Contemplation fascinée, une ode à Marianne Renoir

(cc) Adélaïde Michel (25/10/2015)
(cc) Adélaïde Michel (25/10/2015)

« Une femme peut très bien tuer plein de gens, c’est pas parce qu’elle a des seins ronds, des cuisses douces qu’elle ne peut pas massacrer tout le monde si elle le veut. Pour rester libre, pour se défendre. »

Marianne à Ferdinand dans Pierrot le fou, 1965

Consigne : “Mes personnages & moi”

Souvent Marianne m’impressionne. Je ne dis pas qu’elle me fascine, me surprend, encore moins qu’elle m’étonne. Je tiens au verbe impressionner car il rend à Marianne son caractère de muse. Outre le fait qu’Anna Karina qui incarne le personnage de Marianne, soit elle-même la femme et la muse de Jean-Luc Godard et qu’elle soit présente dans une dizaine de ses films Marianne est aussi Renoir. Elle porte le nom de l’artiste impressionniste Auguste Renoir et de son fils le cinéaste Jean Renoir. Elle placarde son appartement de cartes d’art et de reproductions de tableaux. Elle porte en elle la spontanéité de la création artistique. Elle agit et vit en suivant ses propres envies, et pas une seule fois elle ne se laissera contraindre par la société bourgeoise consumériste.

Elle représente aussi une icône fétichisée de la femme, à double tranchant. Elle est à la fois femme fatale, sexualisée : « Je trouve que tes jambes et ta poitrine sont émouvantes » lui dira Ferdinand ; mais elle reste pourtant associée à une connotation infantilisante — par l’ours en peluche qu’elle promène, notamment. Pour tout cela Marianne représente une femme énigmatique, enthousiaste, meurtrière peut-être, mais en tout cas, une femme résolument contemporaine.

Adélaïde Michel

Million Dollar Maggie

(cc) Camille Nivat 26/10/15
(cc) Camille Nivat 26/10/15

Consigne : « Mes personnages & moi »

Maggie ? Frankie ? Sans oublier Scrap ? Après avoir passé autant de temps à leur côté, il devient difficile de ne privilégier qu’un personnage. A croire que tous, à leur façon, ils me touchent, ils me ressemblent, ils me fascinent. Mais quitte à n’en choisir qu’un, le héros qui m’est le plus cher n’est autre que Maggie. Ses interrogations personnelles sont bien plus proches de celles que j’ai eu à me poser par le passé ou de celles que j’aurai à me poser à l’avenir. J’ai énormément d’admiration pour sa détermination – à tel point que j’en ai fait le sujet de mon mémoire. Maggie sait clairement ce qu’elle veut et se donne les moyens d’atteindre ses objectifs, en balayant d’un revers de main les rejets, les brimades ou bien encore les remarques machistes. De plus, en parallèle de cette volonté à toute épreuve, Maggie reste quelqu’un d’extrêmement humain, sensible, spontané et, d’une certaine façon, fragile. Et c’est par ces aspects que l’identification est possible.

Million dollar Baby joue énormément sur la complémentarité entre force et fragilité. Cette complémentarité apparaît au travers de la relation entre Maggie et Frankie, qui peut se définir de deux manières distinctes. Tout d’abord, le rapport entre entraîneur et boxeur. Dès le début de leur entente sportive, Frankie met les choses au clair. Maggie ne doit pas se plaindre, ni même pleurer. Elle ne doit pas laisser paraître sa faiblesse, mais se démener à chaque instant. De plus, le choix de la boxe n’est pas anodin. En effet, il s’agit d’un sport qui se base sur une violence explicite, très visuelle. Par la suite apparaît le rapport entre père et fille. Frankie va donner une place toute particulière à Maggie – ceci va passer par des marques explicites d’affection et de tendresse. Mais aussi par le terme gaëlique, Mo Cuishle (Ma Chérie, Mon Sang). Maggie, malgré toute sa détermination, reste en manque de repère parental. Son père est décédé alors qu’elle était encore enfant. Sa mère, quant à elle, ne cesse de la critiquer, et désapprouve ouvertement l’amour de Maggie pour la boxe. Selon elle, Maggie devrait se trouver un mari et avoir des enfants. A mes yeux et au vu de cette remarque, cette complémentarité peut être poussée encore plus loin. Jusqu’à une complémentarité entre masculin et féminin…

Camille Nivat

Thelma et Louise : des personnages à double facette

Consigne : « Mes personnages & moi »

Analyser l’histoire de deux femmes qui prennent une revanche sur leur vie  et acquièrent leur indépendance à travers un périple sur les routes américaines. Pourquoi pas ? Surtout quand on est un homme ne connaissant pas ce genre de problèmes, à savoir se faire respecter dans un monde tournant autour de la testostérone masculine, lorsqu’on en est complètement démunie. Car aujourd’hui, la femme dispose de plus de ressources pour se faire respecter, contrairement à celle de l’époque du film, à savoir les années 80-90. C’est surtout en cela que le film m’a touché et fasciné, ces personnages « englués » dans leurs vies : l’une au foyer, soumise, l’autre serveuse dans un bar miteux, qui s’émancipent pour se découvrir une nouvelle personnalité, depuis longtemps enfouie à l’intérieur d’elles-mêmes.

Et cette émancipation, elles vont l’obtenir en reproduisant les codes de la gent masculine pour adopter finalement un comportement conventionnellement rattaché à des valeurs masculines. Au début, l’émancipation passe par les armes, car c’est avec un pistolet que tout commence. Les armes, symboles de la virilité, furent inventées par les hommes pour imposer leur pouvoir par la violence. Puis l’émancipation se manifeste par l’évolution des vêtements : au début Thelma est habillée avec une jolie robe blanche pour finir vêtue d’un jean et d’un tee-shirt pourvu d’une tête de mort. Les actrices jouent également sur leur physique pour se faire respecter car ce sont des femmes qui ont une certaine carrure, avec notamment Susan Sarandon qui rappelle beaucoup Ellen Ripley dans « Alien ». Le final du film représentant le saut dans le vide pourrait provoquer un sentiment d’empathie, mais il représente la victoire de ces femmes sur le monde masculin dont elles se libèrent pour toujours.

Vincent Duquennoy

L’oiseau et moi

photo billet
(cc) Jeanne Vidal-Giraud (26/10/2015)

Consigne : « Mes personnages & moi »

Le roi et l’oiseau est un dessin animé qui m’accompagne depuis mes 4 ans. J’ai  passé des périodes plus ou moins longues sans le voir, mais ce film a toujours croisé ma route de façon régulière, jusqu’à devenir mon sujet de mémoire. Quand j’ai commencé à réfléchir aux personnages créés par Paul Grimault et Jacques Prévert et à ma relation avec eux, je me suis dit que ce qui caractérisait cette relation, c’est que ceux-ci m’accompagnaient depuis ma plus tendre enfance. Que je sois triste, heureuse, que je m’ennuie ou que je sois en colère, Le roi et l’oiseau étaient toujours là.

J’ai 6 ans. L’oiseau c’est mon grand frère, le roi c’est notre nounou tyrannique, les lions ce sont mes cousins. J’ai 12 ans. Le roi je l’ai retrouvé dans les professeurs que j’ai détesté, l’oiseau dans le cancre de la classe, la bergère et le ramoneur c’est les premiers amours de cours de récré. J’ai 16 ans. La bergère? Dois-je vraiment m’identifier à la bergère? C’est ça la vie? Choisir entre le roi et le ramoneur? Entre le méchant et le bon garçon? A l’époque c’était ça pour moi. Quand j’ai eu 18 ans et que j’ai obtenu le droit de vote, j’ai vu le roi partout, et l’oiseau aussi. J’ai compris ce qu’on appelle le « charisme », j’ai compris que les discours et les promesses pouvaient conquérir les foules. Maintenant que je les retrouve à 21 ans, je les trouve toujours aussi beaux. Et finalement, je ne sais toujours pas si je dois croire l’oiseau aveuglément, si l’automate va nous sauver, ou même si je dois choisir le roi ou le ramoneur. Une chose est sûre, il m’accompagneront encore longtemps, et je ne cesserai de les redécouvrir.

Jeanne Vidal-Giraud

It’s time for a cow-boy to dream

Consigne : « Mes personnages & moi »

Je distingue trois étapes dans ma manière d’appréhender les personnages du film Rio Bravo. Tout d’abord, c’est grâce à eux que j’ai choisi d’étudier ce film. L’ayant vu étant petite, je me rappelais particulièrement d‘une scène, celle où le shérif Chance et ses trois compères, Dude (l’alcoolique), Stumpy (le boiteux) et le jeune Colorado chantent ensemble dans la prison. Ces personnages font partie de mes souvenirs d’enfance et c’est de la tendresse que j’éprouve à leur égard, ils n’ont pas vieilli, moi oui, et après les avoir admirés étant plus jeune je vais pouvoir à présent les étudier.

Au cours de la rédaction du mémoire, cette admiration pour les personnages a peu à peu laissé place à un sentiment d’empathie. En les étudiant je me suis rendu compte qu’ils n’étaient pas que des héros de western ou des personnages comiques mais des hommes blessés, faibles et manquant de confiance en eux… Le mythe du cow-boy s’effondre (et c’est tant mieux). Lorsque je revois le film je ne peux m’empêcher de sourire lorsqu’ils partagent un moment ensemble, ce sont comme de vieux amis dont j’aurais pris soin pendant un an.

De tous les personnages du film, seul un m’a un peu déçue sans que jamais je n’ose le lui avouer. C’est le personnage principal, Chance. Peut-être parce que j’ai appris que l’acteur était engagé politiquement auprès des Républicains, ou peut-être parce qu’il est celui des personnages qui se livre le moins, le plus fier. Oui mais cet acteur c’est John Wayne, le héros des westerns, charismatique et imposant, et je ne peux pas lui en vouloir.

Marion Souquet