je souhaite problématiser est envisageable.

Camille Coquereau