Ma problématique: une quête!

Alison Goizet (18/01/2015) cc
Alison Goizet (18/01/2015) cc

Consigne : Ma problématique, une odyssée!

Le Labyrinthe de Pan était un choix personnel. Je savais que ce film m’accompagnerait pour le pire comme pour le meilleur pendant deux années d’étude. Ma problématique, quant à elle, à été plus difficile à définir. J’étais très intéressée par l’originalité du film, c’est-à-dire, faire parler une enfant pour raconter des événements atroces, tels que la guerre, l’oppression… Puis, suite à mon TPR, je trouvais cette problématique trop évidente pour faire l’objet d’une analyse. J’ai donc décidé de la changer en me concentrant sur un point qui, au début, me semblait n’être qu’un détail. De plus, cette problématique est un challenge pour moi car elle me pousse à creuser le film sous différents aspects et, pour une fois, ne pas aller vers la simplicité. Finalement, je me suis arrêtée sur la problématique suivante : Le Labyrinthe de Pan, ou comment, à travers un monde onirique et symbolique, se manifeste la quête du père d’Ofelia?

De manière pragmatique, je me suis tout d’abord tournée vers la fonction de conte que possède le film sans creuser davantage. Après une remise en question et les conseils de mon directeur de mémoire, j’ai décidé, tout en conservant en ligne directrice le conte, de me pencher sur l’esthétisme du film, sur son aspect philosophique et psychanalytique ainsi que sur sa structure cyclique. C’est ainsi que j’ai réussi à rédiger ma problématique et un plan développé et structuré.

Goizet Alison

Ce que Madame n’est pas

dualité MadameConsigne : Ma problématique : une odyssée !

Madame porte la culotte n’est ni une comédie musicale, ni la captation d’une pièce de théâtre, ni une fiction dont le thème serait lui-même en lien avec le show-business. Mais à travers tout un éventail de procédés théâtraux et spectaculaires, ce film expose « sous les projecteurs » des vies ordinaires et en dévoile les côtés sombres, hypocrites, ridicules. L’exagération avec laquelle est plantée la diégèse place alors le spectateur dans une situation de mise à distance. Pourquoi réaliser un film qui ne prétend pas enfermer de A à Z son public dans l’illusion d’une réalité ? L’utilisation d’éléments théâtraux et artificiels est-elle une manière de souligner la critique sociale présente dans cette fiction ? Répondre à ces questions me permettra peut-être de saisir ce que Cukor pointe malicieusement du doigt à l’aide de ses meilleurs atouts artistiques.

Même si le film étudié se nomme Madame porte la culotte, même si son héroïne est une avocate bien décidée à faire entendre la cause des femmes, j’ai su très vite que mon analyse cinématographique ne se centrerait pas sur le féminisme. Quelque chose d’autre a attiré mon attention, quelque chose qui permet subtilement de mettre à distance les propos des personnages avec la manière de les recevoir en tant que spectateur. Un décollement. J’ai alors concentré mon attention sur la multitude d’indices qui faisaient faire à mon esprit un détour par le monde des arts, avant de revenir à celui du mariage et de la justice.  Jusqu’à il y a peu, les sourires des personnages de Cukor me narguaient alors que je m’échinais à mettre en mots mes intuitions sur cette comédie. Aujourd’hui, je réalise qu’il s’agit d’exprimer un lien, ou plutôt ce qui le motive, entre ces multiples éléments « anti-cinématographiques » et cette dénonciation implicite des conduites dépeintes dans Madame porte la culotte.

Lucile Moyano

Problématique planifiée

Consigne : Ma problématique, une odyssée 

David Cronenberg a réalisé une œuvre qui, comme tout bon film, connaît plusieurs angles d’approches. Il faut savoir que tous les thèmes abordés m’intéressent : l’identité, l’organique, l’univers et bien d’autres… Le problème est de savoir lequel choisir. Je me suis alors penchée sur le travail de David Cronenberg et me suis demandée ce qu’il souhaitait nous révéler à travers ses films. Ainsi le rapport au corps m’a sauté aux yeux. Il m’a donc semblé intéressant de creuser les moyens mis en œuvre pour traduire ce rapport si particulier. J’ai donc dû faire un choix qui s’est arrêté sur « Par quelles stratégies David Cronenberg redéfinit-il le corps au       cinéma ?». Finalement j’ai réussi à me réorienter vers une problématique en prenant du recul. Cette dernière permet la réalisation d’un travail plus en profondeur.

La démarche n’a pas été facile car le mot « comment » s’avérait plus handicapant que prévu. En effet, toutes les hypothèses qui me paraissaient plausibles commençaient par cette formulation. Ce n’est qu’après avoir terminé mon plan de mémoire que la problématique m’est apparue. Il fallait un sujet qui me permette de couvrir plusieurs points importants tout en restant pertinent. Ainsi j’ai choisi de m’orienter vers les métamorphoses du corps livrées à l’œil du caméraman, cela me permet d’aborder l’univers de David Cronenberg et son travail.

Soline Testard

Quand problématique rime avec tragique, comme solution à la rébellion

Consigne : Ma problématique, une odyssée !

Rébellion et tragédie dans Elvira Madigan de Bo Widerberg, voilà l’objet d’étude de mon mémoire. Je pense que la rébellion est essentielle dans ce film. En effet, elle englobe à la fois les actions des personnages et celles du réalisateur, l’histoire et le contexte, le bon et le mauvais côté des choses. Elle est donc au cœur de toute ma réflexion. La tragédie, quant à elle, m’intéresse parce qu’elle est le meilleur qualificatif de la rébellion du film. De plus, elle apporte avec elle une ouverture de la réflexion aux outils d’un art extérieur au cinéma: le théâtre. Elle implique également une manière particulière de faire passer un message fort à un public que le réalisateur désire voir actif.

Je vais donc tenter de déterminer quelles sont les implications de la cohabitation entre rébellion et tragédie dans le film Elvira Madigan de Bo Widerberg.  La rébellion est là depuis le début de mon travail sur ce film, parce qu’elle me semblait comme une évidence avant tout le reste. Son association avec la tragédie n’est que plus récente dans mon esprit. Mais c’était une évidence pour d’autres personnes que j’ai consultées pour ne pas m’enfermer dans des idées stériles ; une évidence parmi d’autres, comme l’amour ou la beauté. Mais après voir fait le tri, il se trouve que c’est celle qui, je pense, permettra d’aboutir à un travail novateur et fertile.

Elodie Chalumeau

L’homme et le mal : une relation banale

Consigne : Ma problématique, une odyssée !

J’ai toujours eu un certain goût pour les films noirs pessimistes qui dépeignent une vision obscure du monde et des sociétés. Les films d’Henri-Georges Clouzot, qui mettent en scène les différentes perversions dont les hommes sont capables, m’ont tous beaucoup plus. C’est pourquoi, à la fin de ma première année de master, après une étude générale de l’œuvre de Clouzot, j’avais déjà choisi d’orienter mon mémoire sur la question du mal. Cependant, cet objet d’étude étant très vaste, j’ai choisi de me concentrer plus précisément sur le mal à travers les hommes et leurs agissements. Je veux montrer que le mal est directement lié à la nature de l’homme.

C’est en faisant des recherches sur le mal et en discutant avec des amis et avec mon directeur de recherche que j’en suis arrivée à découvrir le concept de la banalité du mal. Je me suis alors renseignée sur Hannah Arendt qui pose cette théorie pour la première fois en 1966 avec la publication de son livre Eichmann à Jérusalem. J’en suis alors venue à m’intéresser au mal ordinaire et à la façon dont des gens ordinaires peuvent, ensemble, faire le mal. Car pour être efficace le mal a besoin d’être puissant, et il puise ses forces dans la quantité d’hommes médiocres agissant méchamment. Cela a fini par m’amener à m’intéresser à la philosophie de Sartre selon laquelle « on est ce que l’on fait » et ainsi à penser que les hommes peuvent se définir par leurs actes, et intrinsèquement par leurs actes mauvais.

Laetitia STOFFEL