Ça tire…

« Mon travail de recherche, alors… heureux? »

Le résultat de mon travail préparatoire à la recherche m’avait conforté dans l’idée qu’il était aisé d’analyser un film. Il suffisait de prendre son temps, de visionner des films, lire un peu, écrire deux trois idées qui passaient par là, puis recracher quelque chose qui s’apparentait à une analyse décousue. Or, un mémoire, ce n’est pas la même. Les conditions de travail restent similaires, certes, mais  le résultat doit être structuré, souple. Il s’agit de s’adresser à un lecteur et le guider dans sa réflexion. Cette souplesse que je pensais acquise ne l’était pas, et quand il a fallu s’y mettre, ça a tiré…

Aujourd’hui, je ne suis toujours pas contorsionniste, mais j’ai compris à quoi servent les exercices : il s’agit d’avoir une écriture claire et précise, et d’éviter tout « blablatage » (ce qui n’est pas le cas de ce billet, nous sommes d’accords). Mais, tout de même, je suis fier lorsque je relis mon travail. Non pas fier du résultat, mais fier de voir où sont mes failles. Mes erreurs me sautent désormais aux yeux et je pense que ça, c’est le plus grand des acquis.

Tristan Leyri

Mes adieux à Madame

« Mon travail de recherche, alors… heureux ? »

(cc)Lucile Moyano(21/02/2015)
(cc)Lucile Moyano(21/02/2015)

 Mon film et moi étions devenus amis. Je lui avais rendu visite plusieurs fois au cours de l’été, alors que notre travail préparatoire de recherche avait pris fin et que nous nous apprêtions à plonger ensemble vers une problématique plus personnelle. A la rentrée suivante, je me rappelle avoir eu le sentiment de prendre mon film par la main afin de l’emmener où bon me semblait. Cette marche autonome me rendait heureuse, comme la perspective de me lancer dans une écriture qui parlerait de moi autant que de l’objet cinématographique. Aujourd’hui encore, j’ai l’impression ténue mais bien présente que mes vingt années passées dans le circuit scolaire doivent s’illustrer dans ce mémoire.

Normal alors que la pression soit si forte, que je possède à quelques jour du rendu final le sentiment de n’avoir pas fait de mon mieux. La malédiction du chercheur ? Il m’aurait encore fallu un an, peut-être plus, pour tout lire, tout connaître et tout questionner. Continuer à trier et à filtrer, afin que ce mémoire soit le plus pur et le plus concentré possible. Cependant je ne pense plus être capable d’aller plus loin, car j’ai perdu patience. Ma directrice de mémoire me dit que ce travail de recherche nous rendra fiers toute notre vie et je la crois. Mais je suis désormais pressée d’utiliser la rigueur et la méthode apprivoisées au cours de ces deux ans dans des productions différentes. Je suis heureuse de refermer la porte de ce monde en noir et blanc pour me diriger vers des horizons plus créatifs.

Lucile Moyano

La lumière au bout du tunnel

Consigne : Mon travail de recherche, alors… heureux ?

Lorsque je suis entrée en deuxième année de master, je savais que l’un des gros travaux serait celui du mémoire. Dès la rentrée, nous avons été mis dans le bain par l’annonce des noms de nos directeurs de mémoire qui allaient suivre notre travail tout au long de l’année. Après avoir passé un an sur le film de Woody Allen, « La rose pourpre du Caire » il fallait se replonger dedans, trouver de nouvelles idées. A ce moment précis, j’avais vraiment l’impression d’avoir tout dit dans mon Travail Préparatoire de Recherche. L’autre crainte, pour ce travail de mémoire, était de devoir lire beaucoup de livres, des livres abordant des thèmes que je ne maîtrisais pas (philosophie, psychanalyse etc.). Malgré cela il fallait que j’avance !

 Aujourd’hui, à la fin de cette aventure, toutes mes craintes ont été surmontées : des nouvelles idées sont nées, des livres sont lus et la rédaction est presque terminée, j’en vois enfin le bout ! Reste encore à s’accrocher pour cette dernière ligne droite.
Ce mémoire m’aura permis de confirmer mon envie de rentrer dans la vie active et de sortir du cadre universitaire. En effet, même si ce travail de mémoire s’est bien déroulé et qu’il m’a paru intéressant, je sens que j’ai besoin de faire des choses qui me paraissent plus concrètes dans un cadre plus professionnel.

Laëtitia

C’est la fin.

Deep End_01Consigne : Mon travail de recherche… alors, heureux ?

Le rendu du Travail Préparatoire à la Recherche a été pour moi une source de satisfaction intense : réussir à créer une analyse filmique sur un film qui nous tient à coeur et rendre un travail qui nous contente, malgré quelques incohérences, est très gratifiant. Ainsi, quand il a fallu se replonger dans le film, une question me taraudait : vais-je réussir à recréer de toutes pièces un mémoire d’une trentaine de pages sur un sujet dont j’ai l’impression d’avoir déjà fait le tour ? Ai-je acquis assez de compétences durant mes années d’études pour être capable de réaliser moi-même un mémoire ? Pour moi, la réponse était évidente : non, je n’en étais pas capable.

Aujourd’hui, à l’aube du rendu du mémoire, mes doutes, fort heureusement, se sont envolés. Je l’ai fait, j’en étais capable. Et plus encore, je me suis découvert des compétences que je ne soupçonnais pas, notamment au niveau organisationnel. Je suis une personne très organisée dans la vie de tous les jours, mais le nombre d’ouvrages à lire et de films à regarder pour mon mémoire m’inquiétait : comment s’organiser avec une telle quantité de documents ? Au final, cela s’est fait naturellement et m’a permis un gain de temps et d’énergie considérable. Je vais rendre un travail qui m’aura pris deux ans, mais dont, malgré tout, je suis fière.

Tiphaine Robion

Une réponse sans question…

Seule face à la difficulté - Rosetta
Seule face à la difficulté – Rosetta

Consigne: ma problématique, une odyssée!

On parle d’une « odyssée » pour qualifier les périples qu’une personne vit ou effectue. Définir une problématique c’est un peu ça. Si je m’en réfère à la méthodologie, une problématique c’est « poser une question à partir de laquelle un plan doit découler ». Elle se construit par tâtonnement, par des allers-retours entre l’intuition et les lectures, entre la théorie et les faits ». En théorie, l’exercice semble plutôt simple, et pourtant ! L’objet de mon travail jusqu’à présent a été le réalisme du film Rosetta, des frères Dardenne. A la limite du documentaire, le film est composé d’images simples, épurées mais puissantes. Si ce réalisme éveille mon intérêt c’est parce qu’il s’appuie sur un désir de présenter le quotidien en l’état, avec un personnage fort auquel je peux m’identifier. Rosetta ne ment pas, elle « fait du spectateur un témoin de la réalité ».

Cette année j’ai décidé de préciser l’objet de mon travail en le rapprochant d’un courant cinématographique datant de l’après-guerre : le néoréalisme italien. Le cheminement jusqu’ici a été plutôt simple. Si Rosetta, et l’œuvre des frères Dardenne en générale, sont reconnus pour leur aspect réaliste, ils sont fréquemment comparés au néoréalisme italien. Les frères Dardenne avouent d’ailleurs s’en être très inspirés. Mon travail va ainsi consister à montrer en quoi Rosetta se rapproche tant de ce courant. Pour cela, je dois avant tout définir avec justesse une problématique dont la formulation marquera la fin d’un périple. Car si aujourd’hui je connais la réponse, sachez que je cherche encore la question…

Coline Cesbron