Art Plastique

Lucile Moyano(10/11/2014)
Lucile Moyano(10/11/2014)

Consigne : C’est le bazar dans ma tête… (ou pas)

J’étais une enfant revenant de la plage, un seau brandit fièrement plein de trouvailles. Au cours de mes différentes salves de travail, les déclarations et les postulats extraits de mes recherches s’amoncelèrent en un texte, oui, mais sans pour autant y dessiner de structure particulière. Presque six mois plus tard je peux à nouveau considérer cette « collection » d’un œil neuf, ce qui me permet d’y déceler le juste et le plus précieux. Trier n’est plus une étape douloureuse, au contraire, elle est salvatrice. Un plan se dessine et je réalise quelle problématique était cachée là. Les différentes parties qui tenteront d’y répondre s’articuleront autour de concepts que je suis parvenue à faire remonter à la surface : théâtralité, spectaculaire, mise en scène sociale. Voilà les étiquettes à coller sur les tiroirs d’une nouvelle « boîte à trésors », pour y ordonner mes trouvailles et donner envie à un autre lecteur d’y plonger le nez.

Le dialogue me permet avec bonheur de sortir de la solitude de la recherche. Le professeur, l’ami, un autre cinéaste si l’on a un peu de chance : Ce sont ces regards croisés pleins de bienveillance et de conseils qui valident mes intuitions et consolident la forme que je modèle aujourd’hui. Gageons que la théâtralisation volontaire de la mise en scène de Cukor permet de mieux faire ressortir une critique sociale dissimulée. Si le processus rédactionnel se doit de partir du plus évident pour se rendre au plus complexe, je m’attèlerai d’abord à décrire les particularités de la forme, de la mise en scène, pour en expliquer les similitudes avec le monde du théâtre. Puis je me dirigerai vers la question sociologique soulevée au travers des personnages pour saisir ce que Cukor considère comme « authentique », et ce qu’au contraire il présente comme « artificiel ». Mon plan n’a pas encore de nom, son squelette est fragile. Néanmoins je présume qu’il suivra le modèle d’une mise en abîme entre les couches de la théâtralité et du spectaculaire vus à l’écran.

Remue-méninges, remue-ménage

Consigne: C’est le bazar dans ma tête… (ou pas)

La définition d’une nouvelle problématique pour mon mémoire n’a pas été une tâche aisée. Après de nombreuses lectures, les choses ont commencé doucement à se mettre en place dans ma tête. En effet, les ouvrages de Freud, Spinoza, Foucault et bien d’autres m’ont confortée dans l’analyse de l’enfermement dans le film « Kadosh ». Ils m’ont aussi offert de nouvelles pistes afin d’élargir mon sujet. Il sera donc question dans cette analyse d’une confrontation entre enfermement et liberté. Cependant des doutes me viennent, ne suis-je pas en train de m’égarer ? La multitude de concepts que je mets en avant afin de répondre à cette problématique ne va t-elle pas finir par me nuire ?

Toutes ces pistes ont permis de faire émerger une problématique quasi définitive. Maintenant il va falloir organiser tout cela, faire naître un plan fixe.  Il est temps de prendre les pistes une à une,  de lister les différents éléments de réponses qu’elles apportent à ma problématique. Une fois ce listage fait, je sélectionnerai les plus pertinentes et éliminerai de façon définitive les autres. Ainsi je pense pouvoir me consacrer pleinement au développement des points principaux et commencer leur rédaction.

A. DI CIOCCIO

Problème à tique

Consigne: C’est le bazar dans ma tête… (ou pas)

Au départ j’étais comme perdue ; après avoir brassé de multiples informations et avoir exécuté un travail de recherche de terrain (rendez-vous auprès de maîtres de conférences) et empirique (livres, internet, vidéos), je pensais avoir fait le maximum, et pourtant, quelque chose n’allait pas. En effet, il s’agissait de ma problématique dans mon TPR, qui se résumait en une phrase : de quelle manière l’organique est mis en exergue dans les travaux de David Cronenberg. En prenant du recul sur mon travail, j’ai alors compris que cette dernière était trop vaste et qu’au lieu de prendre pour fil conducteur l’organique, je le prenais pour thème. Ce qui changeait ma démarche puisque je n’apportais plus une réponse, je me contentais de prouver que ce dernier avait une place prépondérante dans les travaux de David Cronenberg en signalant systématiquement sa présence.

            Cette année, j’ai réfléchi à un plan qui me permette à la fois d’aborder ce sujet vaste et complexe tout en peaufinant ce dernier afin de pouvoir le développer avec plus d’efficacité. L’hypothèse est large et permet de faire un balayage du travail de David Cronenberg afin de parler de son univers si particulier. Ainsi, je pourrai prouver que l’organique est l’outil qu’utilise le réalisateur pour nous parler des sujets abordés. Cependant la réponse ne serait pas complète si l’on ne sait pas pourquoi, et qu’est-ce que cela apporte. Pour cela, j’ai donc choisi dans ma deuxième partie de prouver en quoi l’organique apporte un autre regard en comparant eXistenZ avec Minority Repport, de Steven Spielberg. Dans le second film, nous sommes confrontés à un monde technologique, contrôlé par les TIC et ces derniers prévoient même le comportement humain. Livrée à la merci des technologies, l’espèce humaine n’est plus vraiment organique : le protagoniste va se greffer de faux yeux, les patrouilles de police se font à l’aide de petit drones, jet pack… Autant d’éléments qui permettent d’entrevoir un futur bien différent que celui abordé dans eXistenZ et qui me permettront, en comparant ces deux univers, de souligner les possibilités de l’organique et de ce fait, son importance.

Soline Testard

Au bout du couloir

10380460_10203306812383741_2423447891731995630_o

Consigne: C’est le bazar dans tête… (ou pas)

Depuis que nous avons commencé les travaux de recherche autour de notre film, j’ai toujours eu l’impression d’errer dans des nuées aussi épaisses et envoûtantes que celles des fumigènes d’Apocalypse Now. Loin s’en faut pour que l’horizon soit bien dégagé mais quoi qu’il en soit, un chemin prend forme et les premières pierres d’un édifice solide semblent posées. J’hésitais jusqu’alors entre l’approche psychanalytique, philosophique ou encore anthropologique. Suite à nos échanges avec Franck Cormerais, mon directeur de recherche, je suis à présent convaincu de traiter mon sujet principalement avec un angle psychanalytique.

Alors que reste-t-il à faire ? Lire, lire et lire pour le moment. Yung, Freud, Nietzsche, Girard et bien d’autres. Un programme alléchant. Quoi qu’il en soit,  ce travail m’intéresse et ce n’est pas à contre cœur que des post-it de toutes les couleurs commencent à s’accumuler autour de mon bureau et de mon ordinateur. Peu à peu, mon plan s’affinera et je pourrai envisager plus sereinement de créer du contenu. Mais c’est encore trop tôt. Des bonnes résolutions ? Que ce travail demeure un plaisir.

 

Jonathan R.

La liste du Père Noël

La liste au Père Noël

Consigne: C’est le bazar dans ma tête… (ou pas)

C’est sans appel, c’est le bazar dans ma tête. Le travail préparatoire qui a été réalisé l’an passé apparaît maintenant comme un éventail de pistes. Il va falloir trouver un vrai axe de recherche dans cette chose qui, pour l’instant, ressemble plus à une liste du Père Noël qu’à une étude cohérente. Le corps, les études de genre, l’art, la religion, l’enfermement… « Voilà, c’est ça, l’enfermement sera mon sujet d’étude ! » Tout paraît simple quand on a une idée et qu’on pense savoir l’argumenter, mais une idée en soulève d’autres et on se rend alors vite compte qu’on est peut-être encore plus perdu qu’avant. Comment définir l’enfermement ? Le terme est-il vraiment approprié ? Est-ce une notion trop subjective ? Comment la lier au genre ?…

Pour mettre de l’ordre dans cette liste au Père Noël d’un enfant indécis, commençons par l’exposer à d’autres personnes pour avoir un avis extérieur. Effectivement, il manque quelque chose pour que tout s’organise. Faisons alors l’hypothèse que l’enfermement et le genre sont deux notions pouvant se rejoindre. Viens alors le moment de lire plus en profondeur des études faites sur le genre, par Judith Butler par exemple, et voyons où cela nous mène et si un lien peut être fait avec d’autres études. Il serait également important de voir en quoi chaque personnage du film peut vivre un enfermement, en listant les caractéristiques de chacun. Enfin, à partir de ces recherches, l’enfant indécis saura se raisonner et s’épanouira avec un unique cadeau… ou pas.

Sylvain R.