Entre Rêves et Réalité

Entre Rêves et Réalité - Laetitia Stoffel (20/10/2014)
Entre Rêves et Réalité – Laetitia Stoffel (20/10/2014)

En ce début de deuxième année de Master 2 Création Production Images, nous nous sommes regroupés autour de projets proposés par certains d’entre nous, dans le but de les porter le plus loin possible, en les développant, voire même en les produisant.

Mon choix s’est arrêté sur le projet de Tristan, car lorsqu’il nous l’a présenté en nous résumant le scénario qu’il avait déjà commencé à écrire, j’ai rapidement été touchée par cet univers à la frontière du réel, presque intemporel, dans lequel un jeune homme, Germain, se retrouve coincé entre ses rêves et la réalité à la suite d’un accident de voiture. Le personnage de Germain m’a également beaucoup séduite dans la mesure où je trouve qu’il incarne une profonde innocence, et pas seulement lors de sa jeunesse, mais tout au long de sa vie. Car en effet, un peu comme Le Fabuleux Destin d’Amélie Poulain, cette histoire, qui s’intitule La Vie en Négatif de Germain, retrace, comme son nom l’indique, la vie de Germain, depuis sa tendre enfance jusqu’à ses dernières belles années. Ce qui m’a également beaucoup touchée dans cette histoire, c’est ce voyage de Germain, le voyage de sa vie en fin de compte, qui montre que, d’une certaine façon Germain se cherche, cherche à connaître son identité, à savoir qui il est vraiment. Et cela se traduit à la fois par le fait qu’il prend des photos pour s’exprimer, qu’il se perd, et jongle entre ses rêves et la réalité, et qu’il suit l’Amour, au travers d’un personnage irréel pour trouver le chemin de sa vie. Cette histoire est aussi celle d’un homme qui refuse de grandir de façon plus ou moins inconsciente, puisqu’il vit dans une sorte de rêve éveillé dans lequel ses passions et ses jeux d’enfant le stimulent.

Maintenant que l’idée est posée, il ne nous reste plus qu’à commencer à travailler, et un long chemin se profile devant nous. En effet, puisqu’il s’agira d’un court-métrage de fiction, il faut accorder une très grande importance au scénario. C’est pourquoi dans l’immédiat nous nous focalisons sur la réécriture et l’approfondissement du scénario proposé par Tristan, à la fois pour que chacun d’entre nous s’approprie le projet, et pour que l’histoire tienne bien la route. Pour cela, il est important que nous cadrions davantage le sujet de ce film. En effet, la première ébauche de scénario proposée par Tristan évoque plusieurs thèmes, certes liés, mais bien différents. Or pour un court-métrage, il est important de se focaliser sur un seul et même thème. Nous avons donc passé plusieurs heures à essayer de déterminer quel était le sujet phare porté par cette histoire. Cela s’est traduit par l’écriture d’un séquencier assez différent de l’idée initiale (même si l’histoire reste relativement similaire), que nous allons transformer en scénario.

Par la suite, dès que le scénario sera proche de sa version finale, nous nous attaquerons à l’élaboration du plan de financement et du devis prévisionnel du projet. Même si nous ne pensons pas recevoir d’aides financières pour réaliser ce projet, nous attacherons un soin particulier à ce travail, car cela représente un excellent exercice de production et une concrète mise en situation pour nous, petits producteurs en herbe. En parallèle, nous réfléchissons également à des décors susceptibles de correspondre à l’atmosphère que nous recherchons pour réaliser les séquences. Nous cherchons également des personnes, dans nos connaissances, dans les lieux publics, etc. qui auraient des caractéristiques physiques intéressantes pour jouer les différents personnages qui interviendront dans ce court-métrage.

Tout cela représente une certaine quantité de travail qu’il va falloir réaliser avec rapidité et précision car nous avons prévu de tourner les séquences au cours du mois de janvier, ce qui ne nous laisse que deux petits mois pour tout organiser… Mais cela ne nous fait pas froid aux yeux, au contraire c’est un challenge que nous comptons remporter avec brio !

Laetitia STOFFEL

« La vie de Germain » à l’islandaise ?

A travers ce projet de court-métrage, Tristan semble vouloir avant tout exprimer une amitié, celle avec Jonathan, qui possède un physique et une personnalité tout à fait atypique, ayant inspiré Tristan pour son personnage principal du nom de Germain. Ce dernier semble également s’être inspiré de ses propres souvenirs, afin de caractériser le scénario, et ainsi lui donner un style propre.

Lorsque Germain tombe dans le coma, suite à un accident de voiture, on suit ce dernier dans son rêve, qui se caractérise à travers un village, où il va rencontrer l’amour de sa vie. Pour moi, ce rêve représente notre souhait le plus cher, ce pourquoi nous menons notre existence sur Terre, afin d’avoir un but, une raison de vivre.

Il s’agit d’un pur hasard, mais en lisant son scénario, les décors vis-à-vis du rêve qui semble se dégager ressemblent étrangement pour moi à ceux de la série française « Les Revenants », que j’ai commencé à regarder très récemment, qui se déroule dans une ville située en Savoie. Un des personnages principaux qui se nomme Simon ressemble également à la description physique du personnage principal du scénario de Tristan.

En ce qui concerne l’ambiance sonore, et là encore, il s’agit d’une coïncidence, je trouve que la musique du groupe écossais Mogwai présente dans cette série pourrait correspondre au court-métrage de Tristan, à travers ces mélodies de type rock expérimental. Ces dernières pourraient traduire l’incertitude quant à la manière dont le rêve ou l’accident de Germain, qui se produit au début, vont se terminer. Un autre style de musique qui encore selon moi, pourrait correspondre au scénario de Tristan, serait celui du groupe islandais Sigur Rós. En effet, cette formation véhicule à travers ses origines nordiques un rock progressif d’une couleur tout à fait unique, avec notamment le fausset ou la voix de tête du chanteur, ainsi que le jeu à l’archet. Ce genre appuierait quant à lui, l’aspect du rêve, représentant un monde différent du nôtre, grâce à l’alchimie que forme l’ensemble des sons instrumentaux et électroniques du groupe.

Vincent DUQUENNOY

Rêver les yeux ouverts

(cc)Lucile Moyano(19/10/2014)
(cc) Lucile Moyano (19/10/2014) 

Tristan a imaginé l’histoire de Germain, ce jeune garçon ouvert sur un ailleurs plus doux et plus calme que le réel. Un accident, un coma. Ces évènements d’apparence tragique seront propices à une traversée onirique portée par des passions peu ordinaires. Pour nous, ce film est une chance donnée aux « silencieux » de rêver, pour une fois, comme ils le désirent. Cette histoire s’adresse à une fragilité contenue en chacun des membres de notre groupe, et probablement à beaucoup d’autres jeunes gens de notre génération. Le voyage de Germain est celui d’un corps qui ne s’accommode pas de la  croissance de son l’esprit. « Grandir… pourquoi faire ? N’y a -t-il pas un endroit où l’on m’aimera tel que je suis ? » Dans un « au-delà » où rien n’est  hostile, la folie est autorisée et partout les passions ont un droit de passage. Mais à trop rêver de s’échapper du monde, on prend le risque de s’en extraire définitivement.

Il est bien vaste, le monde où Tristan à lâché le jeune Germain. Les couleurs, l’image, le jeu et le son devront être les reflets de cet environnement ainsi que de la latence émanant du personnage. Si nous voulons lui être fidèle, il va falloir faire preuve de précision, de réflexion, et accepter que la rigueur prenne part à un si onirique récit. C’est en quelques sortes à nous d’être adultes afin que Germain puisse vivre son vagabondage sans entraves, jusqu’aux limites que nous lui mettrons. Les symboles récurrents d’enfance et d’imaginaire nous mènent vers la problématique de la solitude auto-provoquée par une conduite « hors des clous ». Ainsi, dans le scénario, le vide se fait autour de Germain. Le texte prend forme, comme le rêve qui peu à peu se dessine sous les paupières du dormeur.

Lucile

Puer aeternus

La vie en négatif de Germain est un scénario qui, comme son nom l’indique, se concentre sur une petite parcelle de la vie d’un homme. Cette parcelle reflète son état mental, ses pensées, ses tourments, passions et émotions. Ici, l’histoire s’intéresse donc au fond du personnage plus qu’à sa forme. Amené à tomber dans un coma profond, son inconscience va être à sa conscience  ce que le négatif d’une photographie est à son tirage. Mais le terme de « négatif » est aussi justifié par le fait que l’on traite un aspect plus sombre du personnage : son obsession et son refus de grandir. En effet, il va s’accrocher à des lubies de sa plus jeune enfance et rester ainsi cloisonné dans un monde utopique. Tout comme Travis dans Paris, Texas ou Peter Pan, Germain est un puer aeternus, un garçon éternel.

Toute forme d’art, qu’il s’agisse de peinture, de danse, de musique ou encore d’écriture devait être selon moi de l’ordre du spontané. L’art devait être perçu comme un médiateur de l’émotion, un chemin tracé entre la conscience et son opposé. C’est ainsi qu’avec La vie en négatif de Germain j’eu besoin d’écrire quelque chose plus qu’envi de véhiculer un message quelconque. Mais l’art change de facette lorsqu’il ne concerne plus qu’un seul individu. C’est donc lorsqu’il fallu expliquer le sens du scénario à mes collègues que je réalisai combien il était difficile d’exprimer une idée à la base inconsciente. Nous nous réunîmes alors autour d’une table pour réfléchir à un thème qui permettrait d’axer le scénario sur un seul rail : l’onirisme, le voyage, l’amour, le fantasme…  C’est là que nous choisîmes de parler du syndrome de Peter pan, un complexe intéressant à traiter pour des étudiants étant sur le point d’entrer dans la vie active.  Aujourd’hui, tout devient alors plus clair et accessible. Le scénario est doté d’une structure horizontale et nous pouvons l’ornementer de nos idées sans qu’elles ne s’éparpillent trop.

Tristan Leyri

Déni infantile

P1000011

La vie en négatif de Germain n’est pas le premier texte que je lis de Tristan. Celui-ci est probablement le plus abouti mais de chacun se dégage une atmosphère singulière et des thèmes gravitent autour des personnages qu’il créé. Souvent, ceux-ci sont emprisonnés d’eux-mêmes, d’un maladie mentale ou d’une personnalité qui les freine.

Lorsque j’ai lu ce scénario, je me suis demandé quel était son sujet, je n’arrivais pas à poser des mots dessus. Cependant, connaissant la personnalité de Tristan et certaines de ses autres créations, je pressentais que les évènements qui arrivent dans la vie de Germain n’étaient pas dénués de sens et que leur enchaînement créait quelque chose de signifiant. Je pense que Tristan a essayé d’extraire de lui-même des craintes qu’il ressent et les a injectés en Germain. Je vois en ce personnage la matérialisation d’un problème de société qui touche notre génération. Une sorte de distorsion du réel qui se substitue peu à peu à notre vie et l’influence au quotidien. L’impossibilité d’avoir des interactions sociales poussées. Le fantasme qui prend le dessus sur le possible. Confronté au monde, Germain refuse d’ouvrir les yeux et de grandir. Tantôt par lâcheté ou par naïveté il s’enfonce dans un déni qui le tuera. Par ce qu’être adulte c’est anticiper, c’est regarder le futur et ça, Germain n’en veut pas. Seuls ses petits plaisirs comptent, ses bonbons à l’anis et les photos de Madeleine, sa passion, l’image de sa mère, le fantôme de l’amour qui aurait pu le pousser vers l’âge adulte.

Jonathan